Avis Manga Kazé : The Promised Neverland – Tome 15

Nous en sommes déjà au tome 15 de The Promised Neverland, ce dernier étant disponible depuis le 19 août aux éditions Kazé. Que le temps passe vite, et Emma et ses camarades semblent désormais faire partie de notre famille ! Exterminer les démons et libérer les humains : tel est le plan de William Minerva, dont on connait désormais la véritable identité. Nous ne vous en dirons pas plus dans cette introduction pour ne rien spoiler, mais attention : l’article qui suit reviendra sur toutes les révélations du tome précédent. C’est parti !


Avis Manga Kazé : The Promised Neverland – Tome 15 blog manga lageekroomSynopsis : Le plan consistant à exterminer tous les démons pour libérer les humains est en marche. Afin de le mettre à exécution, le nouveau William Minerva est prêt à nouer les alliances les terribles ! Au fond d’elle, Emma doute de cette solution sanglante qui va à l’encontre de ses principes. Parviendra-t-elle à convaincre celui qui est devenu le « Boss » d’opter pour une alternative pacifique ?


Avis Manga Kazé : The Promised Neverland – Tome 15 blog manga lageekroom


Le tome 14 fut riche en révélations ! Une nouvelle fois, nous vous invitons fortement à le lire (ainsi que tous les précédents tomes bien entendu) avant de poursuivre la lecture de cet article. The Promised Neverland est en effet un manga qui joue beaucoup sur l’effet de surprise, et qui parvient souvent à décrocher la mâchoire du lecteur. Nous savions déjà que Norman n’était pas mort, et qu’il était détenu dans une ferme spéciale qui mène des expériences sur les êtres humains. Ce que nous ignorions en revanche, c’est que Norman est en réalité William Minerva, et qu’il tire les ficelles depuis sa propre évasion pour fonder une communauté et détruire les démons. Le tome 14 a également été l’occasion d’en apprendre beaucoup sur les démons, et sur leur mode d’évolution. En réalité, c’est grâce à la nourriture qu’ils évoluent, notamment morphologiquement. Si un démon se nourrit d’humain, il en prendra certains traits physiques, mais régressera s’il n’en consomme plus. Les démons sont donc « obligés » de se nourrir pour conserver leur apparence, mais également leurs capacités intellectuelles. Néanmoins, une solution existe pour palier à ce besoin, et Norman était au courant des faits. La fille au sang maudit, qui n’est autre que Mujika, serait la clé pour une paix éventuelle. Raison de plus pour Emma de rester sur ses convictions, et de chercher une solution évitant d’exterminer les démons. Tous ne sont pas mauvais à ses yeux, et elle éprouve de la compassion pour ces enfants démons qui n’ont rien à voir avec cette guerre. Une nouvelle fois, Emma parvient à nous faire douter, et ses arguments sont tout à fait recevables. On découvre également qu’à l’image de la société humaine, les démons ont eux aussi différentes classes sociales, et que les riches au pouvoir font tout pour appauvrir le peuple et garder la mainmise dessus. La société des démons n’est finalement pas si éloignée de la nôtre. Norman met malgré tout son plan en action, qui consiste à monter les démons tout en bas de l’échelle (le clan Geelan, des aristocrates déchus) contre leurs dirigeants, pour ainsi créer une guerre entre eux et épargner les enfants. Mais attention à la trahison, car réaliser un pacte avec un démon est forcément risqué.

Ce tome 15 est vraiment prenant, et aborde des thèmes forts liés à notre société et à l’être humain en général. Le ton est parfois sombre, la haine et la peur de l’autre étant toujours au cœur des conflits et des guerres depuis des millénaires. L’homme est-il destiné à s’entre-tuer ? La paix est-elle utopique ? Emma croit profondément en ses convictions, et même si la solution de facilité serait d’exterminer tous les démons, ils ne sont pas tous à mettre dans le même panier. Le message est fort, et on ne demande qu’à faire confiance à Emma et Ray, qui partent en direction des 7 murs pour tenter un arrangement avec les démons. Le suspense est clairement au rendez-vous, et l’esprit de revanche de certains se mélange avec l’espoir des autres. On est donc sans cesse bousculé entre 2 états d’esprit. Visuellement, c’est encore du tout bon, et même si ce tome est plus « sage », les illustrations de Posuka Demizu font une nouvelle fois plaisir, notamment concernant le design des démons. La fin du tome propose également un chouette délire visuel qui donne le tournis ! Il nous tarde de découvrir la suite de l’histoire, qui réservera encore pas mal de surprises.


A lire également : 


Ce tome 15 de The Promised Neverland est parfois un peu bavard, mais il aborde des thèmes forts avec justesse et parvient à nous faire douter. Qui suivre ? Norman et son désire d’exterminer tous les démons, ou Emma, qui croit en la paix ? Chacun a ses arguments, et les différents plans d’action se mettent en marche. Ce tome est également l’occasion d’en apprendre plus sur les démons et leurs différentes classes sociales, et leur organisation n’est pas si éloignée de la notre, avec des riches assoiffés de pouvoir et de contrôle. L’action passe totalement en retrait dans ce tome, mais le scénario monte en puissance, et les relations entre les personnages également. Il est pour le moment difficile de savoir comment tout cela va se terminer !


Lageekroom

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *