TEST : Ni No Kuni II : Le JRPG gentil, prenant, et bourré de potentiel, sur PS4 et PC

Hello les petits mousses (si tu ne connais pas les mousses, ce sont les petits esprits combattants dans le jeu) ! On se retrouve aujourd’hui pour parler d’une très grosse exclue PS4 (bon, techniquement, ce n’est pas vraiment une exclue étant donné qu’on peut retrouver le jeu sur PC). Nous avons un énorme coup de cœur pour l’univers Ghibli depuis des années, et on s’y retrouve totalement plongé avec ce Ni No Kuni II qu’il nous tardait d’avoir entre les mains. Souvent reporté (le jeu a été annoncé en 2015) et 5 ans après le premier opus, nous avons enfin pu nous lancer dans l’aventure. On vous dit tout… C’est parti !



Pour être honnête avec vous, je (nouvia) n’ai pas joué au premier opus sorti sur PS3 (panzer oui). C’est donc avec la hype à sa sortie que je me suis mise à me renseigner sur ce jeu. C’était le coup de cœur visuel. Je me base donc juste sur l’histoire du second opus pour vous en parler (qui pour moi tient parfaitement la route), et qui donne clairement envie d’en savoir davantage. Dans cette suite, les événements se passent plusieurs centaines d’années après Ni No Kuni premier du nom.

Petit résumé de l’histoire pour les nouveaux arrivants :  » Dans le monde de Ni no Kuni se trouve un royaume appelé Ding Dong Dell, où chats, souris et humains vivaient autrefois en harmonie. Après un coup d’État, le peuple félin et leur roi Evan furent bannis. Il raconte l’histoire de ce roi déchu et son périple pour construire son propre royaume et, finalement, unifier le monde entier. « 



Ni No Kuni 2 est un jeu tellement beau visuellement qu’on se croirait dans les studios Ghibli : le charme opère et on est vite plongé dans cet univers, même si les têtes pensantes sont absentes du projet. Pas grave, la sauce prend et l’univers est toujours aussi superbe, malgré certains personnages visuellement en retrait. Les heures passent sans que l’on se rende compte du temps passé dans le jeu, ce qui est plutôt bon signe non ? Il est impossible de ne pas regarder dans chaque recoin, d’ouvrir chaque coffre ou encore de parler à chaque PNJ… Sans doute mon côté curieux ! On débloquera d’ailleurs des capacités spéciales pour atteindre de nouvelles zones, de quoi approfondir encore plus les recherches.

Bien que Ni No Kuni II ait des allures de jeu gentillet, ses combats sont dynamiques et sanglants… Malgré tout, il sait se montrer doux. Pourquoi ? Parce qu’on est vite plongé dans l’aventure folle de notre prince héritier Evan, qui souhaite à tout prix remettre de l’ordre dans le monde entier. Pour lui, pas de méchants, que des gentils. Evan souhaite que les gens s’aiment et arrêtent de se faire la guerre pour rien. Peut être un côté un peu trop ‘ »Bisounours », mais cela tient finalement la route. La difficulté globale est assez faible : on ne meurt que très rarement : les mobs ainsi que les boss sont plutôt faciles à battre, mais dans le fond.. le joueur à la recherche de difficulté n’aura qu’à se lancer un petit Dark Souls non ? Le jeu offre de nombreuses possibilités pour ceux qui souhaiteraient stuff leurs personnages et s’acharner sur les centaines d’ennemis disponibles sur la map principale. Nino Kuni II possède à la fois un côté action mais également une grosse part de gestion : une fois que vous avez accompli votre mission qui n’est autre que de créer un nouveau royaume, il faut le peupler et l’aménager. Une partie stratégie est également disponible : le jeu vous demandera de diriger des troupes de soldats en vue de dessus pour progresser sur le champ de bataille. Nous prenons le contrôle d’une petite armée dirigée par Evan. Plusieurs groupes d’attaque nous suivent, et possèdent des couleurs montrant un type d’offensive bien particulier prenant le dessus sur les autres. Par exemple, le clan bleu est plus fort que le rouge, le rouge sera plus puissant que le vert, et le vert sera plus solide que le bleu. Rien de bien compliqué à gérer dans ces passages un peu répétitifs mais qui permettront d’amasser pas mal de pièces d’or. Le Royaume doit être protégé coûte que coûte dans ce mode Bataille.

Ce qui est agréable, c’est que le jeu permet de choisir ce que l’on veut faire : stratégie, découverte de nouvelles zones, un peu de boss pour se défouler ! ok ! C’est à votre guise et sans aucune pression. Merci d’y avoir pensé ! Le jeu s’avère donc assez varié, et on appréciera autant se balader sur la mini map pour chasser du monstre et découvrir des coffres que déambuler dans des zones davantage confinées pour réaliser des dizaines et des dizaines de quêtes annexes.



Au niveau de votre équipe,  vous pourrez incarner 3 personnages (il y en a 6 de disponibles), chacun étant équipé du même nombre d’armes, d’armures et de compétences. Evan reste notre préféré. Durant les combats, les mousses (Higgledies), qui ressemblent à de petits Pikmin, seront bien utiles et déterminants (sans parler de leurs côté « cute »). Lors d’un combat, il faut appuyer sur une touche pour activer leur aide. Ils offrent des soins ou achèvent parfois vos ennemis, et dans les combat plus corsés, ils s’avéreront bien utiles, à condition de les avoir bien éduqués. L’IA s’avère nettement meilleure que dans le premier opus, et les combats en deviennent beaucoup plus agréables, malgré un côté bourrin un poil présent. Les développeurs ont mis en place une mécanique vraiment intéressante : le changement d’arme. En plus d’une arme à distance, tous les personnages pourront être équipés de trois armes au corps à corps (seulement si elles sont du même type), et il sera possible de switcher entre elles rapidement. Ces armes vont gagner en puissance au fur et à mesure de vos coups et lorsque l’une d’elle aura atteint les 100 %, la prochaine capacité utilisée bénéficiera d’un plus grand impact en plus d’autres effets supplémentaires. Par exemple, la première capacité d’Evan lui permet d’effectuer un grand coup d’épée autour de lui en temps normal, mais avec une arme à 100 %, ce coup deviendra enflammé et gagnera en force et en portée. Il faut donc penser à regarder régulièrement vos trois armes afin de profiter au mieux de leur puissance.

Côté durée de vie, comptez environ une quarantaine d’heures de jeu pour venir à bout de ce Ni No Kuni II, et ajoutez une bonne vingtaine d’heures pour viser le 100%. De quoi passer de bons moments, malgré des quêtes annexes trop répétitives. Le jeu s’avère en tout cas riche en contenu, en secrets, et en possibilités. Le mélange des genres fonctionne bien et donne une autre dimension à un titre au potentiel déjà élevé. En terme d’ambiance sonore, mis à part des dialogues en français en retrait (les voix japonaises sont supérieures), on retrouve une bande son très douce qui nous accompagne à merveille tout au long de cette aventure. Joe Hisaishi nous transporte totalement dans ce monde avec un thème principal de qualité, malgré quelques pistes moins adaptées.



L’univers de Ni No Kuni II est tellement beau et prenant qu’il est difficile de lâcher la manette. Les références sont nombreuses et la magie est présente : de quoi faire tenir l’histoire à son maximum. Ce deuxième épisode dégage une certaine folie avec des combats dynamiques qui nous donnent envie de continuer à jouer jusqu’au générique final, malgré un côté un poil bourrin et un manque de difficulté (au moins durant les deux premiers tiers du jeu) : la plupart des combats sont vraiment trop faciles à remporter, dommage. Cependant, la bande son de Joe Hisaishi sera là pour nous détendre lors de notre périple. La direction artistique est vraiment excellente, et le voyage est coloré et vraiment intense. Le scénario est très plaisant et agréable, mais on regrettera, une nouvelle fois, la répétitivité des quêtes annexes, et le fait que le jeu soit trop simple. Le mode Bataille ? Ouais non, c’est moins notre dada.


Les +

  • direction artistique au top
  • bande son globalement réussie
  • un jeu généreux : action, stratégie, recherche
  • c’est beau et encore plus fluide sur PS4 Pro
  • les voix japonaises, excellentes
  • le scénario qui tient la route
  • des personnages attachants
  • les combats, dynamiques et faciles à prendre en main
  • les mousses, bien utiles et vraiment mignons

Les –

  • quêtes annexes  répétitives
  • certains ennemis recyclés à tout va
  • trop facile
  • quelques personnages moins réussis
  • le mode bataille qui nous a moins emballé

Lageekroom

4 pensées sur “TEST : Ni No Kuni II : Le JRPG gentil, prenant, et bourré de potentiel, sur PS4 et PC

  • 9 mai 2018 à 20 h 39 min
    Permalink

    Très bon test, agréabable à lire.. je n’ai qu’une envie c’est de commencer l’aventure mais en faisant le premier d’abord.. faut juste ressortir la ps3 du carton.. ^^

    Répondre
    • 13 mai 2018 à 11 h 23 min
      Permalink

      Hey ! merci. Tu n’es pas obligé de faire le premier pour apprécier le deuxième. Je te le conseille vivement 😀

      Répondre
  • 13 mai 2018 à 10 h 01 min
    Permalink

    Ton article m’a convaincu, il me le faut vite 😍 j’attend juste une petite baisse de prix Lol ! Il a l´air génial et l’univers façon Miyazaki pour un rpg , je dis oui!!!

    Répondre
    • 13 mai 2018 à 11 h 26 min
      Permalink

      Ah trop bien ! J’attends aussi la baisse de prix pour le collector. tiens moi au courant si tu chopes un bon plan. :p

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *