TEST : Final Fantasy VII Remake, une relecture grandiose mais imparfaite

Il y a des tests qui sont plus difficiles à appréhender que d’autres. Lorsque les joueurs parlent d’ œuvres cultes du jeu vidéo, ils le font avec le cœur et avec leurs souvenirs de l’époque, ces jeux restant gravés dans leur mémoire. Mais certains titres vieillissent forcément, notamment d’un point de vue technique, et les technologies évoluent. Récemment, Capcom a su convaincre les joueurs avec les remakes de Resident Evil 2 et 3, en proposant une approche fidèle à l’original tout en modernisant le visuel et le gameplay. Le cas FF VII qui nous intéresse aujourd’hui est très différent, le projet du remake annoncé en 2015 étant colossal. Devant la charge de travail, les équipes de Square-Enix se sont finalement concentrées sur la première partie de l’aventure, à Midgar. Après 36h de jeu, nous avons atteint le bout de notre aventure, avec des étoiles plein les yeux, mais également quelques déceptions. C’est parti pour notre test !


test Final Fantasy 7 VII Remake blog jeux video gaming lageekroom


Vingt-trois années séparent le jeu original sorti sur PlayStation de ce remake. On parle bel et bien de remake et non de remaster, le jeu étant entièrement retravaillé (gameplay, musiques, graphismes, contenu) et bénéficiant d’une chouette relecture, mais nous y reviendrons plus tard. On retrouve donc l’ancien soldat Cloud, héros de notre histoire, Barret, les jolies Tifa et Aerith ou encore le très charismatique Sephiroth. Précisons d’emblée que nous considérons qu’une partie de nos lecteurs ne connaît pas encore le jeu, et de ce fait aucun spoil ne sera de la partie dans ce qui va suivre. Le scénario du jeu a marqué les joueurs de l’époque et s’avérait assez précurseur : on y parle de notre planète, d’écologie, de lutte des classes, de terrorisme, sans oublier certains thèmes forts comme la famille ou l’amitié. Certains personnages relégués en second plan à l’époque gagnent ici en épaisseur, et d’autres s’avèrent vraiment attachants. Le traitement réservé à Cloud est d’ailleurs assez réussi, et le jeune homme est au départ assez froid et ne pense qu’à l’argent mais ressemble davantage à un adolescent qui cherche encore à développer sa masculinité, ne sachant pas vraiment que faire des jolies filles qui tournent autour de lui. Mais nous vous laissons découvrir tout ceci ! Le scénario a lui aussi gagné en épaisseur et propose même quelques nouveautés, réservant des surprises aux fans de la première heure, le tout sans perdre l’esprit d’origine. Le tout est bien amené et monte en puissance seulement voilà, le rythme en dent de scie pourrait bien en lasser certains, dont les nouveaux joueurs.


test Final Fantasy 7 VII Remake blog jeux video gaming lageekroom


En effet, la narration de ce FF VII Remake est très inégale et parfois mal gérée. Passés le premier chapitre explosif (déjà vu dans la démo) et la découverte du premier bidonville, le rythme retombe et on remarque immédiatement les compromis nécessaires pour fournir aux joueurs une expérience complète ne se déroulant qu’à Midgar. Concrètement, le remplissage est de la partie, et dire qu’il passe inaperçu serait un peu vous mentir (nous l’avons pourtant lu ça et là). Certaines quêtes sont ultra pénibles et demandent de faire des allers-retours sans grand intérêt, quand il ne s’agira pas de simplement dégommer quelques rats 2 fois d’affilée. Mention spéciale au chapitre 14, qui démontre à lui seul les problèmes de narration et se retrouve blindé de mécaniques de jeu d’un autre temps, en plus de proposer un level design peu inspiré. Il s’agit du chapitre le plus pénible du jeu, qui arrive après un moment capital et très prenant de l’histoire. Nos émotions étaient à leur paroxysme et sont retombées comme un soufflet lorsque nous avons du, une seconde fois dans le jeu, retrouver les enfants égarés du quartier (entre autre). C’est vraiment dommage, et nous aurions préféré de notre côté que le jeu dure quelques heures de moins pour éviter ça. Découvrir les différents environnements devrait être un plaisir, mais c’est dans le cas présent une contrainte. Heureusement, les 10 dernières heures de jeu envoient du pâté et laissent sur une impression assez incroyable ! Venons-en maintenant au cœur du jeu, son gameplay.


test Final Fantasy 7 VII Remake blog jeux video gaming lageekroom


Lui aussi a subi un profond remodelage : le gameplay de ce FF VII Remake n’est plus en tour par tour et se veut plus dynamique. Pour synthétiser, le joueur pourra se battre en temps réel, passer d’un personnage à l’autre (équipe de 3 maximum imposée par le scénario ou en solo), le tout dans un déluge d’effets techniques. Mais à côté de ça, il sera également possible de ralentir l’action (quasiment la geler) pour accéder au menu permettant d’utiliser les attaques spéciales (à découvrir avec les différentes armes), les sorts (feu, glace, soin, foudre et différents bonus), les invocations ultra puissantes qui vous en mettrons plein les yeux et enfin les objets à utiliser (potions, grenades, élixirs, item pour ressusciter un camarade tombé pendant le combat, ether pour regagner des points de magie…). Les possibilités sont nombreuses, et les matérias font d’ailleurs leur retour. Ces petites sphère cristallisent la Mako, l’énergie spirituelle de la Planète, et permettent de gagner de nouveaux sorts (on les découvre durant le jeu, plus ou moins bien cachées, lors des missions principales ou chez les marchands), et pourront être équipées sur vos armes. Plus il y a d’emplacements sur une arme, et plus vous pourrez utiliser de sorts de soin ou d’attaque, ce qui permettra bien souvent de se sortir d’un mauvais pas. On pourra également combiner ces matérias mais les possibilités restent assez réduites. Il faudra donc bien penser à équiper chacun de ses personnages pour avoir la meilleure équipe, et surtout la plus équilibrée. Les personnages gagnent également des points d’expérience pour monter en niveau, et les armes sont améliorables. De nombreux bonus sont à débloquer pour booster ses attaques ou encore sa défense, mais il est également possible d’automatiser le tout, en choisissant une approche offensive, défensive ou équilibrée. Chaque joueur pourra donc y trouver son compte. Former l’équipe la plus homogène est donc important, et il ne s’agira pas d’associer l’attaque de feu à chaque personnage par exemple. Les ennemis ont en effet des points faibles, que l’on pourra exploiter en les analysant. Cloud est un personnage très équilibré de base, tandis que le balèze Barret pourra tirer de loin avec sa sulfateuse. Aerith, elle, sera plus poussée au niveau de la magie tandis que Tifa frappera fort au corps à corps. Chaque combat peut être différent, et cette variété fait plaisir. Malgré tout, une nouvelle déception vient pointer le bout de son nez : la gestion de la caméra est parfois pénible, malgré un système de lock. Pire, lorsque vous lockez et attaquez un ennemi volant, la caméra s’emballe et on n’y voit que dalle. C’est vraiment handicapant, surtout face à des boss qui prennent une bonne partie de l’écran. On notera également que le jeu comporte quelques pics de difficulté surprenants… Préparez-vous parfois à en baver, mais sachez qu’il existe plusieurs modes de difficulté, le plus difficile se débloquant après avoir terminé le jeu (on peut également choisir les chapitres indépendamment après la fin du jeu).


test Final Fantasy 7 VII Remake blog jeux video gaming lageekroom


Parlons technique ! A projet colossal, attentes forcément en adéquation. De ce point de vue la, notre avis est paradoxal… FF VII Remake est souvent magnifique, incroyable même, mais également très laid. Au même titre que le rythme et la narration, le tout est très inégal. Il faut avouer que (re)découvrir Midgar de cette façon est assez hallucinant. Le jeu est extrêmement vivant, les PNJ sont partout et font leur vie, les effets de lumière sont incroyables tout comme la direction artistique. Et que dire des personnages, ultra détaillés et absolument superbes, le jeu regorgeant de gros plans. Certains lieux sont très immersifs, comme lorsque l’on arrive chez Aerith, et les transitions cinématiques/gameplay passent inaperçues tant elles sont bien réalisées. On en prend plein les yeux, et puis d’un seul coup, tout s’effondre, et on se retrouve face à des textures immondes, des modèles 3D taillés à la hache, des animations raides ou encore de vilains Jpeg flous censés représenter le bidonville en vue de dessus. On passe donc sans transition de l’émerveillement à la déception, et des séquences qui se veulent impressionnantes sont plombées par ces vilains pixels… Certains diront que ces textures bien vilaines ne sont qu’un détail, mais elles sont à nos yeux beaucoup trop présentes, surtout dans les zones plus ouvertes (et encore, le jeu reste un immense couloir). Il n’y a qu’à voir le screen ci-dessous pour s’en rendre compte. Heureusement, la colorimétrie et les jeux de lumière rattrapent le tout, tout comme la mise en scène parfois épique. Les séquences en moto (malgré une jouabilité à l’ancienne) sont impressionnantes, tout comme les dernières heures de jeu, assez folles. Malgré tout, ces inégalités laissent un léger sentiment d’inachevé (manque de temps ? jeu terminé dans l’urgence ? problèmes liés au moteur graphique ?). Niveau sonore, c’est un peu le même son de cloche. La VF s’en sort bien mais s’avère un peu inégale (malgré une belle synchro labiale), et le mixage sonore fait vraiment des siennes. C’est bien simple, lors de votre arrivée dans un lieu bondé de monde, on n’entend rien du tout. Enfin c’est plutôt l’inverse : comme tout le monde parle en même temps et que chaque dialogue a la même intensité sonore, c’est un bordel sans nom. Idem dans certaines cinématiques, durant lesquelles on entend davantage nos héros soupirer que les dialogues… Du côté des musiques, le travail réalisé est quoiqu’il en soit exemplaire, et on retrouve ces thèmes cultes qui filent la patate et des frissons, malgré quelques pistes qui traînent en longueur, notamment lors des quêtes secondaires déjà pénibles.


test Final Fantasy 7 VII Remake blog jeux video gaming lageekroom


AVIS PERSO


 

Je ne connaissais pas le jeu original, à part de nom. On m’a malgré tout beaucoup parlé de la saga en général et notamment de ce septième opus. Je dois avouer que les 8 premiers chapitres m’ont davantage déçue qu’enthousiasmée, et qu’à partir du chapitre 9, mon avis a changé peu à peu (hors chapitre 14, vraiment pénible). J’ai commencé à apprécier petit à petit les personnages et à me faire à leur jeu parfois exagéré, et l’immersion a été au rendez-vous. J’ai malgré tout du mettre de côté les soucis techniques, mais l’aventure mérite d’être vécue pour le dernier tiers et la fin du jeu. Final Fantasy VII Remake ne sera pas mon coup de cœur de l’année à cause de ses défauts de rythme et certaines quêtes pénibles, mais est-ce que je le recommande ? Malgré les 15 premières heures inégales et parfois ennuyantes, c’est oui ! Cloud et Aerith restent en tout cas des personnages très intéressants, et j’ai envie de connaitre la suite de leurs aventures, le tout dans de meilleures conditions et avec moins de remplissage. Quant aux musiques, elles sont juste géniales.

 

Les 10 dernières heures de ce Final Fantasy sont juste exceptionnelles et laissent une excellente sensation. Je me souviendrai longtemps de certains passages cultes du jeu et de ses personnages attachants. Malgré tout, j’ai eu un peu de mal à entrer dans le jeu, malgré un premier chapitre qui dépote. Le doublage inégal rend certaines cinématiques un peu « malaisantes » (c’est quand même parfois très niais), et le cabotinage de certains personnages n’aide pas. Mais après quelques heures, on s’y fait et l’immersion est totale. J’ai quand même souvent râlé à cause des quêtes secondaires bien relous qui ne servent qu’à remplir certains chapitres, à cause de la caméra qui part en vrille pendant les combats et en voyant certains soucis techniques juste hallucinants (textures affreuses, arrière plan bourrés de pixels). Heureusement, le jeu est souvent magnifique et la direction artistique est à tomber par terre, tout comme les musiques. Au final, j’ai beaucoup aimé l’aventure, mais j’aurais préféré qu’elle dure un peu moins longtemps pour éviter le remplissage bien lourdingue.


A lire également :


A qui s’adresse vraiment ce Final Fantasy VII Remake ? Il ne fait aucun doute que les fans seront émerveillés par le travail réalisé et que les soucis techniques passeront en second plan. Les musiques sont incroyables, tout comme la direction artistique, et le scénario et les personnages ont gagné en épaisseur tout en réservant quelques surprises. Les nouveaux joueurs feront peut être un peu plus la grimace face aux défauts du jeu. Même si l’on passe outre, une nouvelle fois, des nombreuses textures bien moches, certaines mécaniques de jeu sont pénibles, tout comme les quêtes secondaires qui manquent d’intérêt. Le plus gros défaut reste à nos yeux le rythme : on passe d’un chapitre épique à un autre long, mou et pénible, ce qui casse parfois le délire. Le remplissage est trop visible et aurait du être mieux intégré à l’aventure pour ne pas rompre avec l’intensité du moment. Sans ces défauts et ces moments trop longs, le jeu aurait été parfait. Mais ne boudons pas notre plaisir, et la fin de l’aventure nous a laissés sur une note positive, qui donne envie de voir dans quelle direction vont s’orienter les développeurs pour la suite. Et c’est bien ça le principal !


test Final Fantasy 7 VII Remake blog jeux video gaming lageekroom


Les +

  • direction artistique incroyable
  • la richesse de l’univers et la vie qui se dégage des différents quartiers
  • découvrir Midgar de cette façon : un fantasme qui se réalise
  • personnages sublimes
  • les combats, vifs et dynamiques
  • des personnages travaillés et attachants
  • scénario qui monte en puissance après une bonne dizaine d’heures
  • la mise en scène qui claque !
  • la bande son en général, dont certains thèmes épiques
  • tout en VF (un peu inégale malgré tout)

 

Les –

  • une narration en dent de scie (le chapitre 14 est vraiment relou)
  • le remplissage à peine discret…
  • level design pas toujours inspiré
  • la caméra qui fait parfois n’importe quoi durant les combats
  • problèmes de mixage sonore
  • des textures parfois hideuses
  • des bons gros clichés des familles (mais c’est d’époque…)

Lageekroom

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *