TEST : DOOM VFR, la Virtual Fucking Reality sur PS4

Bethesda a décidé de gâter les joueurs Playstation VR en cette fin d’année ! Après un Skyrim VR plutôt réussi, voici venir Doom et ses démons en réalité virtuelle ! Si vous avez aimé le dernier Doom et son action frénétique, vous risquez fort d’apprécier cette nouvelle expérience : on sort les guns, son casque, sa manette ou ses PSMoves, et c’est parti !


Image associée


Doom VFR permet au joueur de se lancer dans une campagne inédite, tout en conservant l’univers démoniaque et les environnements du précédent jeu ! Il faudra, vous vous en doutez, dégommer du monstre et du démon par zones, jusqu’à atteindre des boss plus imposants et plus costauds. Le concept de Doom, vous le connaissez déjà, et il est toujours aussi bien foutu et jouissif, mais ce qui nous intéresse réellement aujourd’hui, c’est de savoir si l’expérience en VR vaut le coup. Et bien franchement, oui ! Comme dans de nombreux jeux VR, l’immersion est totale, et le travail sur l’ambiance sonore est excellent ! On retrouve les musiques rock/métal habituelles, les cris, les hurlements et les explosions, pour une ambiance au poil ! On s’y croirait, et le jeu parvient même à faire sursauter par moments. Graphiquement, on peut dire que Doom VFR s’en sort vraiment bien. Forcément, PSVR oblige, l’effet de flou sur les arrières plans est là… mais globalement, le jeu est plutôt joli, et propose de chouettes effets (explosions, flaques de sang, reflets), tout en restant parfaitement fluide. Sur des sessions d’environ une heure, le jeu ne fait pas mal aux yeux et reste parfaitement lisible, même dans les environnements les plus ouverts. On retrouve les nombreux couloirs de la saga, mais également des espaces plus ouverts, et de chouettes vues sur la planète mars ! Non vraiment, Doom VFR est une bonne surprise graphique, malgré un rendu global forcément moins bon que sur le jeu d’origine. Les démons vont se faire déchiqueter par centaines et le plaisir d’utiliser le pompe est bien là ! On pourra même se téléporter à l’intérieur d’un ennemi pour le faire littéralement exploser, et utiliser des effets de ralenti pour mieux viser. Jouissif, Doom l’est assurément.


Résultat de recherche d'images pour "doom vfr"


Et manette  en main, ça donne quoi ?

Et bien il faut avouer que passé un temps d’adaptation (un tutoriel permet de se mettre dans le bain et d’apprendre les bases), la jouabilité se laisse facilement dompter, malgré certains moments ou il est difficile de tout gérer et ou le titre montre ses limites. Le jeu laisse le choix au joueur de se téléporter pour se déplacer, ou simplement d’utiliser le joystick gauche de la manette. Concernant la vue, on pourra choisir, comme dans Resident Evil 7 et d’autres jeux du genre, d’utiliser une rotation fluide ou par saccade. Si vous souhaitez éviter le motion sickness et certaines nausées, oubliez la rotation fluide, et préférez l’autre option ! Les commandes sont plutôt intuitives et faites pour ne pas alourdir la jouabilité, et ainsi conserver le côté nerveux des gunfights. On peut ainsi se retourner d’un seul coup en appuyant sur triangle ou effectuer des avancées rapides (et même sur les côtés ou en arrière) en utilisant la croix directionnelle. Attention toutefois, certains passages restent relativement chauds. Dès que les monstres sont trop nombreux, il est parfois difficile de tout gérer en même temps et on s’est parfois senti paumé au milieu de tout le foutoir qui se déroulait autour de nous. On se laisse parfois déborder, ce qui peut être un peu frustrant. Enfin, sachez que ce sont les mouvements de votre tête qui permettront de viser les ennemis ! La précision est vraiment là. Dernière chose, le jeu est jouable avec les PSMoves : un petit temps d’adaptation sera supplémentaire, mais les sensations sont là, bien que l’on soit obligé d’utiliser la téléportation pour se déplacer !


Résultat de recherche d'images pour "doom"


Doom VFR est un jeu d’action frénétique et furieux, et la VR rend vraiment bien. Le jeu s’avère court (environ 4h) mais propose de chouettes environnements et l’arsenal de l’opus de 2016, sans oublier le bestiaire varié rempli de démons et de boss imposants. Les développeurs ont tout mis en oeuvre pour que la prise en main soit la plus intuitive possible : c’est réussi, malgré certains passages plus corsés ou nous nous sommes un peu mélangés les pinceaux. Quoi qu’il en soit, en prenant en compte que le jeu est vendu neuf moins de 25 euros, il s’avère être une bonne affaire pour les possesseurs du casque de Sony. Si votre PSVR prend la poussière, il est temps de le sortir à nouveau !



Les +

  • les environnements et le bestiaire de Doom
  • sans oublier l’arsenal
  • pas mal d’options pour éviter le mal de mer
  • assez joli malgré un poil de flou en arrière plan
  • une vraie campagne à faire en solo
  • l’ambiance et l’immersion, au top !
  • vendu à petit prix

 

Les – 

  • quelques cafouillages de jouabilité
  • un poil court, on en voudrait encore plus !
  • ça reste du Doom, donc forcément un peu répétitif
  • le scénario ? quel scénario ? (mais ça intéresse qui de toute façon)

Lageekroom

2 pensées sur “TEST : DOOM VFR, la Virtual Fucking Reality sur PS4

  • 7 décembre 2017 à 18 h 38 min
    Permalink

    Merci pour le test 😬
    Il m’attend sous le sapin, hâte de le faire 🙌🏻

    Répondre
    • 7 décembre 2017 à 18 h 42 min
      Permalink

      Il est vraiment sympa et défoulant ! Juste la maniabilité qui coince un peu parfois, mais pour le prix, c’est vraiment du tout bon !

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *