Avis Manga Glénat : Parasite Édition Originale – Tome 4

Parasite est un manga qui prend aux tripes. Après notre avis sur les tomes 2 et 3 de cette Edition Originale éditée par Glénat, il est temps de voir ce que le tome 4 nous réserve ! Shinichi a changé, mentalement et physiquement, mais il a bien du mal à garder son secret, d’autant que son amie Kana semble posséder un étrange pouvoir. A côté de ça, les parasites font encore des dégâts, et certains tentent même de se mêler à la politique. Ce tome 4 est disponible depuis le 19 août dernier, et il est temps de vous en parler !


Avis Manga Glénat : Parasite Édition Originale – Tome 4Synopsis : Depuis des milliers d’années, l’Homme se trouve au sommet de la chaîne alimentaire. Jusqu’au jour où de mystérieuses sphères, abritant d’étranges parasites, se répandent un peu partout sur Terre. Rapidement, les entités prennent possession de certains habitants. Nul ne sait d’où elles viennent, mais ce qui semble certain, c’est qu’elles sont là pour débarrasser le monde de l’espèce humaine. Shinichi, jeune lycéen, est un “hôte” dont le cerveau a miraculeusement été épargné : et pour cause, Migy, son parasite, a pris possession de son bras droit ! Ce cas exceptionnel va déboucher sur une singulière cohabitation. Car au-delà de la fusion physique opérée entre Migy et Shinichi, qui partagent désormais le même corps et la même vie, va se développer un lien d’attachement particulier où les deux êtres vont apprendre chacun l’un de l’autre. Alors que Shinichi se découvre doté d’incroyables facultés physiques, il prend aussi conscience de la menace qui plane sur ses proches… et sur l’humanité tout entière. Réussira-t-il, avec l’aide de Migy, à enrayer l’inévitable invasion ? Ce tome 4 est à découvrir sur le site des éditions Glénat, à cette adresse.


Avis Manga Glénat : Parasite Édition Originale – Tome 4


Parasite est un manga particulièrement viscéral, et certaines séquences prennent le lecteur au dépourvu, créant même parfois un sentiment de malaise. Cela est du à cette violence brutale et parfois soudaine, mais également au design des monstres, plus que dérangeant. Mais l’œuvre de Hitoshi Iwaaki sait également traiter de belle manière ses personnages, que l’on parle du héros de notre histoire Shinichi ou de ses amis. Shinichi a en effet évolué, gagné en puissance suite à sa « fusion » avec son parasite Migy logé dans sa main. Mais son changement de comportement déplaît fortement à sa petite amie, avec laquelle les relations sont parfois tendues. Kana, elle, aimerait bien se rapprocher davantage du jeune homme, et semble « ressentir » sa présence à distance. Seulement voilà, Kana ressent également les autres parasites, et elle pourrait bien être en danger. Ce tome 4 s’attarde largement sur nos personnages et leurs relations se densifient, leur écriture étant de qualité. On s’attache à Kana et on s’inquiète pour elle, tout en gardant un œil sur la petite amie de Shinichi qui mérite elle aussi d’être bien traitée. Mais Shinichi a d’autres soucis en tête, à commencer par la surveillance de certains parasites qui tentent d’intégrer la mairie d’une ville voisine. Nous savons que certains hommes politiques sont au courant de ce qui se passe, mais leur but reste d’étouffer l’affaire afin de ne pas affoler les populations.

Même si ce tome 4 s’attarde sur ses personnages, la violence est une nouvelle fois au rendez-vous. Certaines scènes sont particulièrement marquantes, comme le massacre des yakuzas en début de tome qui fait la part belle aux têtes éclatées et aux membres tranchés. Une violence visuelle qui fait mal mais qui s’avère également hypnotique, car bien mise en scène et précise dans son coup de crayon. C’est dynamique et visuellement très chouette, avec ce côté retro qui nous plait tant. La séquence du rêve de Kana en tout début de tome est très belle également, tout comme les pages en couleurs de cette édition Originale. Certaines illustrations en double page sont magnifiques et très détaillées. En plus de proposer un visuel de qualité, ce tome réserve également quelques surprises. Niveau émotion, c’est du tout bon, et Shinichi a bien du mal à se remettre de la mort récente de sa mère…


A lire également : 


Ce tome 4 de Parasite – Edition Originale est une nouvelle fois d’une grande qualité. Avec sa couverture sublime et ses illustrations percutantes, mettant en scène une violence qui frappe fort, ce tome n’en oublie pas de développer ses personnages. On s’attache à Shinichi, Kana et les autres, et on a clairement peur pour eux. On sent d’ailleurs que l’étau se ressert autour de Shinichi, et on se demande comment le jeune homme va se sortir de cette situation. Vivement la suite !


Lageekroom

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *