TEST : Metal Max Xeno, découvrez un Tokyo post-apo à bord de votre char d’assaut

Un Tokyo post-apocalyptique ? Un personnage badass qui pilote des chars d’assaut ? Des monstres mécaniques à dessouder ? Metal Max Xeno, c’est tout ça ! Un RPG typiquement japonais qui déboule pour la première fois chez nous grâce à NIS America et Koch Media, alors que la licence existe depuis quelques années déjà au Japon. Nous nous sommes lancés dans cette aventure atypique et surprenante : avons-nous accroché à l’univers et au concept du jeu ?


Test Metal Max Xeno PS4 Koch Media NIS America RPG


Test Metal Max Xeno PS4 Koch Media NIS America RPGMetal Max Xeno est un RPG tout ce qu’il y a de plus traditionnel : on level up, on loot, on affronte des ennemis plus ou moins balèzes, le tout sur une map à découvrir. Mais le jeu se veut original dans son approche, et propose également de piloter divers tanks, dans lesquels notre personnage pourra se planquer pour affronter des monstres plus puissants et faire beaucoup plus de dégâts. Mais revenons un peu sur l’histoire du jeu : le monde n’est plus ce qu’il était, et le Tokyo post éradication de l’humanité que vous allez parcourir ressemble bien plus à Mad Max qu’à Horizon Zero Dawn. A vrai dire, le désert s’étend à perte de vue, et seuls quelques immeubles en ruine ou quelques bases émergeront de cette tristesse visuelle. Le jeu est vide, archi vide, ultra vide… Et ce sera à vous, survivant, de mettre la main sur d’autres humains, histoire de tenter un repeuplement de l’espèce humaine. Dans ce monde, les monstres et les machines ont repris le dessus, l’IA créée par les humains ayant déterminé que la menace du réchauffement climatique était liée à l’homme lui-même. La création qui se retourne contre son créateur ? On connait bien.


Test Metal Max Xeno PS4 Koch Media NIS America RPG


Les combats du jeu se déroulent au tour par tour, le joueur pouvant utiliser plusieurs attaques ou skills pour varier les approches, se défendre ou même prendre ses jambes à son coup comme un lâche. La plupart des « petits » combats s’avèrent assez simples, et on pourra se contenter de spammer la touche d’attaque en attendant de voir exploser son adversaire, sachant qu’il est possible de l’attaquer « avant » le début d’un combat, histoire de prendre l’ascendant. Mais tout ne sera pas si facile et des ennemis inédits et surpuissants vous donneront beaucoup plus de suées, certains étant ultra robustes et nécessitant d’aller faire un peu de level up avant de retenter le coup. C’est à bord de notre tank que l’on découvrira la map, les ruines, quelques souterrains, et les bases permettant de recharger les vies et les munitions. La recherche ne sera pas bien compliquée étant donné que tous les éléments à looter sont indiqués sur la carte. Dommage, un peu de surprise n’aurait pas été de refus. Metal Max Xeno fait la part belle aux améliorations : qu’il s’agisse de votre personnage ou de vos tanks, tout est customisable, et certains véhicules auront bien plus de gueule après quelques heures de jeu. On pourra utiliser les divers éléments trouvés pour fabriquer des canons, des mitrailleuses, un meilleur moteur et des équipements plus robustes. Les possibilités sont assez larges et vraiment sympas, et poussent à fouiner pour trouver les items les plus rares. Tuer un boss ou un ennemi spécifique dans une mission secondaire permettra également de faire le plein de ressources.


Test Metal Max Xeno PS4 Koch Media NIS America RPG


Comme tout bon jeu japonais, Metal Max Xeno fait la part belle aux personnages atypiques, bien souvent clichés. Le chara design reste globalement réussi, et on s’amusera à découvrir tous les personnages du jeu, qui pourront éventuellement nous accompagner pour former une équipe plus efficace (le mécano sera d’une grande aide pour réparer vos véhicules). Les dialogues sont parfois drôles, parfois niais, parfois longuets… On passe par un peu toutes les émotions, mais le tout se suit avec fluidité. On notera tout de même que les insultes fusent, tout comme les allusions sexuelles. Vous aurez la possibilité de vous balader dans votre base pour interagir avec vos compagnons, boire un coup, améliorer votre tank ou taper la causette avec l’android sexy. Un chouette programme. Seulement voilà : malgré pas mal de possibilités, d’améliorations, et de monstres à détruire, le jeu s’avère très classique dans ses mécaniques de jeu. Metal Max Xeno s’avère assez vite répétitif, et le joueur reproduira le même schéma à chaque partie : on se balade, on tue des monstres, on loot 2/3 bricoles, et on rentre à la base faire le plein et améliorer son matos. Les quêtes principales maintiendront le joueur en éveil malgré tout : y a t’il réellement des survivants dans ce monde ? Forcément, la découverte d’une jeune femme encore en vie va redonner l’espoir à nos personnages, tout en faisant baisser le pourcentage d’extinction probable de la race humaine. Mais ce qui risquera de faire fuir la plupart des joueurs va vous sauter aux yeux dès la première seconde du jeu : les graphismes sont ultra basiques, à peine dignes d’une Playstation 2. Les décors sont vides, le jeu est flou, les modèles 3D sont archi basiques, les effets spéciaux sont risibles, et les animations des personnages méga raides. Voir de tels graphismes sur une Playstation 4 et sur un écran 4K a de quoi choquer. Même si l’on conçoit le fait que les graphismes ne font pas tout et que le jeu dispose d’un mini budget, il faut avouer que le rendu est assez hallucinant. Metal Max Xeno pèse à peine plus d’un giga à l’installation : tout est dit.



RPG classique proposant des phases à pied ou de conduite de tanks, Metal Max Xeno propose une aventure intéressante sur certains points mais trop limitée sur la durée. Les améliorations sont nombreuses, notamment via un tableau avec des points à débloquer en effectuant des actions dans le jeu, les tanks sont personnalisables, et le chara design est réussi, mais la réalisation graphique d’un autre temps et les dialogues uniquement en anglais réserveront le jeu aux joueurs à la recherche d’une expérience « différente ». Il faut saluer le fait que Metal Max Xeno ait la chance de voir le jour chez nous, mais le jeu manque clairement d’ambitions, et propose des graphismes incroyablement vides. Dommage, car les bonnes idées sont là, et nous y avons passé de bons moments !


Lageekroom

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *