TEST : Ghost of a Tale, que vaut la version Nintendo Switch ?

Ghost of a Tale a vu le jour sur PC en 2018, et les retours de la presse et des joueurs ont été excellents. Ce projet de Lionel Gallat aura mis quasiment 5 ans à voir le jour, et nous attendions son arrivée sur consoles avec impatience. Alors qu’une version physique se profile à la fin du mois, c’est la version Nintendo Switch que nous venons de recevoir en version dématérialisée. Si les qualités du jeu ne sont plus à démontrer, il restait à voir la qualité de ce portage. C’est parti !


TEST : Ghost of a Tale, que vaut la version Nintendo Switch ?De nombreux tests de Ghost of a Tale sont déjà disponibles sur le net, mais nous allons tout de même revenir sur ce jeu atypique qui vous fait incarner un souriceau nommé Tilo, enfermé par des rats et qui va partir à la recherche de sa femme Merra. Au delà de l’ambiance qui immerge immédiatement le joueur et de la direction artistique sublime du jeu, c’est la qualité des animations qui frappe dès les premières minutes. Etant un ancien animateur de DreamWorks et d’Universal, Lionel Gallat dévoile ici tout son talent et le résultat est surprenant. Entouré d’un développeur, d’un scénariste, ou encore d’un compositeur venus lui prêter main forte, Lionel Gallat a pu peaufiner son jeu et le rendre disponible à tous, y compris aux possesseurs de Switch. Ghost of a Tale est un jeu d’aventure prenant, dans lequel l’infiltration est au cœur du gameplay. Point de combat ici, mais de la discrétion, et il faudra s’approprier les lieux du Fort Deruine, situé au bord lac Vaélia. On s’attache immédiatement à notre petit héros et à son design, et orchestrer sa fuite ne sera pas de tout repos.


TEST : Ghost of a Tale, que vaut la version Nintendo Switch ?


Le jeu est souvent difficile, et il faudra trouver les bonnes clés pour accéder à de nouvelles zones, le level design étant particulièrement travaillé. L’ambiance médiévale est excellente, des musiques aux décors, et le chara design est lui aussi de qualité. Tilo rencontrera quelques personnages qui viendront lui prêter main forte, en échange d’un ou deux services. Ghost of a Tale propose des missions principales et secondaires, et se repérer dans l’univers du jeu n’est pas toujours facile. Pour se glisser derrière les gardes, Tilo pourra marcher discrètement pour ensuite taper un sprint et aller se planquer dans un placard (et pouvoir sauvegarder la partie). Une fois encore, les animations sont étonnantes. Il sera également possible de récupérer de quoi équiper et déguiser votre personnage (voleur, pirate, garde), ce qui permettra par exemple d’interagir avec certains PNJ. Un aspect RPG est même présent, avec une renommée à faire grimper pour monter en niveau, et divers vêtements à équiper pour augmenter ses statistiques. Tout ceci s’intègre bien au jeu et donne envie de fouiner un peu partout, les environnements étant assez variés, vous faisant passer des égouts à une prison en passant par la forêt. Il sera également possible de transporter divers items comme de la nourriture ou de quoi se défendre et étourdir les gardes pour en profiter pour fuir ou leur piquer leurs clés. Si le monde de Ghost of a Tale n’est pas immense, il s’avère suffisamment bien fichu pour donner envie de l’explorer. De quoi s’occuper une bonne dizaine d’heures, voire un peu plus pour tout découvrir.

Venons-en maintenant à cette version Nintendo Switch, qui s’avère de bonne facture. Sans atteindre le niveau du PC bien entendu, ce portage est plutôt réussi, même s’il souffle le chaud et le froid. On retrouve cette caméra un peu trop proche du personnage qui empêche souvent de bien appréhender son environnement, et c’est encore plus délicat lorsque l’on joue en mode portable. En intérieur, le jeu est très joli et les effets de lumière très réussis, mais le rendu est en deçà dès lors que les zones s’ouvrent et que l’on se retrouve à la lumière du jour. Les couleurs deviennent un peu plus ternes, le frame rate est moins stable et l’aliasing s’invite à la fête. Rien de dramatique rassurez-vous, mais la direction artistique sublime du jeu est du coup moins mise en valeur. Le jeu propose un cycle jour/nuit parfois gênant pour la lisibilité, notamment en mode portable et malgré le fait de pouvoir trimballer torches ou autres bougies dans votre inventaire. Autre petit défaut en mode nomade : les textes et menus sont vraiment petits : il va falloir sortir vos lunettes !


A lire également : 



Que l’on y joue sur PC, PS4 ou encore Nintendo Switch, Ghost of a Tale est un excellent jeu ! Cette version Switch conserve toutes les qualités ludiques du titre, mais reste visuellement (et on s’en doutait) un cran en dessous de la concurrence. Si les graphismes en intérieur restent de bonne facture, le tout se complique en extérieur et dans les zones plus ouvertes, avec des visuels moins contrastés, plus ternes, et un frame rate vacillant. Si vous ne possédez qu’une Nintendo Switch, vous passerez néanmoins un excellent moment, mais si vous avez la possibilité d’y jouer sur PS4 ou mieux sur PC, ces versions rendent davantage hommage à la direction artistique sublime du jeu. Vendu aux alentours de 25 euros, Ghost of a Tale reste une belle affaire pour les possesseurs de la console hybride de Nintendo !


Lageekroom

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *