TEST : Outward, un RPG orienté survie qui mérite que l’on s’y attarde

Outward est un jeu qui nous intrigue depuis son annonce, et notre court essai chez Koch Media fin janvier n’a fait que confirmer ce sentiment. Sur le papier, Outward a tout pour plaire pour le joueur à la recherche d’un RPG de niche orienté survie, malgré des graphismes clairement en retrait. Nous nous sommes lancés dans l’aventure, et on vous en parle sans plus attendre !


TEST avis Outward RPG survie koch media deep silver open worldOutward va droit au but, et ne s’embarrasse pas d’un outil de création de personnage trop complexe. Celui-ci est en effet basique et ne vous occupera qu’une poignée de secondes, et le scénario ne tarde donc pas à se mettre en place. Votre personnage n’a clairement pas de bol, et se retrouve en slibard sur une plage après le naufrage de son navire. Vous étiez parti en quête d’or pour rembourser une dette familiale qui vous colle à la peau, mais tout ne s’est pas passé comme prévu. L‘arrivée dans le monde d’Outward se fait donc brutalement, et ce sera à vous de trouver le nécessaire pour survivre et remplir vos objectifs. On ne peut pas dire que la narration soit très travaillée, et malgré une VF qui a le mérite d’être présente (mais qui s’avère franchement moyenne), la plupart des indications sur l’histoire seront écrites. Les premiers pas dans le jeu s’avèrent vraiment difficiles, et on mesure vite les limites de son personnage. Votre sac à dos ne peut contenir qu’un certain poids d’objets, les armes s’usent, il faut faire avec les variations de température et veiller à ne pas avoir faim ou soif. Beaucoup de contraintes donc, mais que l’on apprend vite à gérer avec un minimum d’organisation.


TEST avis Outward RPG survie koch media deep silver open world
Vous démarrez votre aventure… En slip

Il faudra donc s’équiper en conséquence, et avoir tout le nécessaire pour ne pas mourir bêtement tué par une hyène ou un bandit de passage. Dans Outward, on ne gagne pas d’XP en terminant les missions ou en tuant des monstres, contrairement à tous les jeux du genre : c’est votre équipement qui fera toute la différence. Vous ne pourrez donc pas vous aventurer dans les marécages ou les pleines enneigées si vous n’avez pas le stuff nécessaire pour vous défendre et vous protéger contre les variations météo. Le jeu propose pas mal de crafting, et vous pourrez pratiquer l’alchimie et vous fabriquer toutes sortes d’objets, de potions ou d’armes. Les menus sont parfois compliqués à appréhender, mais on prend rapidement plaisir à cuisiner de la viande fraîchement arrachée d’un animal ou à se fabriquer un bonus de feu à utiliser sur son épée. Les mécaniques de jeu sont vraiment bonnes et l’aspect survie bien foutue, rendant le jeu souvent exigeant et punitif. Les maladies ou autres blessures pourront avoir raison de vous en quelques minutes, quand ce ne sera pas un ennemi qui vous aura éclater la tronche en un coup de hache bien placé. Inutile de foncer tête baissé jusqu’à votre objectif ! N’oubliez pas de faire le plein d’eau potable et de pêcher pour bénéficier de suffisamment de ressources, sans oublier de vous reposer. Dormir est une composante importante du jeu, et une fois encore, la vigilance sera de mise : privilégiez les endroits sécurisés pour installer votre sac de couchage, histoire de ne pas vous faire attaquer ou tuer pendant votre sommeil. Il faudra également compter sur sa tenue (casques, armures, vêtements, bottes), et bien équiper son personnage !


TEST avis Outward RPG survie koch media deep silver open world
Ce moment ou vous réalisez qu’il va falloir vous débrouiller par vous-même

Outward n’est pas un jeu qui prend le joueur par la main, et on pourra s’y sentir parfois perdu. Par exemple, la map indique les lieux et les personnages clés, mais jamais votre position. Observation et réflexion seront donc nécessaires pour s’orienter et ne pas se retrouver paumé au fin fond du désert. Votre personnage devra visiter des zones plutôt variées (forteresses ou villes, plaines, déserts, montagnes, marécages) et trouver de quoi accomplir ses quêtes. En plus de la vie et de l’endurance, à toujours surveiller, vous pourrez utiliser votre mana pour bénéficier de sorts de magie, à apprendre auprès de certains personnages. Attention, augmenter sa jauge de magie demandera de sacrifier de la vie ou de l’endurance. Quand on vous dit que le jeu est exigeant ! Les choix laissés au joueur sont assez importants, et la quête principale est loin d’être linéaire. Une nouvelle fois, rejoindre un lieu important demandera une certaine concentration et une bonne écoute des dialogues, la map se contentant du minimum. On notera que le jeu est intégralement en français, et que de nombreux dialogues proposent des choix. On a réellement l’impression de vivre son aventure comme on le désire, ce qui est un gros point pour l’immersion ! Même si votre personnage de gagne pas de niveaux, des compétences pourront être acquises : le coup de pied est disponible dès le début, et vous pourrez par exemple débloquer des attaques spéciales ou même lancer des lanternes pour cramer vos ennemis.


TEST avis Outward RPG survie koch media deep silver open world
C’est ici que le Mana va s’offrir à vous !

Les combats seront nombreux et difficiles. Evidemment, nous sommes à des années lumières de The Witcher 3 par exemple, mais la toute petite équipe de Nine Dots Studio a fait du bon boulot ! Les combats ne sont pas épiques mais vraiment stressants, et on flippe pour sa vie à chaque seconde. Coup fort, coup faible, roulade, parade avec votre arme ou un bouclier : tout y est, et il ne faudra pas oublier ses potions pour ne pas se faire surprendre par un groupe de bandits ou un monstre plus balèze. Votre arme fera forcément la différence, et trouver une arme puissante et légère vous aidera dans votre quête. De nombreux marchands seront également de la partie, histoire de vous racheter du matos, de vous en vendre bien entendu, ou de vous en fabriquer. Il y a de nombreux objets à découvrir, et le jeu réserve même quelques surprises. En cas de défaite, on ne meurt pas vraiment, et le jeu vous replace en lieu sur, ou dans le pire des cas dans un camp de bandits. A vous de retrouver votre stuff et de vous sortir de cette mauvaise passe. Autre exemple de mauvaise surprise, nous avons pénétré une forteresse à le recherche d’un lieu sur pour nous reposer. Manque de chance, les propriétaires des lieux ne l’ont pas entendu de cette oreille et ont dépouillé notre personnage, qui s’est retrouvé dans des mines une pioche à la main. L’occasion de rencontrer d’autres PNJ et de débloquer de nouvelles quêtes annexes. La découverte est plaisante et nous avons passé des heures à nous balader pour découvrir les environs, d’autant que le jeu est jouable en coop (local ou en ligne), ce qui vraiment excellent !


TEST avis Outward RPG survie koch media deep silver open world
Les textures sont vraiment basiques…

Techniquement, et vous l’avez remarqué sur nos screens, le jeu est vraiment laid… Ou plutôt ultra basique. La fluidité est là, mais le rendu fait très PlayStation 2, avec de l’aliasing, des textures souvent affreuses, et des animations bien raides. Malgré tout, certains panoramas sont jolis et dépaysants, mais on ne peut pas fermer les yeux sur la partie technique, qui a clairement plus de 10 ans de retard. Dans le même ordre d’idée, le sound design est archi basique, et mis à part quelques chants d’oiseau, l’ambiance sonore est très vide, malgré quelques musiques réussies. Non, ce n’est vraiment pas sur sa partie technique que le jeu va faire la différence, et le manque de moyens se faire cruellement sentir. Les décors proposent une chouette variété et de jolies couleurs mais le tout est très vide également, et les ennemis sont posés ça et là sans réel but.


TEST avis Outward RPG survie koch media deep silver open world
…Mais certains panoramas s’avèrent tout de même assez jolis

Outward est un jeu qui mérite que l’on s’y attarde. Nous savons pertinemment que 80% des joueurs vont décrocher au bout de quelques minutes, à cause des ses graphismes datés et de sa difficulté. Et c’est clairement dommage, tant le jeu est bourré de potentiel. Pour peu que l’on passe les 3 premières heures de jeu difficiles, Outward propose de bons moments, une chouette liberté, et des mécaniques de jeu vraiment intéressantes. Il y a de la survie, mais pas que, et les possibilités de craft sont nombreuses. L’univers est vaste, varié, et le joueur peut organiser son aventure comme il l’entend. Oui, Outward est à la rue techniquement, mais il s’est révélé ultra addictif, et c’est tout ce qui compte ! 


Les +

  • une grande liberté d’action
  • intégralement en VF
  • les mécaniques de survie, bien foutues et pas si contraignantes que ça
  • univers vaste et varié
  • un sentiment de menace permanent
  • d’excellentes mécaniques de jeu
  • système de craft bien développé
  • la map, qui laisse le joueur se débrouiller par lui-même
  • un bestiaire assez varié
  • jouer en coop en écran partagé !
  • difficile de lâcher la manette de notre côté

Les –

  • les combats, trop rigides
  • techniquement à la rue et basique
  • le sound design, décevant
  • le tout est globalement bien vide
  • parfois punitif
  • les doublages en français, vraiment bof

Lageekroom

Une pensée sur “TEST : Outward, un RPG orienté survie qui mérite que l’on s’y attarde

  • 4 avril 2019 à 14 h 40 min
    Permalink

    Encore une très bonne analyse comme vous dites plus d’une personne vas lâcher au bout de 3 minutes perso ce petit RPG me tente vraiment.

    Toujours un plaisir de vous lire

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *