Avis Manga Kana : Kingdom of Knowledge – Tomes 1 et 2

Sorti le 16 octobre dernier aux éditions Kana via leur label Dark Kana, Kingdom of Knowledge tente de tirer son épingle du jeu ! Ce seinen en 4 tomes est l’œuvre du mangaka Serina Oda dont c’est la première série. Ce premier tome mélange action, drame et une pincée d’horreur dans un univers fantasy aux codes bien établis, et compte bien nous prendre aux trippes avec une histoire de vengeance. La sauce prend-elle ? C’est ce que nous allons voir.

Mise à jour : ajout de notre avis sur le tome 2, disponible depuis le 27 novembre 2020


Avis Manga Kana : Kingdom of Knowledge - Tome 1Synopsis : Fei et Hui sont des créatures de petite taille, aux oreilles pointues, possédant une grande intelligence. Leur peuple a la particularité d’être le seul capable de déchiffrer les écrits anciens retrouvés dans les ruines d’une civilisation perdue. Fei et Hui ont grandi reclus dans la bibliothèque, traduisant sans relâche ces précieux textes pour le compte de l’Empire, qui espère en faire une arme contre les attaques de monstres auxquelles il fait face. Car le savoir, c’est le pouvoir ! L’empire avait promis la liberté aux gnomes, une fois tous les textes traduits. Mais ce jour arrivé, la bibliothèque est incendiée et les petits traducteurs sont massacrés ! Car le pouvoir ne se partage pas ! Fei, l’unique survivant, s’engage alors sur le chemin de la vengeance ! Son objectif : détruire l’Empire en utilisant le savoir qu’il a acquis notamment en ingénieuses stratégies militaires ! Ce tome 1 est à découvrir sur le site de l’éditeur à cette adresse.


Avis Manga Kana : Kingdom of Knowledge - Tome 1


L’univers fantasy a parcouru les générations et s’avère aussi bien présent au cinéma que dans les mangas, sans oublier les jeux vidéo. Démocratisé auprès du grand public, le genre a désormais trouvé sa place dans la culture populaire, et quasi tout le monde a déjà entendu parler d’un orc ou encore d’un gobelin. L’histoire qui nous intéresse aujourd’hui est celle de Fei et Hui, des gnomes qui étudient et traduisent des milliers de livres pour partager les innombrables informations qu’ils contiennent avec les humains, qui ont promis de les protéger en échange. Mais un jour, alors que nos 2 petits héros vont vouloir visiter le monde extérieur, tout va basculer. Après la légèreté qui se dégage des premières pages, le manga devient nettement plus sombre, aussi bien en terme d’ambiance que visuellement, avec des cases de plus en plus noires. Les grands méchants de l’Empire se débarrassent donc des gnomes dans des scènes sanglantes, et le pauvre Fei va devoir abandonner les siens et fuir, pour découvrir que la paix dont on lui avait parlé est loin d’exister. Le jeune homme va faire des rencontres plus ou moins hostiles, mais va tout mettre en œuvre pour faire tomber l’Empire. Comment ? En utilisant toutes les connaissances acquises lors de ses centaines de lectures, à commencer par les techniques militaires de Nobunaga Oda, le grand seigneur ayant œuvré durant l’ère Sengoku.

Mais sa quête s’annonce difficile, l’Empire contrôlant désormais la plupart des régions avec l’aide des monstres qu’ils ont réussi à « apprivoiser ». Les immondes et violents gobelins tuent donc les habitants des différentes provinces afin de les contrôler, laissant les humains dans la misère, cachés et affamés. On vous avait prévenu, l’ambiance est sombre et parfaitement immersive. Visuellement, ce premier tome est très réussi, avec un excellent travail sur les décors, qui permettent de découvrir l’univers en détail. Nous avions par exemple reproché au premier tome de « Ni No Kuni – L’héritier de la Lumière et le Prince Chat » de ne pas assez présenter son univers (au potentiel fort) et de rester trop centré sur ses personnages. Dans Kingdom of Knowledge, le problème ne se pose pas, et l’équilibre entre le développement des personnages et la présentation des différents lieux est nickel. Certaines illustrations sont superbes et en double page, histoire de bien profiter du coup de crayon de l’auteur, qui apporte un soin tout particulier aux visages. Les séquences plus horrifiques mettant en scène les gobelins parviendraient presque à nous coller le frisson. On découvre donc un monde particulièrement hostile, et Fei devra faire preuve de courage et d’intelligence pour s’en sortir. La fin du tome fait entrer en scène de nouveaux personnages, Fei étant parti avec la jeune Nagi en direction du royaume d’East Garden. Même s’il propose une histoire assez classique de vengeance dans un univers aux codes bien connus, ce premier tome de Kingdom of Knowledge parvient à accrocher et à surprendre lors de sa lecture. Ne vous fiez pas à sa couverture qui ne donne pas forcément envie, car ce premier tome s’avère bien plus sombre et violent qu’il n’en a l’air. Le propos est mature, et le monde qu’on nous présente est impitoyable. On ne s’ennuie pas une seconde durant ce premier tome, et il nous tarde de découvrir la suite, qui va sans aucun doute faire passer l’histoire à un niveau supérieur ! On vous en parle ci-dessous !


A lire également : 


Kingdom of Knowledge – Tome 2 : « Fei, le seul rescapé du massacre de son peuple, se joint à Nagi et se dirige avec elle vers le grand royaume d’East Garden dans le but de trouver des alliés pour venger ses semblables. Une fois à destination, il va rencontrer le prince Marc. Mais qu’est-ce que cette rencontre va apporter au jeune Fei ? » Nouveau tome, nouveau décor ! Fei et Nagi arrivent à East Garden, un royaume ayant réussi à résister à l’invasion de l’Empire. Véritable forteresse, East Garden est protégé par de nombreux soldats et des tourelles rotatives, plutôt efficaces lorsqu’il s’agit d’exterminer les gobelins. Mais le prince Marc, dans sa bonté habituelle, va abaisser le pont-levis pour faire entrer des civils poursuivis par des gobelins, faisant entrer malgré lui la menace dans le royaume. Des Elfes noirs se sont en effet mêlés aux humains, et tout va rapidement tourner au vinaigre. Le Roi est capturé et torturé, et Marc n’aura pas d’autre choix que de fuir les lieux, trahi par un des siens. Mais comment fuir une cité entourée par la mer, dont le seul pont est contrôlé par l’ennemi ? C’est là que les nombreuses lectures de Fei vont être utiles, le jeune gnome étant devenu un spécialiste des stratégies militaires grâce aux ouvrages découverts tout au long de sa courte vie. Fei n’a que 12 ans, mais il est plus que malin, et Marc et les siens n’auront pas d’autre choix que de lui faire confiance. La fuite est donc inévitable, mais le prince jure qu’il reviendra sauver les siens. Ce tome 2 est très dense, et sa narration ne faiblit pas une seule seconde. Les événement s’enchaînent et le mangaka Serina Oda (dont c’est, on le rappelle, la première série) fait preuve de maturité lorsqu’il développe ses personnages et présente de nouvelles races. Malgré les trahisons, nos héros vont devoir apprendre à se faire confiance ! L’univers est également très bien développé, et on en apprend beaucoup sur la situation géopolitique et les différents territoires, via des cartes illustrées ou des descriptifs des personnages clés. Le tout est très intéressant à découvrir, tout comme les différentes stratégies utilisées par Fei, l’une d’elle s’appelant « la stratégie des vaches enflammées ». Les illustrations sont une nouvelle fois superbes, et font honneur au genre fantasy. Dark Kana oblige, une certaine noirceur est présente, et la violence est au rendez-vous. Malgré le côté « mignon » et attachant de certains personnages, il ne faut pas oublier que nous avons affaire à un monde impitoyable dicté par la violence. Vivement la suite !


Lageekroom

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *