Avis Manga Kazé : The Promised Neverland – Tome 20 (dernier volume)

Débutée en avril 2018, la série « The Promised Neverland » a touché à sa fin chez nous en juin dernier, avec un dernier tome très attendu par les fans. Si nous avons apprécié le manga de Kaiu Shirai et Posuka Demizu depuis ses débuts, il faut avouer que le tome 19 nous a laissés un peu sur notre faim, avec un scénario qui semblait aller un peu trop vite pour conclure l’aventure. Cette dernière s’achève donc avec ce vingtième volume, qui a la lourde tâche de répondre à nos dernières questions et de décider du destin d’Emma et des enfants. Cette fin est-elle à la hauteur ? C’est ce que nous allons voir !


Avis Manga Kazé : The Promised Neverland – Tome 20 (dernier volume) critique mangaSynopsis : De retour à Grace Field House, Emma et ses compagnons réussissent par un incroyable tour de force à reprendre le contrôle de la ferme ! Par miracle, Maman rejoint leur camp mais un ultime ennemi se dresse face à eux, Peter Ratri. Alors que ce dernier commence à douter face à la détermination d’Emma, un bouleversement que personne n’aurait imaginé se produit ! Le suspense et la tension tissent cette ode à la liberté qu’est The Promised Neverland jusqu’à un final sublime, véritable lueur d’espoir au cœur d’un univers glaçant.


Avis Manga Kazé : The Promised Neverland – Tome 20 (dernier volume) critique manga


Achever une œuvre qui aura duré 20 tomes n’est pas une mince affaire. A la fin de la découverte de ce dernier volume, nous avons sondé les lecteurs et les fans de la série, et le constat s’est avéré mitigé. Certains ont adoré les décisions prises par ce final, d’autre moins. Il faut avouer qu’après des débuts vraiment excellents, le manga n’est parfois pas allé au bout des choses, et s’est un peu « calmé » en termes de violence et de scènes choquantes. Sans tomber dans le happy end, les derniers arcs narratifs ont été plus sages que les premiers. Nous n’allons rien vous spoiler de ce tome 20, mais nous avons de notre côté apprécié ce final, après les craintes engendrées par le tome 19. Certains retournements de situation sont tirés par les cheveux, mais quelques surprises sont à prévoir, et l’émotion est au rendez-vous. On en apprend davantage sur le clan Ratri et les trahisons au sein de cette famille et sur l’avenir des démons après la chute de ses dirigeants. Et puis on découvre quelle promesse à été faite pour que les enfants puissent rejoindre le monde des humains. Un monde qui nous plonge néanmoins dans le doute, surtout suite aux paroles de Peter Ratri : « en réalité, les démons ne sont pas si mauvais. Ce qu’ils vous ont fait, ce n’est ni plus ni moins que ce que les humains font à leurs semblables depuis la nuit des temps. Le monde des humains est en tout point semblable à celui-ci ». Pas très accueillant tout ça. Et pourtant, ce pessimisme tranche avec la volonté d’Emma, qui veut sauver les siens quoi qu’il arrive. Elle n’en peut plus de toutes ces trahisons, de ces morts, de cette guerre, et ne souhaite qu’une chose : la paix. Mais Emma ne serait-elle pas un peu naïve ?

Le personnage d’Emma reste le plus important de la série, mais ses compagnons ne sont pas en reste. Certaines séquences de retrouvailles sont émouvantes, mais une certaine tension ne nous lâche pas jusqu’au dénouement final. Nous avons trouvé ce dernier intéressant, même si nous aurions imaginé une fin quelque peu différente. Comme nous le disions précédemment, le final divisera, un peu comme pour chaque œuvre trouvant sa conclusion finalement. Mais peut-être que l’énorme succès du manga a empêché ses auteurs d’aller au bout de certaines choses pour rester dans le politiquement correct. Visuellement, ce tome 20 se termine de belle manière, aucun débat possible. Les illustrations sont magnifiques, détaillées, certains décors sont très chouettes et les visages ne sont pas en reste. S’il y a bien un point sur lequel « The Promised Neverland » n’est pas critiquable, c’est celui-ci. Le coup de crayon de Posuka Demizu nous aura fait voyager du début à la fin !


A lire également : 


Si ce tome 20 est un vrai plaisir visuel, son scénario et sa fin diviseront. La série, qui s’est « adoucie » d’arc narratif en arc narratif, a parfois divisé les lecteurs, mais nous avons de notre côté apprécié ces derniers chapitres. Tout n’est pas rose dans ce dernier volume, et une certaine tension est au rendez-vous, rendant la lecture accrocheuse. Quelques rebondissements sont à prévoir, et on apprend enfin les détails de la promesse conclue pour libérer les enfants. On aurait aimé que l’ensemble aille un peu plus loin, mais en l’état, ce dernier tome est meilleur que le précédent et conclut l’histoire avec de chouettes qualités. C’est avec un petit pincement au cœur que nous avons refermé l’ouvrage, et la série restera également symbolique de notre côté, étant présente depuis le lancement de notre rubrique « manga ».


Lageekroom

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.