ET LE JEU DE LA SEMAINE EST : BANJO-KAZOOIE, raconté par Paroche-fzs

En 1998, la guerre des consoles faisait rage entre la Nintendo 64 et la Playstation de Sony. Si les deux machines avaient chacune leurs arguments et leurs licences phares, il est indéniable que le bébé de Sony était supérieure en terme de nombre de jeux de qualité. La N64 disposait certes d’un panel de jeux moins conséquent, mais a toutefois accouché de plusieurs titres majeurs. Ces quelques grands succès à l’époque, en terme de qualité de jeu et aussi de ventes, restent aujourd’hui encore des références du genre et le plaisir de s’y replonger est toujours là. Fort du développement de jeux références sur Nintendo 64 tels que Goldeneye ou Diddy Kong Racing pour ne citer qu’eux, le studio Rareware a également signé l’un des jeux les plus mythiques de la console avec Banjo-Kazooie. Sorti en 1998, ce titre a su s’élever au rang de chef d’œuvre de la plate-forme 3D, faisant un quasi sans-faute dans tous les domaines. Il a surtout réussi à s’imposer dans un style de jeu où Super Mario 64 régnait en maître absolu et ne souffrait d’aucune concurrence à sa hauteur.


Résultat de recherche d'images pour "banjo kazooie"


Banjo et son acolyte Kazooie à la rescousse

Pour un jeu de plate-forme classique, pas besoin d’un scénario digne des plus grands RPG. Celui-ci est souvent un prétexte pour lancer ses protagonistes dans la traversée de niveaux différents et de privilégier le jeu avant tout. Banjo-Kazooie ne déroge pas à la règle, et propose une intrigue simple mais suffisamment porteuse pour se plonger dans l’aventure. Quelque part dans une contrée fantastique, enfermée dans son château lugubre, la répugnante et vile sorcière Gruntilda interroge son miroir magique pour savoir qui est la plus belle de toutes. Celui-ci lui révèle que malgré la beauté manifeste de sa maîtresse (silence gênant…), Tooty l’oursonne est de loin la plus ravissante (on reconnaîtra facilement de quel conte célèbre est inspirée la trame!). Courroucée par cet affront, Grunty décide d’aller enlever sa rivale qui vit non loin de son repère afin de s’emparer de sa beauté grâce à un procédé diabolique. Le vacarme du kidnapping qui va suivre va réveiller brusquement Banjo, le frère de Tooty, alors qu’il faisait la sieste non loin de là. Juste le temps pour lui d’apercevoir sa sœur traînée de force par la sorcière en direction de sa tanière, il décide de partir de suite à sa rescousse en compagnie de son acolyte Kazooie, un piaf qui n’a pas sa langue dans sa poche.


Résultat de recherche d'images pour "banjo kazooie n64"


Une aventure riche et variée

Dès lors, les deux comparses vont devoir traverser de nombreuses épreuves pour parvenir au sommet de l’immense château de Grunty, où Tooty est retenue prisonnière. Il leur sera donné d’avancer dans les différentes parties de cette forteresse en débloquant des portes verrouillées, moyennant des pièces de puzzle magiques disséminées dans neufs niveaux divers et variés, et accessibles aux quatre coins du château. Chaque niveau présentera son propre thème, passant d’une plage tropicale à une montagne sauvage, jusqu’à des égouts répugnants, un manoir hanté sordide ou un désert plein d’énigmes, proposant un périple rocambolesque mais surtout riche et varié. Rappelant fortement le principe des niveaux dans les tableaux de Super Mario 64, la recette fonctionne, et la réalisation est efficace. Pas d’impression de déjà vu, au contraire, l’envie d’avancer à travers les différents niveaux est naturelle, et ce grâce à un univers immersif et magique dans lequel nous sommes plongés, en plus d’un gameplay parfait pour le plus grand plaisir d’évoluer dans ce monde fantastique et coloré.


Résultat de recherche d'images pour "banjo kazooie n64"


Le bijou de la plate-forme

Comme son prédécesseur Super Mario 64, Banjo-Kazooie apparaît au bout de quelques minutes de jeu comme une référence de la plate-forme. La prise en main est immédiate, avec ou sans le tutoriel proposé, et les sensations manette en main arrivent dès les premiers pas. Le contrôle des personnages est facile et intuitif, que ce soit pour les nombreux mouvements ou attaques à disposition du duo ou pour la gestion de la caméra, fluide et réactive. Le panel d’aptitudes des personnages est relativement standard mais conséquent, restant dans les bases de la plate-forme classique : course, nage, double saut, plusieurs types d’attaque possibles… Il sera par ailleurs possible tout au long du jeu de débloquer de nouvelles compétences fort utiles pour progresser et découvrir les nombreux secrets dont les niveaux recèlent. Elles seront enseignées par Bottles la taupe, bien cachée dans certains niveaux, et permettront aux protagonistes de courir plus vite ou encore cracher des œufs, se protéger derrière un bouclier voire même voler. La richesse des mouvements disponibles est à mettre en parallèle avec la réalisation magistrale des niveaux traversés durant la partie, dont l’exploration minutieuse prendra tout son sens servie par un gameplay aussi réussi. En effet, ceux-ci regorgent de passages dérobés à explorer, d’entrées secrètes à dénicher et d’actions diverses à effectuer pour obtenir les précieuses pièces de puzzle.


Résultat de recherche d'images pour "banjo kazooie n64"


Un conte de fées coloré et décalé

L’aventure est longue et l’exploration du sinistre château de la sorcière et de ses neufs vastes niveaux est un pur plaisir, grâce à ce gameplay si efficace, mais également de part l’univers que les studios Rareware ont su créer. L’ambiance générale est paisible, magique et déjantée à la fois, bourrée d’humour, et surtout accompagnée d’une bande-son magistrale qui nous berce sans difficulté dans l’exploration. Les musiques, à la fois douces mais rythmées, témoignent à merveille des péripéties rocambolesques qui jalonneront la progression, tantôt chatoyantes dans une plage ensoleillée, ou plus sinistres et mécaniques pendant l’exploration des égouts. Chaque niveau traversé présente donc un thème particulier, que ce soit un manoir hanté cerné par ses vastes jardins labyrinthiques, un marais sale et gluant, ou encore une forêt à explorer à chacune des quatre saisons… l’ambiance est réussie et totalement immersive pour chacun d’eux. La faune ainsi que la flore locale sont variées et contribuent à la richesse des tableaux, tout comme les nombreux collectibles à récupérer, disséminés dans les moindres recoins. Concernant la progression, l’aventure proposera d’obtenir les pièces de puzzle de nombreuses façons, en explorant simplement les niveaux, en récoltant tous les objets d’un même type dispersés un peu partout, en révélant des passages secrets, déjouant des pièges, ou encore en aidant des personnages secondaires dans des sortes de mini-quêtes tout aussi loufoques les unes que les autres. Ainsi il sera donné de rencontrer des toilettes vivantes au sein du manoir hanté, un pirate dépressif dans la baie au trésor, ou même un dromadaire assoiffé perdu dans le désert, Les requêtes déjantées de ces PNJ octroieront aux deux héros leurs précieuses pièces de puzzles pour débloquer l’accès aux niveaux suivants et progresser dans la forteresse de Grunty la sorcière. Servie par une réalisation sans faille, la mayonnaise prend immédiatement et valide une aventure solide et rythmée, et surtout proposant un caractère fort unique, ce dont peu de jeux de plate-forme disposent.


Résultat de recherche d'images pour "banjo kazooie n64"


Banjo-Kazooie réussi incontestablement là où beaucoup ont échoué, trop souvent dans l’ombre du magistral Super Mario 64. Rareware a su insuffler à son œuvre une réelle personnalité, créant un univers attachant et dans lequel le plaisir de progresser est naturel. L’aventure est loufoque et ne se prend pas au sérieux, tout en respectant les solides codes de la plate-forme : un gameplay minutieux et intuitif, une bande-son entraînante et adaptée, et une réalisation artistique qui tape dans le mille mêlant humour et contes enfantins. Incontestablement l’un des meilleurs jeux de plate-forme jamais réalisés, et c’est encore avec un énorme plaisir que l’on se jette à l’assaut du château de Grunty en compagnie ce duo de héros déjantés !


Paroche-fzs

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *