Black Mirror : une saison 4 paresseuse mais un épisode final excellent

Nous avons bouclé la saison 4 de Black Mirror, et autant le dire tout de suite, nous sommes restés sur notre faim, malgré un épisode final clairement intéressant. Pourtant, cette nouvelle saison commençait plutôt bien avec un premier épisode travaillé, bien écrit, drôle parfois, mais surtout assez profond dans son traitement de la réalité virtuelle et de notre rapport à la société qui nous entoure. Se créer une autre vie lorsque la notre est bien morne peut être une solution de facilité, mais attention à ne pas franchir la barrière, sous peine d’atteindre un point de non retour. Malgré tout, ce premier épisode nous a tout de même paru un poil timide… à l’image de la saison. 



Cette saison 4 de Black Mirror aborde tout de même des thèmes importants : jusqu’où sommes nous prêts à aller pour protéger un être cher, le libre arbitre existe t’il réellement ? Des questions que l’on se pose au quotidien, et dans notre vie amoureuse également. A ce sujet, l’épisode 3 est plutôt réussi, mettant en scène des personnages qui ne pourront trouver l’amour que si le « programme » le décide. Un côté Matrix loin d’être déplaisant plane au dessus de cet épisode, mais dont la fin s’avère assez décevante, n’allant pas assez loin. C’est à ça que nous étions habitués avec Black Mirror : des thèmes développés à un point rarement vu ailleurs, et des prises de risque. Cette saison s’avère assez paresseuse et ne tente pas assez de choses… nous ne demandons pas à être « choqués » à chaque épisode, mais cette sensation de réflexion et de malaise qui persiste parfois après la vision d’un épisode nous a manqué. Attention, le tout est loin d’être mauvais, et chaque épisode se suit avec plaisir et attention, mais il manque un petit quelque chose.



Heureusement, l’épisode 6, intitulé Black Museum, relève considérablement le niveau. Divisé en plusieurs histoires, racontées par le même personnage à une jeune fille dans un musée, cet épisode aborde les 2 pieds en avant la souffrance et la vengeance. La souffrance, qu’elle soit physique ou psychologique, est traitée de différentes manières, poussant le bouchon jusqu’au masochisme et à la torture. Attention, cet épisode n’est pas à mettre entre toutes les mains, et s’avère viscéral et violent. Ce n’est pas forcément ce que l’on demande à cette série, mais cette prise de risque fait clairement du bien. On retrouve également ce côté futuriste dans l’approche médicale et les expériences mises en oeuvre, mais le tout garde un côté réaliste et actuel. Cet épisode et sa fin font clairement du bien à une saison un poil décevante.



Nous ressortons déçus de cette saison 4 de Black Mirror. Les prises de risque sont moindres et on sent que les premiers épisodes se veulent plutôt grand public. Heureusement, le dernier épisode envoie du lourd et nous balance des thèmes forts en pleine gueule. Un épisode qui fait du bien, et qui arrive à pic pour redonner goût à cette série. N’hésitez pas à nous donner votre avis !


Lageekroom

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *