TEST : Close to the Sun, la croisière ne s’amuse plus

Sorti sur PC il y a quelques mois, le FPS narratif Close to the Sun débarque sur nos consoles, et il n’y aura pas de jaloux cette fois-ci : la PS4, la Xbox One et la Nintendo Switch sont toutes les 3 concernées ! Nous ne nous étions pas trop attardés sur le jeu à sa sortie, mais cette disponibilité nouvelle, accompagnée d’un chouette trailer d’annonce, a relancé notre intérêt ! Nous avons terminé le jeu, et il est temps de vous donner notre avis !


On pourra classer Close to the Sun dans le genre FPS narratif. Comprenez par là qu’une grande partie du jeu est composée d’exploration et de découverte, et que le tout est accompagné de quelques séquences de fuite et d’énigmes plutôt faciles. Mais revenons une petite minute sur le synopsis du jeu. Notre histoire se déroule à la toute fin du XIXème siècle, dans une réalité alternative où Nikola Tesla a développé son projet d’énergie gratuite et fondé sa société, nommée Wardenclyffe. L’action se déroule à bord de l’Hélios, un bateau sur lequel se déroulent tranquillement des expériences scientifiques, dont Ada Archer fait partie. Celle-ci va envoyer une lettre à sa sœur Rose (incarnée par le joueur) pour lui demander de la rejoindre. Mais une fois sur place, on se rend rapidement compte que tout ne tourne pas rond : les cadavres jonchent le sol et tout a été abandonné. Il semblerait que les expériences réalisées, basées sur la temporalité, aient provoqué quelques résultats inattendus.


TEST : Close to the Sun, retrouvez l'ambiance de Bioshock, mais pas que... test jeu video blog lageekroom


D’emblée, la direction artistique du jeu a réussi à nous convaincre. L’univers est fouillé et l’immersion totale, le tout étant intégralement en VF (d’autres langues sont disponibles dans le menu). On découvre petit à petit ce qui se passe sur le bateau, et les références à la science sont nombreuses. Les amateurs apprécieront, tout en gardant bien entendu en tête qu’il s’agit d’une réalité alternative et que la plupart des découvertes sont inventées de toute pièce. L’ambiance est pesante, les musiques superbes, et quelques sursauts s’invitent à la fête. Malgré tout, on ressent à chaque instant un air de déjà-vu. Dans la direction artistique tout d’abord, qui rappelle énormément Bioshock, puis dans les mécaniques de jeu et les scripts, inspirés de nombreux jeux narratifs récents, allant du walking simulator au jeu d’horreur. On citera par exemple Firewatch, Layers of Fear, ou encore Outlast pour les poursuites. Votre personnage ne peut pas se défendre et devra parfois fuir, le tout étant très dirigiste et à la seconde près. Si vous vous bloquez contre un élément du décor ou si vous avez une toute petite seconde d’hésitation, ce sera la mort assurée. Malgré toutes ces références et cette fâcheuse impression de « connaître » le jeu, on avance avec plaisir pour en savoir plus sur l’histoire. Nous ne vous en dirons pas plus sur celle-ci, mais les rebondissement s’inspirent eux aussi très fortement d’autres jeux du genre. Dommage. Du côté des énigmes, celles-ci sont très basiques et vous demanderont principalement de trouver un code pour ouvrir une porte, code qui se trouve généralement à quelques mètres de là. L’univers scientifique du jeu aurait pu donner lieu à quelques moments de réflexion plus poussés.


TEST : Close to the Sun, retrouvez l'ambiance de Bioshock, mais pas que... test jeu video blog lageekroom


La progression se fait néanmoins de manière fluide, et les 10 chapitres s’enchaînent rapidement (la durée de vie est d’environ 5h). Seul le chapitre 3 propose une zone un peu plus ouverte, les autres étant davantage linéaires. On aura néanmoins la possibilité de fouiller un peu afin de dénicher des documents intéressants sur les scientifiques sur place avant l’incident, et sur les recherches effectuées sur le rafiot. Nous ne pouvons que vous conseiller de lire tous ces documents, ni trop courts, ni trop longs, mais qui renforcent l’immersion. Le jeu parvient à créer à de nombreux instants une sensation d’étouffement et de malaise, preuve que le travail sur l’ambiance est réussi ! Graphiquement, le tout s’en sort très bien, malgré un flou persistant sur les décors (nous avons testé le jeu sur PS4 Pro). Les effets de lumière sont très réussis et certaines salles dégagent une identité forte. La violence est partout et le sang recouvre de nombreux murs. La diversité est également au rendez-vous, et certains décors s’avèrent assez impressionnants. Mention spéciale également sur le travail sonore et la spatialisation du son. En plus de musiques d’une grande qualité, le jeu offre des effets sonores totalement immersifs. Nous avons profité de notre réception du Tritton Kunai Pro pour le tester avec Close to the Sun (notre avis sur le casque est à lire ici) et nous avons vraiment apprécié l’expérience.


TEST : Close to the Sun, retrouvez l'ambiance de Bioshock, mais pas que... test jeu video blog lageekroom


Close to the Sun a été une expérience très sympathique de notre côté, malgré ce côté déjà-vu. Sa direction artistique fait très Bioshock, et le titre du studio italien Storm in a Teacup pioche de nombreuses idées chez ses petits copains sortis récemment, comme Layers of Fear ou encore Outlast. Heureusement, l’immersion est au rendez-vous et l’approche « scientifique » de l’histoire arrive à accrocher ! On aura même droit à quelques frissons et à de chouettes séquences bien mises en scène. Graphiquement très joli, malgré des décors un peu flous (sur PS4 en tout cas), Close to the Sun est un bon FPS narratif à se mettre sous la dent entre 2 gros AAA en cette fin d’année. Vendu aux alentours de 30 euros, le jeu se termine en 5h environ. A vous de voir si le ratio vous parait acceptable. 



Les +

  • direction artistique très chouette
  • des séquences plutôt intenses
  • quelques frissons
  • l’approche scientifique du scénario
  • les musiques sont sublimes
  • la VF est de bonne facture

Les –

  • seulement 5h de durée de vie
  • les courses poursuites parfois imprécises
  • un air de déjà-vu (et un gros air de Bioshock)
  • les énigmes, basiques

Lageekroom

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *