TEST : TT Isle of Man 2, que vaut la version Nintendo Switch ?

Les français de Kylotonn ne chôment pas ! Voitures ou encore motos, tout y passe, et après le portage de l’excellent WRC 8 sur Nintendo Switch, c’est au tour de TT Isle of Man 2 de venir faire chauffer la gomme sur la console hybride de Nintendo. Nous en avons reçu un exemplaire de la part de l’éditeur, et il est temps de voir si ce portage en a sous la pédale !


TEST : TT Isle of Man 2, que vaut la version Nintendo Switch ?TT Isle of Man 2 est un jeu difficile ! Centré autour de la course du Tourist Trophy de l’Ile de Man, le titre déjà sorti sur consoles de salon propose un gameplay exigeant et bien souvent punitif. Véritablement simulation, TT Isle of Man 2 n’en oublie pas les joueurs occasionnels en proposant de nombreuses aides au pilotage, mais le tout reste très pointu. Précision et concentration seront donc de mise pour éviter de planter sa bécane dans une rambarde et voir son pilote s’écraser lamentablement au sol, chose qui risque de vous arriver trèèèèès souvent durant les premières heures de jeu malgré la présence (optionnelle) d’un tracé au sol à l’image de ce que l’on trouve dans un Forza par exemple. Mais lorsque ce tracé deviendra rouge (synonyme de vitesse trop élevée), il sera bien souvent trop tard. Niveau contenu, TT Isle of Man 2 s’avère tout à fait complet sur Switch, et propose un mode carrière plutôt accrocheur et parfois proche de celui de WRC 8, avec des épreuves variées, des défis, des courses et des championnats. Si la progression est bien fichue, on regrettera (surtout en mode portable) la taille ri-kiki des menus. C’est bien simple, c’est écrit tout petit, et il faudra souvent plisser les yeux pour y voir quelque chose (ou alors c’est l’âge, peut-être ?). C’est bien dommage, car de nombreux paramètres sont à gérer et on passe parfois de longues minutes à tout bien organiser avant la course, notamment lorsqu’il s’agit d’améliorer sa moto.


TEST : TT Isle of Man 2, que vaut la version Nintendo Switch ?
Visuellement, ça pique sur Switch…

Nettement plus précis que dans le premier opus, le gameplay de TT Isle of Man 2 a effectué un joli bon en avant, et on pourra se la donner sur 9 tracés anglais, 8 en Irlande et les 12 portions du Snaeffel Mountain Course. Un contenu qui ne semble pas colossal au premier abord, mais compte tenue de la longueur des courses, vous en aurez clairement pour votre argent. Cette version Switch adapte donc parfaitement le gameplay du titre (physique améliorée, comportement plus réaliste des motos, usure des pneus, freins altérés par les contraintes thermiques ) à une petite nuance près : les gâchettes de la manette. Avec les Joy-Con d’origine, vous allez vite remarquer qu’il est bien difficile de doser correctement sa vitesse. Les version Xbox One ou PS4 ne souffraient bien évidemment pas de ce problème avec leur gâchettes analogiques précises (surtout sur la console de Microsoft), et cette version Switch se situe donc un cran en dessous en terme de sensations. C’est dommage, et on sent que les développeurs ont fait de leur mieux mais se sont retrouvés limités par la manette. Concernant le stick, souvent réputé « mou », nous n’avons pas eu de soucis particulier, et les courbes prises par nos motos se sont révélées précises. Notez que le jeu propose un mode « conduite libre », qui permet de découvrir les routes irlandaises. Un mode sans pression ni prise de tête, qui permet de se balader tranquillement en s’appropriant le gameplay.

Là ou notre avis va être un peu plus sévère, c’est concernant le technique. Dans notre test de WRC 8 sur Nintendo Switch (à découvrir ci-dessous), nous disions concernant les graphismes qu’ils étaient « clairement décevant. Les textures sont beaucoup moins travaillées, les arbres souffrent de clipping, la distance d’affichage est moins bonne, et c’est la fête à l’aliasing ». Le constat est un peu le même ici, en pire, le downgrade étant énorme. On sait que la Switch est moins puissante que ses concurrentes (elle n’a d’ailleurs jamais misé la dessus), mais on aurait espéré mieux. Les textures sont ultra basiques, la modélisation des motos à des années lumières des autres versions, et l’aliasing se fait plaisir, notamment sur les bâtiments. Le jeu proposant souvent des pointes de vitesse assez impressionnante, le clipping se pointe lui aussi et affiche grossièrement et au dernier moment des pans entiers de décor. Même la PS Vita était capable en son temps d’afficher de plus jolis graphismes… C’est vraiment dommage car la fluidité est au poil, et le jeu ne rame jamais. La sensation de vitesse est donc excellente, encore plus lorsque l’on utilise les vues embarquées, ultra immersives.


A lire également : 



Il est difficile de dire que ce portage de TT Isle of Man 2 est une totale réussite, car le tout est un peu gâché par l’aspect technique. Le contenu est là et le gameplay est parfaitement bien adapté (malgré les gâchettes moins précises pour gérer sa vitesse) et le jeu est parfaitement fluide. Jouer à TT Isle of Man 2 en mode portable reste un plaisir, et se balader sur les routes irlandaises offre un chouette dépaysement entre 2 épreuves d’un mode carrière assez complet. Malheureusement, les graphismes gâchent un peu l’expérience, et affichent des décors aux textures datées et des modélisations des bécanes assez basiques. On croirait retourner une voire deux générations en arrière, et on sait que la console sait faire beaucoup mieux. A l’image de WRC 8 (qui était néanmoins un poil plus joli), TT Isle of Man 2 propose une expérience agréable, du contenu, mais des carences techniques qui pourraient en faire fuir plus d’un, ou plutôt les orienter vers les version One ou PS4, tout simplement excellentes. 


Les +

  • contenu intéressant
  • mode carrière accrocheur
  • le mode conduite libre
  • sensations excellentes
  • gameplay retravaillé
  • une véritable simulation, et un gros challenge
  • aides à la conduite pour convenir à la plupart des joueurs
  • parfaitement fluide
  • 40 motos et 23 pilotes officiels

 

Les –

  • soucis techniques nombreux (textures, aliasing, clipping)
  • modélisation des motos basique
  • les gâchettes qui manquent de précision pour gérer sa vitesse
  • menus minuscules, surtout en mode portable
  • très peu d’intérêt si vous possédez déjà une autre version (One ou PS4)

Lageekroom

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *