Avis Manga Glénat : Elio Le Fugitif – Tomes 1 et 2

Nouveauté des éditions Glénat de ce mois d’avril 2021, le premier tome de « Elio Le Fugitif » ne manque pas de panache. Le mangaka Masami Hosokawa prend pour décor le royaume de Castille, dans l’Espagne du XIVe siècle, et nous fait découvrir le destin d’Elio, qui vient tout juste de sortir de prison mais qui va immédiatement se mettre dans de beaux draps. C’est parti pour notre avis sur ce premier tome (la série en comportera 5) de « Elio Le Fugitif ».

– Mise à jour de l’article avec notre avis sur le tome 2, disponible le 2 juin prochain –


Avis Manga Glénat : Elio Le Fugitif - Tome 1 blog manga lageekroomSynopsis : Libéré de la sordide prison de Hell Dorado après y avoir vaincu mille prisonniers en combat singulier, Elio sauve Lara, une jeune fille de la noblesse sur le point d’être exécutée. Tous les deux partent en cavale, sans se douter que les origines cachées de Lara vont chambouler leur destin… Pour survivre, Elio doit fuir ! Le royaume de Castille, dans l’Espagne du XIVe siècle, théâtre d’un drame historique où combats et complots font rage !! Masami Hosokawa est un auteur déjà bien confirmé au Japon mais traitait jusque-là de thématiques furyo ou baseball. Pour sa première incursion dans un univers européen, il réussit le pari d’installer Elio, un personnage principal dans les codes du shônen dans une Castille médiévale où les mœurs sont bien différentes… De belles scènes d’actions et des personnages hauts en couleurs vous feront voyager en compagnie d’Elio et Lara dans cette série en 5 volumes. Ce premier tome est à découvrir sur le site de l’éditeur, à cette adresse.


Avis Manga Glénat : Elio Le Fugitif - Tome 1


Elio n’a que 18 ans et ne paye pas de mine, mais on comprend dès les premières cases qu’il sait se battre ! Enfermé depuis 3 ans dans la prison de Hell Dorado, le jeune homme va gagner sa liberté après avoir vaincu mille prisonniers ! Une règle établie quelques années auparavant dans la prison, et qui va lui permettre de revoir ce ciel bleu qui lui manquait tant. Elio est un personnage au caractère intéressant, qui a gagné sa liberté à la force de ses poings. Mais sa tranquillité dans ce monde qu’il redécouvre va être de courte durée, et notre héros va rapidement croiser la route de Lara, une jeune fille noble accusée à tort d’un meurtre et sur le point d’être exécutée. La pauvre fille est maltraitée depuis 4 jours, et Elio va prendre sa défense et s’opposer au chevalier de la loi Baldo Garcia. On notera qu’Elio se présente comme étant « l’homme coupable de n’avoir pu sauver son petit frère », mais nous n’en apprendrons pas davantage sur son passé. Ce que l’on sait en revanche, c’est qu’il est généreux et aide son prochain, et qu’il va prendre sous son aile Lara et fuir avec elle. Ils vont devoir crapahuter dans la forêt, et survivre en mangeant un pauvre serpent de passage. Mais Baldo Garcia ne sera pas le seul aux trousse d’Elio et de Lara, et 2 mystérieuses femmes font leur apparition. L’une d’elle, Débora, est une tueuse à gages qui fait tomber les têtes comme personne. La traque est désormais lancée, et Lara va tenter de trouver refuge dans le château de son oncle.

L’action démarre donc rapidement dans ce premier tome, qui est pour le moment assez avare en détails sur nos personnages. On n’en sait pas beaucoup sur Elio, et seule Lara commence a être développée. C’est clairement un des personnages les plus importants du récit, et son destin semble lié… à son passé. Mais nous ne vous en dirons pas plus. Le dynamisme est quoi qu’il en soit au rendez-vous : ça bouge, ça bastonne, et on assiste à quelques décapitations bien violentes. La menace est partout, et le contexte est plutôt bien mis en place. On sent que le mangaka a fait ses premières armes dans le furyo dès lors qu’Elio fait jouer ses poings. Mais cela ne l’empêche pas de bien s’approprier les codes du shônen et de bien développer l’univers européen qu’il a choisi. L’immersion est excellente, amplifiée par des dessins très chouettes et des décors réussis. Si la narration reste parfois classique, l’ensemble est suffisamment énergique pour accrocher et donner envie de découvrir la suite. Ce premier tome de « Elio Le Fugitif » fait le job et s’avère même original sur plusieurs points, dont le contexte historique utilisé. Elio est un personnage prometteur, aussi fort physiquement que généreux envers les personnes plus faibles, et son aventure aux côtés de Lara devrait être intense. Poursuivis par une tueuse à gages, ils auront fort à faire pour survivre, prouver l’innocence de Lara, et surtout découvrir qui elle est vraiment…


A lire également :


avis manga Elio Le Fugitif - Tome 2 lageekroom glénatElio Le Fugitif – Tome 2 : « Lara Resmondo, Elio Sanchez… je ne partirai d’ici qu’avec vos têtes ». Ce tome 2 commence fort (à l’image de la fin du premier), et la tueuse à gages Débora compte bien achever sa mission et abattre ses cibles. Mais elle n’est pas la seule à être aux trousses de nos héros, qui ont trouvé refuge dans le château du seigneur Goldi. On rappelle que Lara est une jeune fille noble accusée à tort d’un meurtre, et qu’elle est en fuite aux côté d’Elio, tout juste sorti de la prison de Hell Dorado après y avoir vaincu mille prisonniers en combat singulier. Ces 2 là sont donc en fuite, et le Roi lui-même va envoyer ses soldats pour faire le ménage. Ajoutez à ça la présence du chevalier de la loi Baldo Garcia, et vous comprendrez que la situation est explosive. Pire, Débora est désormais elle-même la cible de Maestro, sa commanditaire. Cette dernière a envoyé Hilda, une guerrière équipée d’une épée tout droit sortie de SoulCalibur, pour se débarrasser d’elle. Elio, Lara, Débora et Baldo n’auront pas d’autre choix que de s’allier pour survivre, et rejoindre en compagnie de Goldi un de ses amis chevalier, qui rappelle l’excellent Sylvando de Dragon Quest XI. Notre nouveau groupe devient l’ennemi des rebelles à la couronne, et le Roi fera tout pour les arrêter. Cette alliance inattendue s’avère intéressante, et les caractères de chacun s’opposent. Forcée d’accompagner nos héros Débora sera clairement réticente mais le caractère d’Elio ne manquera pas de la surprendre, lui qui refuse de voir les gens mourir. En plus de présenter toute une galerie de personnages très bien écrits, ce tome 2 développe son histoire et on découvre que tout tourne autour de la famille et de la descendance. On fait par exemple la connaissance du comte Enrique, le grand frère de Lara. Surnommé « Enrique le magnifique », il est le fils illégitime du précédent roi et le demi-frère du roi Pedro. Tout a débuté avec le roi Alfonso, sa femme et sa maîtresse, et les enfants qu’il a eu avec chacune. Nous vous laissons découvrir tout ceci, et bien que certains chapitres vont un peu vite en termes de narration, l’ensemble est accrocheur. Ajoutez à tout ça une bonne dose d’action, des coups de poing et de pied bien placés, et la sauce prend. Mieux développé, parfois drôle et proposant un chouette dynamisme, ce tome 2 monte d’un cran et s’avère supérieur au premier. A voir si la suite continuera sur cette lancée.


Lageekroom

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.