Retour sur : Sonic the Hedgehog sur Xbox 360 et PS3 : quand le hérisson a fini sous les roues d’une voiture…

Les jeux Sonic ont soufflé le chaud et le froid durant ces dernières années. Si Sonic 2 reste l’épisode le plus cité lorsque l’on interroge les joueurs, Sonic Adventure 1 et 2 arrivent ensuite. Ces épisodes Dreamcast, portés sur Nintendo Gamecube, n’étaient pas sans défauts mais proposaient un intéressant passage à la 3D pour le hérisson de chez Sega. Sonic Adventure 2 restera également mythique pour son premier niveau, dans lequel Sonic descendait les rues de San Francisco à toute vitesse, dégommant les voitures et réalisant des figures improbables ! Bien badass tout ça, mais la roue tourne, et ce fut au tour de Sonic de passer sous une voiture. Le drame s’est produit en 2006, sur Xbox 360 et Playstation 3.


N’y allons pas par quatre chemins, ce jeu est raté. On retrouve pourtant Sonic dans des niveaux en 3D pas vilains et assez speed, le jeu reprenant le style de Sonic Adventure. Les développeurs ont voulu faire monter l’adrénaline du joueur, en proposant des niveaux tortueux, remplis de pièges et de rampes pour foncer tête baissée. Seulement voilà, la finition était complètement à la rue. Le jeu est pété de bugs : Sonic passe son temps à tomber dans le vide ou à passer à travers le décor, entraînant des morts ultra frustrantes. On passe donc d’un jeu fun à un die and retry qui fera péter les plombs aux plus calmes d’entre vous. Sega a décidé de mettre en place un « scénario », et le jeu permet d’incarner plusieurs personnages, dont Silver et ses pouvoirs télékinésiques. Raté : les nouveautés de gameplay sont plus contraignantes qu’autre chose et n’apportent rien à l’expérience de jeu, engendrant même encore plus de bugs. En plus de cela, les temps de chargement lors des dialogues ou des lancements de missions sont ultra longs, et bien trop fréquents. Lancer une simple mission sera une véritable corvée. Le jeu se passe dans le présent et le futur, mais franchement… Qui s’intéresse à l’histoire ? Les personnages sont creux, inintéressants, tout comme les dialogues. Non vraiment, la sauce ne prend pas. Les notes de la presse de l’époque parlaient d’elles-même : le jeu a fortement déçu les journalistes et bien évidemment les joueurs. Pourtant, tout n’était pas à jeter et certains passages étaient franchement jolis… Mais c’est bien trop peu et la digestion fut difficile.



Le producteur de la Sonic Team Yojiro Ogawa a lui-même avoué à demi mot que son jeu manquait de finition : « La raison pour laquelle nous avons probablement fini avec ce que nous voyons aujourd’hui, découle de beaucoup de raisons. La première est que nous voulions lancer le jeu aux alentours de Noël, et nous avons eu le lancement de la PlayStation 3 à venir, mais nous avons dû développer pour la 360 de Microsoft en même temps et l’équipe avait beaucoup de pression. Il a été très dur pour l’équipe d’essayer de voir comment nous allions sortir les deux versions avec juste une équipe. Cela a été un grand défi. » Un défi bien foiré cher Monsieur !



Avec Sonic The Hedgehog, Sega s’est bien vautré. Voulant faire du jeu le Sonic Adventure des nouvelles consoles de l’époque (le jeu reprenait d’ailleurs certains niveaux de façon légèrement modifiée), l’éditeur a livré un jeu bancal, bugué, chiant à jouer et bourré de temps de chargement. Le pire restera le boss de fin, ultra long et chiant : nous avons perdu des dizaines et des dizaines de vies à cause des bugs lors de ce niveau qui mêle grande vitesse et demande d’avoir des réflexes surhumains. Un très mauvais souvenir, et nous ne sommes pas prêt d’y revenir. Et puis cette romance entre Sonic et une humaine… non, franchement, ça le fait pas.


Lageekroom

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *