LA FIN DE SPLIT : Parlons en

Trois jeunes filles enlevées, Kevin et ses 23 personnalités, sa psy qui soupçonne l’une d’elles de prendre le dessus : voilà le point de départ de Split, le dernier Shyamalan, sorti le 22 février 2017. Nous venons, Nouvia et moi-même, de visionner le film, et avons décidé de vous donner un avis rapide, et de revenir sur la fin, qui a plutôt divisé le public : ATTENTION, SPOILERS !


Si Nouvia est entrée dès les premières minutes dans le film, j’ai eu un peu plus de mal à accrocher, la faute à un côté un poil trop « grand public » et propre. Néanmoins, l’ambiance est là, James Mc Avoy fait carrément le job (surtout en VO), notamment lors de certaines scènes ou son faciès change en fonction des personnalités qu’il incarne. Une fois les bases posées, le film évolue, se transforme, et avance vers quelque chose de bien plus surprenant que ce à quoi on s’attendait au départ. Certaines scènes sont vraiment intenses, prenantes, et instaurent un sentiment de claustrophobie assez fort. Les conduits d’aération étroits et les couloirs sans fin renvoient aux méandres torturés du cerveau de Kevin. La musique fait le job, les acteurs sont dans le ton (notamment la psy, touchante, et Casey, jeune fille torturée à l’enfance difficile), et la mise en scène tente quelques plans originaux pour instaurer une ambiance encore plus forte. Seulement voilà, on découvre en avançant dans le film que Kevin a 23 personnalités, mais pas que…


ATTENTION CA SPOILE !!!

Split, c’est avant tout l’avènement et l’arrivée de « La Bête« , cette 24ème personnalité qui arrive et va prendre le dessus.
Kevin, esprit originel, est comme enfermé et séquestré par d’autres personnalités plus influentes qui se mettent en lumière. Ce n’est qu’à la fin du film que notre personnage va reprendre ses esprits quelques secondes et demander à la seule survivante de le tuer. Mais la Bête reprend le dessus et s’attaque de nouveau à la jeune fille, jusqu’à découvrir qu’elle aussi a souffert dans sa jeunesse (on le découvre à partir de flashbacks particulièrement glauques avec son oncle), et qu’elle pratique l’automutilation. La bête épargne la jeune fille, qui est récupérée par la police, et qui semble bien décidée (on le devine dans son regard) à régler ses comptes et tirer un trait sur son passé douloureux.

La fin de Split a beaucoup partagé le public : comment un thriller tout d’abord orienté sur la psychologie et la maladie mentale se transforme soudainement en fantastique avec un personnage se dotant de capacités surhumaines ? Les spectateurs étrangers au film Incassable du même Shyamalan (sorti il y a déjà 17 ans !) n’auront donc pas pu faire le lien entre les deux films, qui créent un univers que le réalisateur va réutiliser à l’avenir, un univers qui fait directement référence aux super héros.


Qu’attendaient les gens à la fin de Split ?


une fin plus psychologique, qui reste dans le rationnel, et qui s’intéresserait davantage aux multiples personnalités de Kevin, qui ne sont pas tant que ça exploitées par le réalisateur, hormis les principales qui sont mises en lumière. Il y a bien un PC dans le film avec des vidéos sur chacune des personnalités, mais très peu nous sont montrées. Cela aurait mérité un peu de plus de développement et aurait pu être très intéressant.

du fantastique ? sérieusement ? Kevin se « transforme » en Bête, marche sur les murs et ne craint pas les balles ? Cela a certainement du en choquer et en surprendre plus d’un (dont Nouvia), mais c’est pourtant le choix voulu délibérément par le réalisateur, afin d’intégrer son film à l’univers crée avec Incassable.

et si Casey (l’héroïne et seule survivante) était le cerveau de tout ça ? Et si l’intégralité de cette histoire s’était en réalité déroulé dans sa tête ? C’est ce qu’ont pensé un bon nombre de spectateurs, et qui aurait donné au film un côté Fight Club, Haute Tension ou Identity. Pourquoi pas, mais cela aurait été difficile à mettre en scène et les incohérences auraient été compliquées à éviter.

une fin plus « américaine ». Beaucoup de spectateurs auraient préféré une fin comme on en a déjà vu bien trop souvent : la police qui débarque, flingue le méchant, et sauve la victime. Bof bof, nous sommes bien contents d’avoir échappé à ça, vu et revu des centaines de fois ces dernières années.

La fin de Split, aussi étonnante, déroutante et dérangeante soit-elle, reste en fin de compte celle voulue par le réalisateur. Anticipant sur de futures suites et l’intégration du film à l’univers d’Incassable, Shyamalan a mûrement réfléchi l’aboutissement de son film. A voir dans ses futures réalisations si cela était judicieux.

Et vous, qu’avez-vous pensé de la fin ?

 

Panzer et Nouvia

2 pensées sur “LA FIN DE SPLIT : Parlons en

  • 22 avril 2017 à 7 h 32 min
    Permalink

    Excellente fin pour ma part!,

    attention spoil

    en voyant Bruce Willis à la fin , j’ai compris qu’on ce trouvait face à une suite d’incassable et donc le personnage de « la bête » prenait tout son sens. Un univers où un homme « incassable » existe est donc un univers de fiction, ce qui rend la « bête » plausible. Rarement une fin m’avait autant surpris et enjoué 🙂 vivement la suite si suite il y a !

    Répondre
    • 22 avril 2017 à 10 h 04 min
      Permalink

      Lorsque la référence saute aux yeux, on comprend le pourquoi du comment oui 🙂 Après je me mets à la place des gens qui n’ont pas vu Incassable, ou qui n’ont pas saisi la référence : ça doit être plus compliqué à assimiler ^^ Vivement la suite oui !

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *