TEST : PixARK, un mélange Minecraft / ARK qui fonctionne ?

Disponible en accès anticipé depuis mars, PixARK débarque sur nos consoles en version officielle ! Ce mélange de Minecraft et d’ARK nous fait de l’œil depuis son annonce et ses premières présentations, et nous avons eu la chance de recevoir une version Xbox One afin de vous en proposer un test sur le blog. Allez, on prend notre b… et notre couteau, et c’est parti !


Les amateurs de Minecraft ne seront pas dépaysés dès leurs premiers pas dans PixARK. Le jeu reprend en effet la plupart des mécaniques de jeu cultes du jeu de Mojang, et s’avère extrêmement complet. Après avoir crée votre avatar, vous voici propulsé dans un monde de cubes à détruire et à reconstruire. Le jeu laisse le choix entre une vue FPS et une vue à la troisième personne, qui permet d’avoir une visibilité nettement plus large de votre environnement. Dans PixARK, votre XP augmente toute seule, avec le temps qui passe. En gagnant des points, vous aurez la possibilité de débloquer de très nombreuses compétences et possibilités de construction, afin de vous fabriquer votre chez-vous et de vous armer en conséquence, que ce soit en solo ou en multi sur un serveur.



PixARK, c’est de la survie / bac à sable comme on la connait depuis quelques années maintenant. Lorsque votre personnage engrange des points, il peut acheter des engrammes, qui s’avèrent être des recettes pour du matos ou des améliorations. On se contente au début de casser des blocs et de looter tout ce que l’on peut trouver, pour rapidement se fabriquer une arme de fortune pour se défendre ou encore chasser. Il faudra donc crafter à gogo, sans oublier de boire, manger, et se protéger des variations des températures. Le tout est très complet et se rapproche donc de ce que l’on a pu trouver dans Ark, avec des graphismes à base de pixels et de cubes comme dans Minecraft. Comme prévu, les dinosaures sont également de la partie. Si dégommer un petit lapin sera à la portée de tout le monde, les créatures préhistoriques vous donneront davantage de fil à retordre. Le bestiaire est varié et plutôt sympa, et l’exploration est plutôt intéressante. Mais avant de vous aventurer trop profondément dans les terres, vous aurez la possibilité de dompter des créatures, qui pourront vous protéger ou encore porter votre équipement. Il faudra trouver la bonne nourriture, puis la proposer aux différentes espèces pour les dompter. On pourra même se fabriquer un enclos pour les garder près de soi, avant de partir en expédition. A plusieurs, c’est encore plus sympa, et on pourra s’amuser à attaquer des grosses bestioles ou même s’organiser des petites courses sur les montures. Il y a toujours quelque chose à looter, à crafter… Et à faire, tout simplement.



Sur le papier, tout semble riche et varié, mais manette en main, les choses se compliquent… En effet, la jouabilité est catastrophique à la manette, les menus étant pensés à 100% pour les joueurs PC. La moindre manipulation s’avère compliquée et il faut naviguer entre plusieurs menus pour une simple validation d’amélioration. Cette version Xbox One ne bénéficie pas de l’écran tactile de la Switch, et la prise en main est donc ultra délicate et frustrante. On ajoute à cela une maniabilité particulièrement pénible du personnage, qui a toutes les peines du monde à effectuer un simple demi tour ou à tourner en courant. L’impression de contrôler un bloc de béton est là, et le design très particulier de votre avatar n’aidera pas à l’apprécier. Graphiquement, le tout est suffisamment fluide et coloré pour se placer dans la moyenne. La direction artistique cubique, on connait, et le rendu est très satisfaisant. Dommage que le jeu souffre de nombreux bugs de collision, empêchant parfois votre personnage ou sa monture d’avancer ou de reculer. Le tout manque encore clairement de finition.



PixARK propose un mélange qui fonctionne bien… Mais sur le papier seulement. Bien que le jeu soit riche et complet (on n’en attendait pas moins d’un jeu du genre), sa maniabilité et ses menus plombent clairement l’expérience. Le jeu est bourré de bonnes idées, réellement généreux, mais la moindre action ou le moindre écran dans les menus risqueraient bien de vous faire criser. Il est vraiment dommage que l’expérience soit à ce point gâchée, et nous espérons que de futures mises à jour corrigeront ces problèmes, car le potentiel est là !


Les +

  • le mélange Minecraft/Ark qui fonctionne bien
  • plutôt joli et coloré
  • des possibilités de crafting riches et nombreuses
  • le système d’XP, original
  • jeu solo ou online
  • le contenu, diversifié
  • pouvoir dompter et monter sur les dinosaures
  • addictif si on aime le genre

Les –

  • interface inadaptée à la manette
  • la maniabilité, lourdingue
  • la traduction approximative
  • le moteur physique raté du personnage
  • encore beaucoup de bugs

Lageekroom

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *