Avis BD Editions Drakoo : Les Gardiennes d’Aether – Tome 1

Olivier Gay est très actif en cette année 2021 aux éditions Drakoo ! Après les premiers (excellents) tomes de « Démonistes » et « Nécromants« , le scénariste sera de retour dès le 1er septembre prochain avec « Les Gardiennes d’Aether » et un premier tome que nous avons eu la chance de recevoir avec pas mal d’avance. Sur cette nouveauté des éditions Drakoo, Olivier Gay fait équipe avec Jonathan Aucomte, un jeune illustrateur dont c’est la première bande-dessinée. Avons-nous été convaincu par ce héros improbable entouré de filles plus badass les unes que les autres ? C’est ce que nous allons voir !


Avis BD Editions Drakoo : Les Gardiennes d'Aether - Tome 1 critique bande dessinée lageekroomSynopsis : Entre magie et technologie, l’Empire de Valania prospérait, jusqu’à ce qu’il soit envahi par des monstres quasi-invulnérables. Seule une étrange épée peut les blesser mais elle s’est liée à la première personne qui l’a touchée : un jeune serviteur du palais. Le destin du monde dépend désormais de lui. Il a pour l’aider une princesse caractérielle aux puissants pouvoirs magiques ; son amie d’enfance, épéiste de renom ; et une dangereuse pirate aux motivations mystérieuses. Lui, par contre ? Non, il ne sert vraiment à rien… L’ouvrage est à découvrir sur le site de l’éditeur, à cette adresse.


Avis BD Editions Drakoo : Les Gardiennes d'Aether - Tome 1 critique bande dessinée lageekroom


La paix apparente qui se dégage des premières cases de notre récit ne va durer que 2 pages. C’est littéralement écrit, et il ne faudra donc pas attendre plus longtemps pour voir débarquer une invasion de cafards géants dans l’empire de Valania. Ce nouvel ennemi semble presque indestructible, jusqu’à ce que l’on découvre qu’une épée magique soit capable de les trancher en morceaux. Mais d’où sort cette arme mystérieuse ? On l’ignore pour le moment, et il semblerait qu’elle soit un présent d’une ambassadrice… Ce que l’on sait en revanche, c’est que c’est notre héros du jour, Aether, qui a mis la main dessus en allant faire le ménage dans les quartiers de la princesse. Enfin, héros, c’est vite dit, le pauvre Aether étant bien souvent incapable de quoi que ce soit. Il est certes attachant et souvent touchant, mais on lui sans cesse reproche son côté un peu idiot et naïf. Mais le héros de notre histoire, ce sera lui ! Mais pas que, car Aether sera accompagné dans cette nouvelle aventure par son amie s’enfance Meeri (qui, on le comprend rapidement, est amoureuse de lui), la princesse Tatiana Louisdottir de Valabia et Opale, une combattante qui va recueillir notre petite troupe sur son vaisseau. Un trio de jeunes femmes fortes, très différentes les unes des autres mais qui ont toutes un point commun : elles bénéficient d’une excellente qualité d’écriture dans ce premier tome ! Direction Palestia désormais, pour tenter de découvrir les origines de cette fameuse épée magique.

Ah oui, il ne faudrait pas oublier un fait important : l’épée magique ne fonctionne qu’avec la première personne qui l’utilise. Et forcément, il fallait que ça tombe sur Aether, souvent empoté, et qui est loin d’être un soldat. Heureusement, le jeune homme est courageux et compte bien protéger les jeunes femmes qui l’accompagnent… à moins que ce ne soient elles qui le protègent ? Le récit est fluide et très accrocheur, avec des événements qui s’enchaînent rapidement sans pour autant rusher l’intrigue. Ce premier tome prend en effet le temps de bien présenter les personnages, leurs envies et les différents enjeux, n’hésitant pas à en dévoiler un peu sur le passé de certains. Mais ce qui frappe, et on n’en doutait pas une seconde, c’est la qualité des dialogues. Ils sont percutants, fluides, passent des messages subtils, et les références sont une nouvelles fois nombreuses (au cinéma notamment). L’humour fonctionne quant à lui hyper bien, avec des petites répliques parfois cinglantes, des sous-entendus, du comique de répétition, et des séquences qui filent clairement la banane. On ne voudrait rien vous gâcher, mais nous citerons malgré tout cette séquence durant laquelle la princesse fait le point sur la situation après avoir rejoint Palestia. Elle est à fond dans ses idées politiques et militaires, tandis qu’Aether, le regard dans le vide, se gratte dans l’oreille et que les 2 autres filles (Meeri et Opale) discutent en arrière-plan. Le décalage est excellent, personne n’écoute la princesse (qui est dégoutée), et tout le monde part se coucher. Et des scènes comme celle-ci sont vraiment nombreuses, toujours bien mises en scène et mettant en avant une galerie de personnages intéressants. Les dessins de Jonathan Aucomte donnent vie à toutes ces scènes, et son coup de crayon fait plaisir à voir. On sent clairement une alchimie entre le récit, l’humour d’Olivier Gay et le rendu visuel ! Mention spéciale pour les visages, qui font souvent sourire grâce à des expressions détaillées, et aux couleurs éclatantes. C’est beau, drôle, bourré de référence et dynamique !


A lire également :


Avec ce premier tome de « Les Gardiennes d’Aether », on sent que les auteurs se sont éclatés et ont pris du plaisir à nous présenter cette galerie de personnages. Les femmes fortes sont à l’honneur (sans jamais tomber dans le cliché), et le côté neuneu d’Aether est touchant, sachant qu’il reste (malgré lui) au cœur de l’intrigue. Si le suspense est au rendez-vous, c’est l’humour qui fait mouche, avec des dialogues fins, de nombreuses références (Alien, l’univers Disney et même la musique) et des répliques qui font vraiment marrer. On a passé un excellent moment, et il nous tarde de découvrir la suite !


Lageekroom

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *