TEST : Yakuza 6 sur PS4, l’épisode ultime de la série de SEGA ?

Yakuza 6 est là ! Des mois d’attente, un report, une démo, et voici enfin la version européenne du jeu de SEGA. Nous adorons cette licence depuis le tout premier opus, et nous avions vraiment hâte d’avoir ce nouvel épisode entre nos mains. Après un Yakuza Kiwami très réussi (test à lire ici), voyons voir ce que cette « vraie » suite a dans le ventre.


Image associée

 


Nous n’irons pas jusqu’à dire que la saga Yakuza a remplacé Shenmue dans nos cœurs, mais elle y tient une place très importante. Yakuza 6 est le tout dernier volet des aventures de Kazuma Kiryu, qui connait un succès de plus en plus grand en Europe et aux Etats-Unis. Gros succès au Japon depuis ses débuts, la saga fait son trou dans le reste du monde, ce qui est une excellente chose. Après avoir vécu les années 80 avec Yakuza 0, ce sixième opus reprend place dans la chronologie de l’histoire.

N’y allons pas par 4 chemins, ce Yakuza 6 est un des meilleurs opus de la série. On retrouve avec plaisir le quartier de Kamurocho, avec ses magasins, ses salles de jeu, ses divertissements, le tout avec encore plus de détails graphiques. L’immersion est juste géniale, et toutes ces améliorations sautent aux yeux après avoir terminé Yakuza Kiwami, qui proposait des mécaniques de jeu un peu datées (remake du premier jeu oblige). Il n’y a qu’à voir les animations de Kazuma pour se rendre compte de l’évolution du titre : finies les collisions aléatoires avec les passants dans la rue, le tout est désormais beaucoup plus fluide et mieux détaillé dans les animations. On regrettera un aliasing un peu prononcé, mais il faut saluer le travail des développeurs : le jeu est vraiment très beau. On retrouve l’ambiance des quartiers japonais (que nous avons découvert lors de notre récent voyage), et cela nous paraît encore plus réaliste. L’immersion dans Kamurocho est juste parfaite ! Au delà des missions principales, il y a des tonnes de choses à faire dans Yakuza 6. On s’amusera dans les salles d’arcades avec des jeux complets de chez SEGA, avant d’aller se faire un karaoké ou un petit restau. On ne s’ennuie jamais, et les objectifs à accomplir sont ultra nombreux. Chaque action, chaque combat, et chaque sushi englouti vous fera gagner des points d’expérience. Une nouvelle fois, les améliorations sont nombreuses, et on s’amusera encore plus à participer à toutes les activités annexes pour booster son personnage.



Mais la saga Yakuza puise également sa force dans son scénario, et ce dernier épisode suit le même chemin. Si vous connaissez la série depuis ses débuts, vous savez que les rebondissements sont légion : trahisons, traîtrises, meurtres : tout est fait pour vous faire vivre un polar digne du cinéma. Les personnages sont ultra charismatiques, certains étant joués par de vrais acteurs (Kitano en tête), et l’histoire, bien qu’en anglais uniquement, est un délice. Attention, si ce Yakuza 6 est le premier épisode auquel vous jouez, nous vous conseillons de visionner une petite vidéo récap sur Youtube pour vous aider à comprendre les tenants et aboutissants de cette histoire ultra riche. Mais Yakuza, c’est aussi un système de combat qui a fait ses preuves depuis des années et qui s’est enrichi d’épisode en épisode. Les combats sont d’une jouissance à rendre jaloux les meilleurs jeux de baston. Grâce aux nombreuses améliorations à acquérir en grimpant en XP, Kazuma deviendra de plus en plus balèze et apprendra de nombreuses techniques. Les combats sont simples à prendre en main, mais restent néanmoins complets, avec toujours ces « finish » ultra violents. Des « fatalities » qui font mal : le sang gicle et les dents et les mâchoires se fracassent. Ne vous étonnez pas si Kazuma attrape un vélo en pleine rue pour l’éclater dans la tronche d’un ennemi. Il faut tout de même préciser que le système de combat a été simplifié par rapport à l’épisode Kiwami. L’accessibilité n’en est que meilleure, et on évitera de se mélanger les pinceaux en passant d’un style de combat à un autre. Un excellent point !

Précision pour les néophytes : contrairement à ce qui peut se dire, Yakuza 6 n’est pas un GTA-like ! Le monde est semi ouvert et il ne s’agira pas de voler un véhicule pour se déplacer. On pourra certes entrer dans de nombreux lieux, boutiques, ou magasins, mais il ne faudra pas s’attendre à une liberté telle que celle des jeux Rockstar. Mais ne vous méprenez pas : il y a énormément de choses à faire dans le jeu de SEGA, et Kazuma pourra même créer son propre clan pour aller tataner ses adversaires : un véritable jeu dans le jeu ! Avec ses multiples possibilités et ses mini-jeux, Yakuza 6 tombe parfois dans le grotesque et l’excès… Mais on lui pardonnera sans soucis.



En plus du quartier de Kamurocho, vous visiterez la ville d’Onomichi, avec ses décors plus apaisants et son ambiance différente et moins « tendue ». Un changement de décor qui fait du bien, les paysages étant franchement jolis et les détails toujours au rendez-vous. Il se dégage de ce Yakuza 6 une sensation de richesse et de vie permanente. L’immersion est, une nouvelle fois, complètement au rendez-vous. Proposant une durée de vie excellente (20h en ligne droite), un scénario prenant et de nombreuses activités et améliorations, Yakuza 6 est une réussite. Malgré quelques bugs et un aliasing un peu gênant, le jeu de SEGA est un quasi sans faute qui fera plaisir aux fans, mais également aux joueurs découvrant la licence. Une exclusivité Playstation 4 de qualité, à jouer absolument si les sous-titres anglais ne vous rebutent pas.


Les +

  • une ambiance incroyable
  • l’immersion au rendez-vous
  • graphismes améliorés, visages photo-réalistes
  • un scénario bien écrit
  • des personnages toujours aussi charismatiques
  • Kamurocho, plus vivant que jamais
  • plein d’activités annexes et de missions secondaires
  • système de combat simplifié et plus accessible
  • des « finish » violents et jouissifs
  • l’ambiance plus posée d’Onomichi
  • un des meilleurs Yakuza, tout simplement

Les – 

  • l’aliasing prononcé
  • certaines quêtes trop WTF
  • sous-titres anglais uniquement

Ne manquez pas notre article sur le tout premier opus de la saga sur Playstation 2 !


(Re)découvrez ces histoires dans des courts-métrages filmés à Tokyo, ici : 
> Le videur : https://youtu.be/g1f8VTxwlrg 
> L’autre Haruka : https://youtu.be/JrVjjxYPoeE 
> L’enfant prodigue : https://youtu.be/SYvbBgOyrV8


Lageekroom

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *