SILENT HILL 2 : l’analyse très personnelle de PAROCHE-FZS

Nous avons déjà parlé à plusieurs reprises de ce chef d’oeuvre qu’est Silent Hill 2 sur notre blog. Mais cette fois-ci, c’est Paroche-fzs qui nous raconte son expérience, sa vision, et son ressenti face à ce jeu culte de l’ère Playstation 2 / Xbox. Prenez place les amis, et laissez vous porter par son histoire !


Résultat de recherche d'images pour "silent hill 2"


Une psychanalyse en enfer

Le premier épisode de la saga Silent Hill, apparu en 1999 sur Playstation première du nom, a posé les bases d’une saga culte, dont chaque jeu a su marquer par sa réalisation et son contenu, en terme d’ambiance et d’expérience pour le joueur, même le plus téméraire. Survival-horror confirmés, ces jeux se caractérisent également par une plongée dans un monde malsain et complexe dans lequel chaque joueur pourra, à travers le protagoniste, ressentir les sentiments de celui-ci, en immersion complète avec la terrible histoire qu’ils vivront dans cette ville sombre et mystérieuse. Le deuxième opus de la série, Silent Hill 2, se démarque particulièrement de par son scénario digne d’un roman dramatique, plongeant le héros dans une véritable descente aux enfers, tant psychologiquement que physiquement…
“ Cette ville apparaît dans mes rêves agités. Silent Hill. Tu avais promis de m’y ramener un jour. Tu ne l’as pas fait. J’y suis seule désormais… Dans notre «lieu à nous»… Je t’attends…”


Résultat de recherche d'images pour "wolcome silent hill"


Welcome to Silent Hill

Tout commence par une mystérieuse lettre que James Sunderland, trentenaire ordinaire, reçoit de sa femme Mary. Le problème et non des moindres étant que cette dernière est décédée trois ans plus tôt d’une maladie longue et incurable… le calvaire psychologique de James va débuter. Difficile d’imaginer sa femme vivante après toutes les souffrances qu’ils ont traversées ensemble, mais mû par un infime espoir, James décide de se rendre à Silent Hill pour tirer cela au clair. C’est dans cette paisible bourgade touristique, bordée par le lac Toluca et à flanc de montagne, qu’ils avaient l’habitude de venir passer quelques jours de vacances. Dès son arrivée à Silent Hill, la ville semble déserte, recouverte d’une épaisse brume opaque, aucune trace de vie ni du moindre bruit, et une impression d’abandon s’insinue immédiatement, comme si la ville elle-même était morte. James va se retrouver face à ses interrogations, remué par son deuil, face à ses propres angoisses, et va être confronté à une profonde remise en question à travers les nombreuses épreuves qu’il va devoir traverser pour tirer cette affaire au clair.


Image associée


Seul, perdu dans les ténèbres

James va donc arpenter les confins de la ville pour rejoindre leur ancien hôtel de vacances, s’enfonçant dans de sombres et étroites ruelles, visitant çà et là des bâtiments abandonnés et en grand désordre, comme si ses occupants avaient fui précipitamment quelque chose, ou plus simplement disparu subitement. Même si de prime abord Silent Hill est apparue abandonnée, délestée de tous ses habitants, ce sentiment va vite s’évanouir, laissant place à un malaise envahissant à chaque pas, à mesure que l’on s’enfonce dans les entrailles de la ville… Celle-ci n’est pas «morte», bien au contraire, il y règne une atmosphère pesante et malsaine, comme si derrière chaque cloison égratignée ou dans un sombre recoin quelque chose était tapis dans l’ombre, attendant de surgir par surprise. De nombreuses créatures barreront effectivement le tortueux chemin de James à travers la ville, toutes aussi terrifiantes les unes que les autres, sortes de corps affreusement mutilés et se traînant jusqu’à James dans une souffrance et des râles repoussants. Les maigres armes qu’il est possible de dénicher (tuyau en acier, couteau, pistolet) seront d’une aide fébrile mais précieuse pour repousser ces aberrations qui semblent naître directement de la douleur que dégage cette ville.


Résultat de recherche d'images pour "silent hill 2"


Une descente aux enfers contextuelle et psychologique

Au fur et à mesure que James avancera dans son étrange quête, une impression de descente progressive aux enfer s’insinuera d’elle même. Les lieux visités successivement vont nous plonger avec James dans les ténèbres de la ville et de son esprit, des appartements Woodside au terrible hôpital Brookhaven, en passant par la sinistre prison Toluca, enterrée sous le Centre Historique, jusqu’à un étrange labyrinthe sale et obscur dans les profondeurs des sous-sols. Tout comme dans le premier Silent Hill, à certains moment clés de la progression, une lointaine sirène retentira, plongeant la ville dans des ténèbres encore plus sombres et grouillantes, où il sera impossible de voir devant soi sans lampe torche. La noirceur et le malaise vont accabler James durant toute sa laborieuse progression, traduits par une ville qui semble se «dégrader» à chacun de ses pas, les murs se recouvrant de sang et de crasse, les papiers peints se déchirants en lambeaux et les déchets s’amoncelant sous vos pieds, nimbés de sangs ou pire encore, témoins de terribles scènes de tortures dont les auteurs, la cause et le but nous échappent… Mais James doit savoir pourquoi il est venu, et c’est à travers ces horreurs omniprésentes qu’il va tenter de se rapprocher d’une conclusion aussi incertaine que mystérieuse. Il apparaît d’ailleurs que la recherche de réponses du protagoniste soit directement liée à l’évolution de la ville : à mesure que l’on s’enfonce dans les profondeurs de celle-ci, il semblerait que l’on s’engouffre dans les tréfonds de l’âme de James, torturé par des questions et des vieux démons depuis la mort tragique de sa bien-aimée.


Résultat de recherche d'images pour "silent hill 2 wallpaper"


La ville purgatoire

Au milieu de cette désolation horrifique et de cette sinistre quête, James aura toutefois l’occasion de rencontrer une poignée de personnages à Silent Hill. Apparemment tout aussi égarés que lui, eux-même n’arriveront pas à expliquer clairement pourquoi ils se sont retrouvés ici, les raisons semblant être toutes aussi sombres et difformes. Ainsi il sera donné de croiser plusieurs fois Angela Orosco, paranoïaque et méfiante, soi-disant à la recherche de son père, et avertissant James de la noirceur de Silent Hill. Eddie Dombrowski sera également une énigme pour James, adolescent perdu, paniqué et perdant la raison petit à petit à force de s’enfoncer dans la ville… Toujours rencontré près d’une scène de meurtre abominable, serait-il lié lui aussi à certaines horreurs croisées en chemin ? La mystérieuse Laura, fillette qui semble bien connaître Mary, la femme de James, ajoutera également des questions à son périple, de par son aisance et son calme dans ce milieu terrifiant et sa présence près de sombres lieux tel que l’hôpital Brookhaven… Mais le plus étrange sera la rencontre de Maria, sosie quasi parfait de Mary, troublante, désinvolte, passant d’un doux calme à un ton très direct en une fraction de seconde, ou d’une fragilité apparente à une assurance sans faille. Il sera donné à James de partager son chemin avec elle, la protégeant des horreurs rencontrées, tout en essayant de résoudre le pourquoi d’une telle rencontre dans ces lieux… Serait-elle une projection mentale de la défunte femme de James, le mettant à l’épreuve ? Quelques traces écrites seront également disséminées par endroits, journaux, lettres, notes rédigées à la hâte, retranscrivant d’affreuses choses arrivées à leurs auteurs dans une chambre d’hôpital insalubre ou une sombre cellule de prison, témoignages d’une ville qui hurle et qui souffre dans les ténèbres de l’horreur. Toutes ces rencontres accompagneront occasionnellement James pendant ses épreuves et jalonneront sa route, mais ne seront pas pour autant d’un grand secours, tant ces gens s’avèrent torturés et louches, voir aussi dérangeants que les monstres arpentant les couloirs lugubres… Il semblerait ainsi que la ville soit le chemin de croix d’âmes tout aussi perdues que James, et probablement dangereuses pour lui comme pour elles.


Résultat de recherche d'images pour "silent hill 2 wallpaper"


En quête de réponses dans l’antre de l’horreur et du tourment

La recherche de la vérité de James va être laborieuse et sinueuse. Le vice et le mystère régnant dans la ville, les rares musiques qui surgiront de l’ombre ne feront que renforcer le malaise, saccadées, hargneuses, rauques et profondes comme si elles sortaient tout droit de l’antre de l’enfer. Entre ces notes sporadiques, il régnera un silence total, tellement parfait qu’il en devient pesant et dérangeant, le seul son des pas de James étant audibles. Traverser ces longs couloirs immondes et obscurs sans le moindre bruit n’en sera que plus déroutant, instaurant ce sentiment d’abandon permanent, de solitude et de confusion. Les effets de surprise sont ainsi renforcés lorsqu’un cadavre s’écroulera du plafond fragile, ou quand des pleurs de fillettes ou des cris de douleur retentiront subitement dans la pièce d’à côté. La caméra elle aussi contribue efficacement à cette ambiance délétère, suivant les pas de James de façon incertaine, par saccades comme s’il s’agissait d’une caméra portée. Enfin, James sera confronté tout au long de son parcours à un terrible Némésis, une créature démoniaque et agressive qui le suivra lentement à plusieurs moments pour visiblement en finir. Dotée d’un tête en forme de pyramide écarlate, d’un corps charnu, musclé, elle traîne sur son chemin un immense couteau rouillé dont les grincements aigus sur le sol sont annonciateurs qu’il faut prendre la fuite à tout prix.


Résultat de recherche d'images pour "silent hill 2 wallpaper"


Bien plus qu’un survival-horror classique, Silent Hill 2 propose une expérience unique et immersive grâce à son scénario très particulier, traitant d’une terrible histoire d’amour et de deuil dont le héros essaye de se sortir après la mort de son épouse. De plus, l’ambiance qui règne dans cette ville sera le moteur de cette quête de rédemption, sans que l’on sache si la dégradation progressive des lieux et son basculement dans l’horreur sont issus de l’esprit torturé de James ou d’une force malfaisante à l’œuvre dans ces lieux. Il semblerait que toute la ville soit une sorte d’épreuve que James va devoir traverser, se confrontant à des personnages tout aussi perdus que lui, progressant laborieusement vers des réponses à ses questions. A mesure que l’on s’enfonce dans les entrailles de Silent Hill, l’abandon et le malaise se font de plus en plus pesants, de par les horreurs rencontrées çà et là, et les restes de scènes terribles qui ont eu lieu ici. Quelle est la signification de tout ceci? Cette ville torturée n’est-elle que le miroir de la quête de l’esprit perdu de James? Quelles réponses se cachent dans les profondeurs glauques de Silent Hill? La vérité pour James et le salut de son âme auront un prix.


Paroche-fzs

 

 

3 pensées sur “SILENT HILL 2 : l’analyse très personnelle de PAROCHE-FZS

  • 24 octobre 2017 à 21 h 03 min
    Permalink

    J’adore cet article , merci Paroche & l’equipe ! Toujours aussi agréable à lire.

    Répondre
    • 24 octobre 2017 à 21 h 14 min
      Permalink

      Un grand merci pour lui ! Parler avec passion d’un jeu donne toujours quelque chose d’excellent à lire 🙂

      Répondre
    • 25 octobre 2017 à 14 h 31 min
      Permalink

      Merci mon cher Pixel! Content de partager avec vous ce coup de cœur !

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *