TEST : Layers of Fear Legacy sur Nintendo Switch : toujours aussi flippant ?

Ce n’est pas la première fois que l’on vous parle de Layers of Fear, ce jeu d’horreur qui fut pour nous un véritable coup de coeur à sa sortie en 2016. Joueurs Switch, réjouissez-vous : le titre de Bloober Team vient d’arriver sur le store de la dernière console de Nintendo. La somme à débourser ? 19.99 euros ! Vous trouverez ci-dessous un paragraphe sur cette adaptation Switch, puis l’article que nous avions publié pour Halloween 2017, qui revient un peu plus en profondeur sur cette oeuvre atypique. Bonne lecture les amis !



Layers of Fear : Legacy sur Switch, ça donne quoi ?

Parlons d’emblée de la chose qui fâche parfois lorsque l’on parle d’un portage sur Nintendo Switch : les graphismes. Et bien sur ce point, ce portage est une excellente surprise. Layers of Fear sur Switch est beau, très beau même, parfois plus propre que sur les consoles concurrentes. L’aliasing est toujours présent mais se fait discret, et les textures sont de qualité. En mode tablette, le jeu est un poil moins vif sur certaines couleurs, mais reste très qualitatif. La conversion est parfaite, et ces graphismes Switch n’ont rien à envier à ceux déjà vus sur Playstation 4 ou Xbox One. On retrouve dans cette version Legacy le jeu de base et son contenu additionnel. De quoi bien s’occuper, surtout que plusieurs fins sont disponibles.

Petit bémol : le frame rate est loin d’être stable, mais c’était déjà le cas sur les autres versions. Le jeu manque parfois de fluidité et les chutes sont assez fréquentes. Heureusement, Layers of Fear est un jeu narratif au rythme relativement lent : ces baisses de fluidité ne lui sont donc pas handicapantes. Nous vous conseillons toutefois de vous rendre dans les options pour augmenter la vitesse de rotation de la caméra, assez lente de base. Vous y gagnerez un peu en vivacité. Niveau sonore, c’est du tout bon également, et si vous jouez en mode tablette, n’oubliez pas de brancher votre casque ou vos écouteurs : sursauts garantis.

Du côté de la jouabilité, on notera quelques ajouts si vous utilisez les Joy-Con de manière indépendante. Avec un Joy-Con dans chaque main, le jeu reconnait vos mouvements et vous pourrez par exemple effectuer de la main les ouvertures de porte, de tiroir ou de placard. Un détail parmi d’autres, mais en terme d’immersion, ça le fait plutôt bien !

Pour moins de 20 euros, Layers of Fear est une valeur sûre de la Nintendo Switch. Le jeu a déjà fait ses preuves sur consoles et PC et revient ici dans une version complète, très chouette, et qui apporte même quelques nouveautés de gameplay. Nous étions craintifs quant au portage du jeu, et nous nous sommes trompés : Layers of Fear conserve toutes ses qualités dans cette adaptation loin d’être bâclée. Un jeu d’horreur de cette trempe sur Nintendo Switch, ce n’est que du bonheur.


Les +

  • un portage de qualité
  • graphiquement propre, avec une direction artistique qui tue
  • toujours aussi prenant et flippant
  • jouer en mode tablette avec un casque, le pied !
  • la jouabilité aux Joy-Con, vraiment sympa
  • Layers oF Fear chez Nintendo, la classe quoi

Les –

  • le frame rate, pas toujours au top
  • toujours un poil d’aliasing
  • les trouillards, passez votre chemin ^^

Image associée


Et retrouvez ci-dessous notre article spécial sur le jeu, posté à l’occasion du dernier Halloween !


Les développeurs indépendants polonais de Bloober Team sont des grands fans de la démo PT, qui faisait office de prologue au défunt Silent Hills. Autant dire que l’on retrouve dans leur jeu un soucis de mise en scène et une immersion incroyables. Vous incarnez un père de famille, un peintre qui va devoir réaliser l’oeuvre ultime de sa vie : son dernier tableau. Errant dans votre demeure ou la réalité semble fuir, vous allez tenter de finir votre oeuvre en réalisant ce qui vous est arrivé, et en découvrant votre destin. Le jeu se joue en vue FPS et met dans le bain direct : ambiance sombre, bruits louches, portes qui grinces, éclairs qui déchirent l’obscurité … tout est fait pour que le joueur soit mal à l’aise. Mais au delà de créer une ambiance, les développeurs jouent avec les codes de la peur, au point de faire sombrer le joueur lui-même dans la folie, au même titre que le personnage que l’on incarne. Il y a du jumpscare, certes, mais la plupart des moments angoissants sont liés à votre perception de l’action. On ouvre une porte, elle est murée… face à cet obstacle, le joueur décide de faire demi tour, mais la porte par laquelle il vient a disparu. On tente de repartir dans l’autre sens mais la deuxième porte a disparu elle aussi. Vous voici piégé dans une salle sans aucune issue. Ces effets de champ / contre-champ sont incroyables et arrivent à perdre le joueur. Ou sommes-nous ? Tout cela est-il réel ? Se retrouver dans une salle, lumière éteinte, est déjà relativement stressant… mais quand on entend en plus quelqu’un derrière la porte, gratter et tenter de tourner la poignée, on tombe dans le cauchemar pur.


Résultat de recherche d'images pour "layers of fear"


Histoire d’approfondir le scénario, on pourra fouiller dans les tiroirs ou autres placards de la maison, mais il faudra faire attention ou vous allez. Une silhouette difforme se promène dans la maison et n’hésitera à vous sauter à la gorge. Vos actions auront des conséquences sur la fin du jeu, et sur la toile réalisée par votre personnage. Attention à ce que vous faites, et vers qui vous vous approchez. La curiosité est un vilain défaut et il vaudra parfois mieux passer son chemin. Certains passages sont à la fois hypnotisants et terrifiants, comme ce passage dans une chambre de bébé ou les poupées prennent vie et ou le sentiment de malaise grandit seconde après seconde. On ne peut pas mourir dans Layers of Fear, et le gameplay est assez limité, mais ce n’est pas grave : le jeu est ultra accrocheur et met une pression d’enfer, pour peu que l’on joue avec un casque sur les oreilles.


Image associée


En plus de ça, le jeu est très beau, et la plupart des textures sont photo-réalistes. Le level design est excellent et de nombreux détails attireront votre regard. Et ne parlons pas de l’ambiance sonore, juste incroyable. Le moindre grincement de porte fait froid dans le dos, et la plupart des musiques, jouées au piano, sont superbement glauques. Le jeu est une réussite sur de nombreux points, malgré un manque de fluidité sur consoles et pas mal d’aliasing. Mais ne boudons pas notre plaisir : Layers of Fear est un modèle de mise en scène, un jeu incroyablement immersif, qui vous réservera de sacrés sueurs froides ! Le jeu est désormais disponible en téléchargement sur le Nintendo Store pour la modique somme de 19.99 euros ! Laissez vous tenter.


Lageekroom

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *