TEST : Dragon Ball FighterZ : le retour de la bande à Goku en 2D !

Si on fait le point aujourd’hui, il faut avouer que les jeux de baston tirés de l’univers de Dragon Ball sont vraiment nombreux… et inégaux en terme de qualité. Si les opus Super Nintendo restent les préférés de nombreux joueurs, la série Budokai a su elle aussi proposer une expérience vraiment sympa en terme de jouabilité et de dynamisme. Mais les fans attendent, patiemment, LE jeu DBZ qui mettra tout le monde d’accord. Les deux opus Xenoverse sont de qualité mais restent brouillon et confus lors de certains affrontements. Attendu de pied ferme par plusieurs générations de joueurs, Dragon Ball FighterZ renoue avec la 2D, en proposant un visuel identique au manga et à l’anime. Pari réussi ?


Image associée


Beau comme une Dragon Ball ?


Image associéeN’y allons pas par 4 chemins : les vidéos de gameplay et les trailers avaient annoncé la couleur : DB FighterZ est beau, mais alors beau de chez beau. Le jeu est un véritable hommage à l’anime, et les animations, les décors, et les effets lors des coups spéciaux sont une merveille. On aura rarement vu un jeu aussi fidèle à l’oeuvre d’origine. La claque visuelle n’est pas seulement à court terme, le jeu regorgeant de détails que l’on découvre au fur et à mesure des parties. Les décors sont destructibles, les animations des personnages sont juste parfaites, les vêtements se salissent, et les mouvements de caméra donnent un rythme fou. C’est ultra dynamique, et jouissif à chaque affrontement. On prendra plaisir à utiliser chaque personnage pour découvrir ses attaques spéciales dévastatrices, et interagir avec les décors. On pourra même passer d’une zone à une autre, « à la Injustice ». Les couleurs sont éclatantes et les effets pètent dans tous les sens : attention, les épileptiques devront s’abstenir. Cerise sur le gâteau, l’ambiance sonore est de qualité, et les voix japonaises sont de la partie (on attend un futur DLC pour les musiques de l’anime). Tout est fait pour que le fan en prenne plein les yeux, et c’est réussi !


Image associée


Du 3Vs3, pour encore plus de plaisir


DBZ FighterZ propose plusieurs modes de jeu, et après s’être fait la main en Arcade ou via les tutos de l’entraînement, on pourra se la donner dans le mode Histoire. Un scénario totalement inédit que nous vous laisserons découvrir mais qui met en scène un nouveau Cyborg. Ce mode de jeu partage les fans, mais nous l’avons trouvé plutôt correct. Nous préférons tout de même un bon vieux Budokai, le mode ici présent restant finalement un bon gros didacticiel. Notez que vous pourrez également participer à des tournois et jouer en local. Les affrontements se déroulent en 3Vs3, et vos équipiers pourront intervenir pour des attaques combinées, ou vous pourrez directement leur laisser la place. Attaques au corps à corps et spéciales s’enchaînent, le tout avec une grande fluidité et une facilité bienvenue pour les novices de la baston 2D. Certaines actions pendant les combats permettront de débloquer des boules de cristal : une fois la totalité déverrouillée, Shenron apparaît et vous offre plusieurs choix, comme celui de ressusciter un allier ou encore de regagner de la santé.

Mais ne vous inquiétez pas : le jeu dispose d’une marge de manœuvre. On charge son ki, on se téléporte, on envoie son adversaire en l’air pour l’enchaîner ensuite : la jouabilité made in Arc System Works fait à nouveau ses preuves. On regrettera simplement que les combos et attaques spéciales s’utilisent de la même façon pour beaucoup de personnages. Seul l’aspect visuel changera, et de nombreux protagonistes se contrôlent de la même façon. On est finalement loin des jeux dits « techniques » du développeur, et l’aspect « accessible » prend le dessus. Dragon Ball FighterZ se veut davantage tout public que ce à quoi on pouvait s’attendre. A voir si cela est un point positif ou négatif. Petit bémol également : le roster manque de personnages (21 + 3 à débloquer). On aurait aimé en voir plus, mais les DLC arrivent (il faudra passer à la caisse, évidemment).


Résultat de recherche d'images pour "dragon ball fighterz"


Du côté du multi, il faut dire que le netcode est plutôt bon et stable. Nous avons testé le jeu dans sa version PS4, et le réseau n’a pas été capricieux comme lors de la bêta du jeu. Nous avons tout de même subi quelques déconnexions mais rien de bien grave. Les affrontement en multi sont particulièrement nerveux et jouissifs, mais il faudra s’armer de courage et surtout rester très zen face à certains adversaires qui ne vous laisseront aucun répit (ça bourrine sévère). Retour à la case entraînement pour certains, histoire de peaufiner un peu ses techniques.


Dragon Ball FighterZ est une réussite visuelle incontestable. Jamais un jeu Dragon Ball n’aura été aussi beau et détaillé, en plus d’être facile à prendre en main, vif et nerveux. Une véritable tuerie graphique et sonore, et des combats intenses qui claquent dans tous les sens. Fun en multi, le jeu propose également un mode histoire moins emballant mais qui a le mérite de proposer un scénario inédit. Les modes de jeux restent classiques, mais l’essentiel est là, et les débutants comme les acharnés y trouveront leur compte, même si le jeu n’est pas aussi technique que prévu. Il manque quelques personnages supplémentaires pour que la fête soit totale. Mais ne boudons pas notre plaisir, ce nouveau DBZ est une sacrée aubaine pour les fans ! Des étoiles dans les yeux à chaque partie ? On peut dire que oui !


Les +

  • des graphismes à couper le souffle
  • animations sans faille
  • décors plaisants et détaillés
  • des couleurs qui claquent, beaucoup plus belles que dans l’anime
  • attaques spéciales ultra jouissives
  • gameplay accessible
  • des combats 3Vs3 ultra rythmés
  • voix japonaises
  • le réseau qui tourne bien

Les – 

  • mode histoire oubliable
  • parfois fouillis à l’écran
  • roster un peu faible, seulement 24 personnages
  • tendance à bourriner trop présente

Image associée


Lageekroom

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *