FRED TOUCH TESTE : Friday The 13TH : The Game

Camp de Vacances Crystal Lake, vendredi 13 juin 1958 : le petit Jason Voohrees échappe à la vigilance de ses moniteurs et se noie dans le Lac. L’année suivante, deux moniteurs meurent dans des circonstances étranges : à la suite de ces événements le camp est fermé par les autorités.

21 ans plus tard, à la date anniversaire du 13 juin, le camp est ré-ouvert.

Une belle connerie !



Le Tueur du Vendredi

Revenons quelques instants sur les origines de cette saga (pour le test du jeu, c’est un peu plus bas). Tout le monde connaît ou a déjà entendu parlé de la saga Vendredi 13, de Jason et son mythique masque de hockey (apparu dans le troisième film). Tout commence en 1974, Tobe Hooper réalise Massacre à la Tronçonneuse, film malsain et polémique, longtemps interdit en France et qui sera le pied à l’étrier d’un genre à part entière : le Slasher.

C’est en 1978 que la machine sera définitivement lancée avec Halloween « La Nuit des Masques » réalisé par le grand John Carpenter, un raz-de-marée !  Devant l’engouement et l’argent généré, Hollywood va évidemment surfer sur la vague en produisant nombre de clones, dont entre autres la saga Vendredi 13 et celle de Freddy. Même si qualitativement, la saga de Jason restera toujours en retrait par rapport à la concurrence, elle s’inscrira dans la pop culture gore et compte encore aujourd’hui bon nombre de fans.


Alors quand le petit studio ILL FONIC travaille sur un projet de jeu vidéo intitulé Summer Camp, les curieux commencent à s’y intéresser. Le hasard faisant parfois bien les choses, Sean S. Cunningham, réalisateur du tout premier Vendredi 13, cherche à l’époque à adapter son film. En peu de temps, Summer Camp est rebaptisé Friday The 13th the Game, et l’équipe est accompagnée par un autre studio également passionné de slasher, GUN MEDIA.

Tout s’emballe, le projet devient Kickstarter, et des consultants de choix vont venir grossir les rangs : Tom Savini, mythique maquilleur gore de films d’horreur des années 70 à 90, Kane Hodder l’interprète de Jason dans 4 films (à la motion capture), et Harry Manfredini, compositeur de la musique sur la saga pour la partie sonore. Les fonds récoltés s’élèvent à un peu plus de 714 000 Dollars, l’objectif est atteint et la date de sortie calée pour l’automne 2016.Le projet prend néanmoins du retard, et sera repoussé au 26 mai 2017.


Meurtres en 3 Dimensions





Alors Friday The 13th the Game c’est quoi ?

C’est un jeu entièrement jouable en ligne pour le moment, mais un mode solo avec bots et objectifs est prévu pour cet été, qui coïncidera alors avec la sortie physique du jeu. Le gameplay s’articule autour d’une traque asymétrique de 7 survivants, inspirés de différents personnages de la saga, et aux aptitudes qui leurs sont propres, contre notre bon vieux Jason. Tout ce beau monde est réuni au choix sur 3 maps issues de l’univers des films à savoir : Crystal Lake, Higgins Haven et Packanack Lodge. L’attribution des rôles se fait au hasard.

En tant que survivant, il faudra ruser et faire preuve de beaucoup de prudence pour tenter de survivre, votre barre d’endurance ayant la fâcheuse tendance à diminuer rapidement. Le fait de courir donnera de précieux indices à celui qui vous traque, et lui échapper ne sera pas une mince affaire, votre position pouvant être détectée. Différentes cachettes au sein des cabanons ou dans la nature seront à votre disposition, armoires, dessous de lit, toilettes en pleine forêt, toiles de tente… une fois dedans, la vue passe à la première personne, la musique s’emballe, et la possibilité de retenir votre souffle vous permettra peut-être de repousser une mort quasi certaine. Une distorsion de l’écran annonce l’arrivée de Jason pour encore plus de stress.



Vous aurez la possibilité de vous « défendre » à l’aide de nombreux objets contondants glanés un peu partout, une carabine vous sera même proposée pour sauver votre peau. En revanche, il faudra viser juste, car les munitions se feront extrêmement rare. Pour tenter de fuir, plusieurs possibilités vous sont alors offertes, la plus périlleuse étant de remettre en état de marche une voiture, dont il faudra trouver la batterie et l’installer, ainsi que mettre la main sur un bidon d’essence et remplir le réservoir, tout en ayant la chance de tomber sur les clés afin de pouvoir enfin la démarrer et essayer de vous échapper de cet enfer.

Autre solution pour survivre : contacter la police à l’aide d’une radio dont il faudra au préalable rebrancher les câbles. Le 911 débarquera alors dans un délai de 5 minutes et se postera en périphérie de la carte : à vous de les rejoindre par vos propres moyens. Petit plus, un talkie-walkie, qui une fois trouvé et sa batterie remplacée, vous permettra d’appeler un peu de renfort en la présence de Tommy Jarvis, personnage emblématique de la saga connu pour avoir réussi à tenir tête au tueur masqué. Le fan service est bel et bien présent, et ça fait franchement plaisir.

Tommy permettra à un joueur mort, choisi aléatoirement, de reprendre du service en l’incarnant, pour tenter de donner un peu d’air aux survivants restants. Sachez en tout cas que le travail d’équipe s’avérera payant, allant même jusqu’à pouvoir tuer Jason,  mais non sans mal.

L’autre versant du titre est bien entendu d‘incarner Jason et réduire cette bande de jeunes adultes à l’état de hachis parmentier, un plaisir de fan ultime en somme. Manette en main, on se rend vite compte qu’il y a 2 jeux en 1, car le survival en équipe  stressant, laisse place à un jeu de massacre jouissif, avec pour seul objectif de tuer tout ce qui bouge ! Jason est lent, mais il a bien d’autres atouts sous son masque, et il pourra se téléporter, passer en vue subjective pour planer rapidement d’un point à un autre, et une fois qu’il vous attrape, il est assez rare de s’en sortir.

Étranglement, piétinement du visage, enfoncement des globes oculaires, écartèlement de la mâchoire, décapitation, empalement et j’en passe… C’est évidemment grisant et chaque mise à mort se fait sous forme de finish gore à souhait.


Sachez enfin que plus vous jouerez, plus votre level de joueur grimpera et vous donnera accès au fur et à mesure à de nouveaux contenus, comme des skins de Jason issus des nombreux films de la saga, de nouveaux survivants, et des couleurs pour les personnaliser. Une monnaie virtuelle vous sera même attribuée en fin de partie vous permettant d’acheter de nombreux bonus d’aptitudes.



Chapitre Final

Dans le monde du jeu vidéo, à quelques exceptions près, adaptation cinématographique rime malheureusement bien souvent avec médiocrité, mais une chose est sûre, les développeurs aiment l’univers des slashers et cela se ressent dans F13th.

Un travail énorme a été fait sur l’ambiance, et dès la première partie, on est frappé par la fidélité à l’oeuvre d’origine, que ce soit au niveau de l’ambiance sonore (Ki Ki Ki, Ma Ma Ma) que des décors : en quelques minutes, le joueur se retrouve acteur de la saga. Graphiquement, pour un jeu indépendant, cela reste plutôt convaincant, même si les animations sont sommaires, et les possibilités d’interactions avec les décors sont finalement assez restreintes. Quelques bugs encore présents malgré une première grosse mise à jour (3.4 G tout de même, soit quasiment le poids du jeu de base…)  viendront vous rappeler que vous ne jouez pas à un jeu AAA.

Les parties s’enchaînent pourtant, et le fun est bien là. Il faudra toutefois espérer un ajout de contenu pour continuer à tenir le joueur en haleine, car les 3 cartes, aussi bien réalisées et agencées soient-elles, risquent de lasser sur le long terme, tout comme les modes de jeu, trop peu nombreux.

Il faut aussi évoquer le lancement déplorable du soft, victime de son engouement grandissant, provoquant la saturation des serveurs. Problèmes de connexions, partie rapide impossible à rejoindre, seule l’alternative de passer par des groupes ouverts via le HUB du jeu permettait de rejoindre rapidement une session lors de la semaine de lancement, des soucis très vite corrigés sur PC, où le jeu est actuellement stable.

Sur consoles, le second patch est arrivé sur PS4 en début de semaine, et concernant la Xbox One, la validation des mises à jour étant plus strict chez Microsoft, cela devrait arriver dans les prochains jours.



Friday the 13th The Game est un jeu au capital sympathie énorme, un jeu fait par des fans pour les fans. Bien qu’il s’adresse principalement aux adeptes de la saga et aux amateurs de films d’horreur, son coté gore & fun immédiat pourra séduire un large public. Seule ombre au tableau, son coté « in progress » encore présent et son manque de contenu qui pourra en rebuter certains. Reste à lui souhaiter un suivi des développeurs de tous les instants, comme c’est actuellement le cas, afin d’assurer au titre de nouvelles améliorations et de nouveaux contenu.

Fans de Slashers : 15/20

Joueurs occasionnels : 13/20


FRED TOUCH : QUI SUIS-JE ?


Présente toi en quelques mots

Pur produit des années 80, élevé aux Goonies, à la Delorean et aux Gremlins.

Fan depuis 1988 de Jeu-vidéo avec ma première console : la N.E.S.

Accro à la Pop Culture sous toutes ces formes

Et toujours pas trop vieux pour ces conneries !

Le dernier jeu que tu as kiffé ?

Rime, poétique et magique, la claque !

Et ton genre de jeu préféré, c’est quoi ?

Majoritairement les jeux d’aventure – action

Alan Wake, Life Is Strange, Rime… (note de Panzer : cet homme a du goût !)

Une console culte ?

La Super Nintendo sans hésiter

Trop de jeux cultes !

Le jeu que tu attends le plus ?

Read Dead Redemption 2

Ou peut-on te trouver ?

Sur mon Instgram : https://www.instagram.com/fred_touch

Une pensée sur “FRED TOUCH TESTE : Friday The 13TH : The Game

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *