Avis Manga Kazé : Shinotori, Les ailes de la mort – Tome 1

Quand le film « Les Oiseaux » d’Hitchcock rencontre le survival horror : voilà une phrase d’accroche qui donne envie de découvrir notre manga du jour ! La série Shinotori, Les ailes de la mort, lancée en 2018 sur le site Shônen Jump +, est la première œuvre traduite en français du mangaka Dr.Im, disponible en 3 tomes aux éditions Kazé. Ce premier tome sera disponible le 4 novembre prochain, et il est temps de voir si les frissons sont au rendez-vous. C’est parti !


Avis Manga Kazé : Shinotori, Les ailes de la mort - Tome 1 blog manga lageekroomSynopsis : Lorsque l’avion dans lequel Kurô, un criminel en transit, est détourné par des hommes masqués, tout bascule… Après avoir neutralisé le policier chargé de son transfert, les terroristes s’enferment dans le cockpit avec une fillette. Malgré ses menottes, Kurô se précipite pour porter secours à l’otage. Mais lorsqu’il entre dans le poste de pilotage, une scène d’horreur l’attend… Une monstrueuse créature ailée vient de massacrer et de mutiler tous ceux qui s’y trouvaient. Seule l’enfant est encore en vie. La liberté est à portée de main, mais pour survivre, Kurô devra payer le prix fort !


Avis Manga Kazé : Shinotori, Les ailes de la mort - Tome 1 blog manga lageekroom


Oui, ce premier tome de « Shinotori, Les ailes de la mort » nous fait immédiatement penser au film « Les Oiseaux » d’Hitchcock, ne serait-ce que par la présence de ces satanés volatiles venus provoquer un crash d’avion. Notre héros Kurô s’en serait bien passé, déjà en bien mauvaise posture avec ses menottes. Mais la comparaison s’arrête là, et l’histoire de Dr.Im va davantage s’orienter sur le principe du survival horror, s’inspirant de Resident Evil pour ne citer que lui. Kurô va rapidement faire la rencontre de Toki, une jeune fille présente dans l’avion et seule survivante de l’accident à ses côtés, qui s’avère posséder elle aussi des ailes ! Mais cette attaque n’était que le début, et on découvre rapidement que ce sont des monstres qui ont attaqué l’avion. Les corbeaux ont une forme humanoïdes et découpent leurs proies en morceaux avec leurs griffes acérées. On va également faire la rencontre des Pies-grièches, encore plus horribles et agressives, sans oublier le bon gros oiseau bien balèze faisant office de boss final. Comme dans un jeu vidéo, le bestiaire s’étoffe, monte en puissance, et devient de plus en plus menaçant. Pire encore, à l’image d’une invasion de zombies, les blessures occasionnées par ces saletés semblent infecter la population, les faisant muter… Nos héros vont faire la connaissance d’un médecin aux méthodes plutôt radicales, après avoir survécu à différentes attaques laissant sur le carreaux quelques personnages secondaires. Ce premier tome parvient rapidement à accrocher le lecteur, grâce à un rythme maitrisé et quelques séquences bien violentes qui donnent le ton. La série étant prévue en 3 tomes, il ne faudra pas trop traîner, et quelques informations capitales se dévoilent dans les dernières pages. Le tout manque parfois un peu d’originalité, mais l’histoire devrait réserver quelques surprises.

Visuellement, ce premier tome est globalement sombre, aussi bien dans son ambiance que dans ses dessins. Un bon nombre d’illustrations claquent bien, mais d’autres sont un peu chargées, entrainant une certaine confusion lors de certains passages. Tout n’est pas toujours très clair, notamment lors du passage dans la forêt durant lequel on ne comprend pas toujours bien qui vit et qui meurt… Malgré ces petits soucis de lisibilité, ce premier tome est réussi, avec une mention spéciale pour le bestiaire, très détaillé et souvent effrayant. Les visages sont également de qualité, avec des expressions bien retranscrites. On sent que le mangaka veut proposer une certaine générosité dans son coup de crayon, et cette énergie ressort bien à travers les pages.


A lire également :



Parfois classique dans le déroulé de ses événements, ce premier tome de « Shinotori, Les ailes de la mort » s’avère efficace et procure de bons moments de tension. Le tout se lit assez vite, mais les bases sont posées et la fin lance de manière concrète le scénario. Visuellement généreux bien qu’un peu chargé, ce premier volume du mangaka Dr.Im ne lésine pas sur la violence et sur les sales tronches de son bestiaire. La relation entre Kurô et Toki devrait gagner en intensité dans le tome 2 (on découvre quelques flashbacks encore mystérieux de notre héros), qu’il nous tarde de découvrir. 


Lageekroom

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *