Vincent/Oni nous livre sa pensée du moment sur les portages, remakes, et remasters

Les portages, remasters et autres remakes de jeux ne sont pas nouveaux, quand ce ne sont pas simplement des rééditions améliorées. Cela dit, sur la génération actuelle de nos consoles, j’ai l’impression que la pratique s’est accentuée. Ce n’est peut-être qu’une impression liée à une mise en avant plus grande de ces éditions dans l’actualité ou tout simplement au fait qu’elles paraissent plus importantes face à des annonces de nouvelles IP et autres suites qui semblent moins abondantes. Bref, je ne sais pas, mais ça me trotte dans la tête. Comme je suis têtu et que ça commence à me les briser d’avoir la même ritournelle dans la caboche, je voulais en parler. 


Portages, remasters, remakes, etc., on s’y perdrait presque…


Personnellement, je fais une distinction nette entre les portages / remasters et les remakes. Dans le premier cas, on prend le contenu original, on retravaille quelques éléments et on balance la version « améliorée / adaptée » sur le nouveau support. Dans le deuxième cas, on prend le jeu original et on retravaille complètement l’ensemble pour en faire une véritable version modernisée, tout en essayant de conserver l’âme du jeu original.


Le remake ou comment redonner vie à une légende du passée



A mes yeux, les remakes ont un véritable intérêt quand ils sont bien faits. Je pense par exemple à l’excellent Wonder Boy : The Dragon’s Trap. Le titre original date de 1989 et j’ai pu y jouer sur la Master System. Quand j’ai découvert le remake de Lizardcube, j’ai été bluffé. J’ai retrouvé le jeu original, bien sûr, mais également toute la version modernisée. Cette dernière est juste sublime. Elle reprend l’âme du titre de 1989, tout en lui donnant un aspect irréprochable en 2018. Il y a un vrai travail artistique sur le projet et c’est ce qui m’a plu. Pour prendre un autre exemple, je pense à la Crash Bandicoot N. Sane Trilogy qui permet quand même de découvrir les trois opus originaux avec des visuels de qualité et quelques petites améliorations bienvenues. Quand je remets les anciens, je vois réellement le travail fourni. A ce titre, il me tarde également de voir le résultat de la Spyro : Reignited Trilogy.


Portage / Remaster, on prend les mêmes et on recommence ?



En ce qui concerne les portages, quand c’est d’un support actuel sur un autre, il y a bien un intérêt. C’est toujours agréable de pouvoir profiter d’un jeu PC ou d’une machine concurrente sur sa console. La Wii U ayant été un four par exemple, j’ai été content de pouvoir profiter de Zombi sur ma Xbox One, même si une partie de l’expérience est tronquée du fait que le titre ait été pensé pour exploiter au mieux les spécificités de la machine de Nintendo. En revanche, sur les remasters, je dois avouer que j’avais une opinion plus tranchée. Attendant surtout des nouvelles IP ou même des suites de qualité, je suis assez déçu de l’effet d’accumulation des annonces, tous les éditeurs y passant ou presque. La déception est d’autant plus grande quand je vois que ça concerne majoritairement des jeux de la Xbox 360 que l’on essaie de nous refaire payer avec quelques pixels en plus, voire parfois avec un meilleur framerate. Dans ce cas là, je dois avouer que je grince fortement des dents, surtout que la Xbox One propose la rétrocompatibilité.


Si personne n’achetait, il n’y en aurait plus ?


Résultat de recherche d'images pour "devil may cry wallpaper"


Je sais qu’il y a un marché pour cela, sinon tous les éditeurs ne s’y mettraient pas… Après tout, ça ne représente pas tant de travail que ça et ça permet d’engranger facilement quelques euros de plus, de quoi avoir de bons bonus pour les actionnaires à la fin de l’année fiscale. Je suis tout de même plus clément quand l’éditeur laisse le choix au joueur entre un remaster et la possibilité de jouer au même titre via la rétrocompatibilité, au moins chacun a le choix. Néanmoins, je ne reste pas totalement fermé aux remasters. Si je ne vois que peu d’intérêt à la Devil May Cry HD Collection par exemple (il fallait bien un exemple et Capcom reste le roi du remaster), à moins vraiment pour celui qui n’y a jamais joué et qui veut la découvrir (mais bon ça reste le portage d’un portage dans le fond…), ma sensibilité fait que je suis moins tranché sur d’autres titres.


Le remaster ou comment se libérer des contraintes techniques…



Je pense notamment au portage de Shadow of the Colossus ou celui de The Last of Us, voire même à un Burnout Paradise Remastered par exemple. En effet, dans les deux premiers cas, les machines sur lesquelles les jeux sont sortis étaient poussées dans leurs derniers retranchements. Du coup, le remaster a permis de « libérer » la vision artistique des contraintes techniques et ainsi d’offrir une expérience plus fluide, plus en adéquation avec ce que les développeurs voulaient créer. Pour Burnout, la différence avec la version originale est assez flagrante. Même si c’est loin d’être le meilleur exemple, la suppression de l’aliasing et l’amélioration des textures avec le 60 fps donnent un rendu plus qu’appréciable et plus de vélocité au gameplay.


Parce que la sensibilité de chacun, ça compte aussi !



Je pense enfin à un dernier cas, celui de Shenmue I & II. Même si le pack va sortir avec un simple lissage (et des sous-titres français quand même), il vaut le coup à mes yeux. Pourquoi ? Parce qu’il n’est pas évident de trouver les jeux originaux (surtout les versions Dreamcast qui sont vendues à prix d’or). De plus, avec le 3 qui va arriver chez la concurrence, ça reste une très belle opportunité de donner de la visibilité à ces deux pépites, tout en permettant aux nostalgiques de les redécouvrir sans devoir brancher la DC à une cathodique ou une toute petite télé. Je vais pouvoir en profiter sur ma télé 4K et même si ça ne va pas être beau et que ça paraîtra vieilli, j’en serai heureux.


En quelques mots, Oni il en pense quoi alors ?


Tout ça pour dire au final que même si je peste souvent contre les remasters, dans le fond, c’est surtout à cause de l’effet de mode que nous râlons, ce qui est combiné à une sensation de manques de véritables nouveautés, surtout sur Xbox One, du moins quand on met de côté les indépendants qui arrivent quant à eux à proposer de vraies pépites qui passent malheureusement souvent inaperçues, faute de moyens et/ou de communication. Bref, si les annonces étaient plus éparses ou plus diluées dans l’actualité, les réactions tiendraient peut-être moins de l’exaspération puisque dans le fond on sait également être indulgent quand ça concerne un jeu qui nous tient à cœur… Et vous, qu’en dites-vous ?


Cliquez ici pour le lien vers l’article original 


Vincent/Oni, rédacteur en chef du site Xbox-gamer.net 

2 pensées sur “Vincent/Oni nous livre sa pensée du moment sur les portages, remakes, et remasters

  • 28 avril 2018 à 23 h 08 min
    Permalink

    J’ai adoré cet article ! Très plaisant à lire.
    En tout cas pour réagir au sujet, je suis également mitigé sur tout ces remasters.
    Certains comme Shadow of the colossus, TLOU Remastered où encore prochainement Spyro sont de véritables pépites et limite bien plus que de simple remaster vu les résultats finaux. Et il y a les autres .. Comme par exemple Burnout paradise, un simple lissage des textures, 2-3 retouches et le vendre 39€, je trouve ça honteux. Bref il y a bel & bien 2 écoles..

    Répondre
    • 29 avril 2018 à 17 h 10 min
      Permalink

      Comme tu dis, il y a 2 écoles : les portages paresseux et ceux qui apportent un petit plus, voire un vrai travail comme Shadow of the Colossus. Après, il faut également admettre que certains portages permettent de jouer à certaines pépites qu’il est difficile de se procurer, comme les deux premiers Shenmue à venir en HD. Chaque cas s’avère très particulier finalement 🙂

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *