Critique JUSTICE LEAGUE : la team des noobs

Oui ok, le titre est un peu sévère : Justice League n’est pas un mauvais film, mais n’est pas pour autant réussi. Quand on sort de la salle avec cette impression un peu blasée de ne pas avoir assez bouffé, c’est que quelque chose cloche. On savait que le tournage avait été compliqué, et ça saute aux yeux durant le visionnage. Justice League, ça fait du bruit, ça explose, mais c’est quand même léger léger. Notre avis ci-dessous, sans langue de bois !


Résultat de recherche d'images pour "justice league"


Déception : ce fut le mot prononcé à la sortie de la séance. Nous n’allons pas revenir 107 ans sur l’histoire, que vous connaissez déjà tous, celle de Bruce Wayne formant sa team pour combattre un ennemi puissant et menaçant (Steppenwolf), et ainsi sauver le monde. Ne cherchez pas quelconque originalité la dedans, c’est du vu et du revu, gentils contre méchants, archi manichéen. Cette alliance reste néanmoins prétexte à l’introduction de nouveaux personnages ayant tous leur propre background. Le film ne dure que 2h et ne rentre pas dans les détails de la vie privée de chacun, ayant pour volonté d’envoyer l’action à un rythme plus régulier que dans Batman Vs Superman, pendant lequel une partie de la salle s’était endormie. De ce côté là, c’est réussi, et le film étale ses millions de dollars de budget à travers des séquences de baston et de destruction plutôt bien foutue, malgré un aspect jeu-vidéo / Injustice 2 ultra présent. On retrouve nos chères Amazones dans une scène qui claque visuellement et un Batman toujours adepte de ses gadgets et véhicules sur-armés. Il faut tout de même avouer que l’ami Bruce reste bien pataud dans son costume, qu’il semble avoir emprunté à son petit frère. A trop faire de gonflette, Ben Affleck a bien du mal à se mouvoir dans son armure. Le film ne le montre que trop peu mettre des patates de forain ce qui est bien dommage quand on se souvient de la scène de Batman Vs Superman ou il allait sauver la mère de Clark Kent en dégommant un à un ses adversaires.


Image associée


Aquaman est badass juste comme il faut, et comme le laissaient présager les bandes annonces. Le personnage est cool, puissant, mais bien trop peu mis en avant. Il reste un faire-valoir et on aurait aimé en apprendre plus sur lui (son film solo étant à venir). Concernant Wonder Woman… et bien elle fait du Wonder Woman. Elle fait le job, comme d’hab, mais ses scènes d’action se répètent depuis sa première apparition. Elle est toujours classe, efficace, possède des pouvoirs intéressants, mais tout cela semble déjà vu. Elle reste toutefois un pilier dans le groupe ! Flash et Cyborg, eux, sont les petits jeunes du groupe, et c’est l’histoire de Cyborg qui reste la plus développée, son rôle étant également très important. Flash, comme on s’y attendait, est le petit plaisantin de l’histoire, et lâche une vanne à chaque fois qu’il ouvre la bouche… Nous ne sommes pas contre l’humour dans ce genre de film, mais c’est clairement lourd, et la salle entière a été bien peu réceptive aux blagues (pour faire simple, personne n’a rigolé de tout le film). Le comble : dans le passage le plus amusant avec Flash, celui-ci ne parle pas. Pas besoin d’en faire des caisses donc pour amuser la galerie.



Justice League a le cul entre deux chaises, c’est un fait. Zack Snyder a du abandonner le tournage en cours de route suite à un drame personnel, puis a été remplacé par Joss Whedon, que les fans de Marvel connaissent bien. On voit parfois clairement les scènes tournées par Whedon, qui tranchent avec le ton plus sombre et sérieux de Snyder. Qui plus est, les langues se délient ces dernières heures : Justice League aurait pu (et du) être repoussé, mais une histoire de gros sous et de bonus financiers semble se cacher derrière la fin de production du film. La Warner est de toute façon coutumière du fait : on se souviendra de Suicide Squad, charcuté, d’abord sombre puis devenu comique, dont la plupart des passages mettant en scène le Joker avaient disparu. C’est bien beau de nous vendre des Blu-Ray avec des versions longues, mais les cinéphiles commencent à en avoir raz la casquette de payer une place de cinéma pour voir un film non terminé. Ce Justice League nous fait la même : le film a été charcuté, ça se voit, et il n’y a qu’à voir les bandes annonces pour s’en rendre compte.


LE PETIT BILAN POUR LA ROUTE (avec mini spoil)


J’ai été globalement déçue par le film. Encore une fois, et comme dans Batman Vs Superman, Ben Affleck ne me convainc pas dans son rôle. Je suis une fan de Batman, mais je ne suis pas là à le défendre à tout bout de champ comme certains. C’est un gros richou qui ne se mouille pas tant que ça, et son rôle de leader dans l’équipe reste trop léger. Les séquences d’action le mettant en scène sont décevantes, et il se fait une nouvelle fois voler la vedette par un Superman que j’ai du mal à aimer également, malgré une scène bien pétante l’opposant à la Justice League. Je reste vraiment sur ma faim, malgré des scènes d’action qui pètent, le tout étant déjà vu et revu. Suis-je blasée ? Ou les films devraient davantage se renouveler ? Concernant la bande son, elle manque de panache, et reste peu marquante. Justice League est un film d’action sympa, mais j’ai envie de dire : tout ça pour ça ? Ah oui, dernière chose : pourquoi ce format d’image à l’écran ??? Deux grosses bandes noires à gauche et à droite qui flinguent 30% de l’écran… en mode téléfilm M6… c’était très dérangeant.

 

Je suis moi aussi un peu déçu. J’ai aimé l’action, certains personnages, et le rythme global du film, durant lequel on ne s’ennuie pas. Mais on sent que la réal’ a été charcutée et que Joss Whedon a déboulé en cours de tournage. En résulte un film bancal qui mise trop sur un humour vraiment naze. La plupart des vannes sont d’ailleurs assez malaisantes… pauvre Flash. C’est dommage car l’équipe en elle-même aurait pu proposer de belles choses. Les films de super héros se sont enchaînés ces dernières années, et une certaine lassitude se fait sentir. Des gentils, des méchants, des explosions, mais encore ? L’originalité est absente, le tout fait parfois trop jeu-vidéo (full CGI durant certains passages, images trop granuleuses par moment), et la bande son est peu marquante. J’ai par contre bien aimé le personnage de Superman, sa puissance, et la scène ou il dérouille tout le monde. Mais dès qu’il apparaît, les enjeux disparaissent (on sait qu’il va éclater Steppenwolf en 3 secondes). Et Darkseid dans tout ça ? Son nom n’est prononcé qu’une seule fois. Bref, Justice League est sympa à regarder, mais bien trop creux et déjà vu. Décidément, la Warner galère bien comme il faut avec son univers…


Lageekroom

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *