TEST : Flipping Death, la Mort vous va si bien sur Switch et PS4

Nous attendions Flipping Death avec impatience ! Disponible depuis quelques jours en édition physique pour Nintendo Switch et Playstation 4 (version que nous avons testée), le jeu est enfin entre nos mains. Avec son univers à la Tim Burton (dans sa grande époque) et son humour décalé rappelant les bons vieux point’n click de Terry Pratchett (Discworld), le jeu semblait bien parti ! L’aventure proposée par Flipping Death est-elle à la hauteur de nos attentes ?


Test Flipping Death PS4 Switch Lageekroom Blog Gaming


Flipping Death Jaquette PS4 test blog gaming LageekroomPenny Doewood va vivre, comment dire… Une sale journée. Après avoir été licenciée par son patron, la pauvre va être victime d’un accident de voiture. Jamais 2 sans 3 comme dirait l’autre, et c’est donc une troisième tuile qui va s’abattre sur votre personnage : après être entrée dans un mausolée, celle-ci va chuter lourdement sur un rocher… Et mourir. C’est dans cette gaieté ambiante que votre aventure démarre ! Penny est morte, certes, mais cette mésaventure ne sera que le début de sa nouvelle mission : remplacer la Mort elle-même, qui décide de partir en vacances sur la Lune après avoir travaillé sans relâche pendant des millions de jours ! Votre mission sera la suivante : aider les défunts et les fantômes à trouver la paix en interagissant avec les vivants du monde réel. Le jeu est donc basé sur des énigmes à résoudre pour aider vos nouveaux amis, sans oublier de lever le mystère sur votre propre mort. Un chouette programme !


Test Flipping Death PS4 Switch Lageekroom Blog Gaming
Peindre un bateau avec sa langue, une action tout à fait normale dans Flipping Death

Penny aura la possibilité de switcher l’écran pour passer du monde des morts au monde des vivants, et ainsi effectuer des actions qui aideront à terminer vos missions. Mais pourquoi retourner dans le monde des vivants ? Tout simplement pour prendre le contrôle de ceux-ci, lire dans leurs pensées, et leur faire faire ce que vous souhaitez. Pour les posséder, vous devrez au préalable ramasser des petites créatures volantes dans l’au-delà, le jeu proposant également des phases de plate-forme. La jouabilité de celles-ci s’avère un peu imprécise et lourde, mais ce n’est heureusement pas le cœur du jeu. Les énigmes à résoudre s’avèrent vraiment prenantes, et bien souvent barrées. A titre d’exemple, vous allez devoir repeindre un bateau avec de la peinture bleue dans le monde des morts. Pour ce faire, vous devez retourner chez les vivants, posséder un dentiste pour ouvrir le pot de peinture avec sa fraise, puis prendre le contrôle d’un habitant à la langue surdimensionnée pour appliquer la peinture. Des énigmes bien perchées, mais qui restent malgré tout « cohérentes » et ne tombent pas dans le n’importe quoi infaisable. Si toutefois vous bloquez lors de certains passages, le jeu proposera des indices, sous la forme d’images n’en dévoilant pas trop. Des aides vraiment sympathiques et qui ne prennent pas trop le joueur par la main. On passera donc son temps à papoter avec nos amis décédés pour tenter de les aider, en se lançant dans des missions farfelues mais toujours bien écrites. Cerise sur le gâteau : le jeu est intégralement en français ! On notera juste, pour pinailler, que quelques fautes d’orthographe se glissent dans les dialogues, et que certains n’apparaissent pas à l’écran. La traduction pourra également s’avérer limitée lors de certaines blagues difficiles à traduire.


Test Flipping Death PS4 Switch Lageekroom Blog Gaming
La direction artistique est vraiment réussie

Flipping Death est un jeu vraiment drôle, qui nous a arraché pas mal de sourires ! Les personnages sont tous bien différents et souvent loufoques, et leur design est excellent, rappelant Stick it to The Man des mêmes développeurs. La direction artistique du jeu s’avère très réussie : les décors fourmillent de détails et d’animations (voitures qui roulent en premier plan par exemple) et les couleurs sont éclatantes. Passer d’un monde à l’autre est vraiment agréable et se fait avec fluidité. Chaque nouveau tableau est l’occasion d’en prendre plein les yeux et de découvrir cet univers vraiment à part. De ce côté là, c’est franchement réussi, et les voix anglaises ainsi que les musiques sont également d’une grande qualité. Le travail fourni est remarquable. En terme de durée de vie, il faut avouer que le jeu est un peu court. Comptez environ 6h en ligne droite, sachant que quelques missions secondaires seront disponibles ainsi que des défis, qui débloqueront des cartes sur les personnages. C’est un peu court, mais le rythme est bon et on ne s’ennuie jamais, le jeu n’étant pas si linéaire que ça. Comme nous le disions précédemment, seules les phases de plate-forme sont en deçà : la jouabilité s’avère parfois compliquée, et il vous sera souvent demandé d’utiliser votre faux pour vous téléporter (après l’avoir lancée). Certaines imprécisions s’avèrent pénibles, mais on s’y fait !



Le studio Zoink Games livre une nouvelle fois, avec Flipping Death, une belle prestation. Le jeu est beau, drôle, et propose des missions loufoques, des personnages excellents et un doublage réussi ! Le jeu est en français et s’avère vraiment prenant et original. On regrettera néanmoins qu’il soit un peu court et que les phases de plate-forme soient parfois frustrantes. Cette sortie en édition physique reste en tout cas une excellente chose, et on ne peut que remercier Koch Media et Rising Star Games pour cela ! Si vous cherchez un jeu barré, drôle et à la direction artistique originale, Flipping Death est fait pour vous.


Les +

  • direction artistique de toute beauté
  • passer du monde des morts à celui des vivants en un claquement de doigt
  • dialogues bien écrits et vraiment drôles
  • des personnages loufoques ayant chacun leur histoire
  • des énigmes barrées et bien foutues
  • intégralement en français
  • des aides qui n’en disent pas trop
  • vendu moins de 30 euros

Les –

  • les phases de plate-forme imprécises
  • trop court
  • décors qui se répètent un peu
  • des blagues pas toujours bien traduites

Panzer et Nouvia – Lageekroom

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *