TEST : Lapis x Labyrinth, un univers Kawaii avec un gameplay accrocheur

Avec des titres tels que les Disgaea, Ys VIII, Danganronpa ou encore The Witch And The Hundred Knights, NIS n’en est pas à son coup d’essai en terme de jeux vidéo et nous propose ici son nouveau titre intitulé Lapis X Labyrinth. Ce RPG axé action en 2D latérale demande au joueur de traverser moult donjons à la recherche de loot, de cash, et du boss qu’il faudra bien entendu terrasser. Derrière son aspect Kawaii, que vaut la version PS4 du titre, également disponible sur Nintendo Switch ? La réponse, c’est tout de suite !


Face à une crise financière, le village cherche des aventuriers pour blinder les caisses, et c’est là que nous allons entrer en jeu : notre groupe d’aventurier devra ramener des trésors et du cash en ville ! L’histoire ne propose pas grand-chose en termes de narration mais justifie le gameplay et le but du jeu. Avec une ambiance axée second degré, et une direction artistique qui rappelle clairement Disgaea en terme de chara design, le titre saura séduire les joueurs avides d’originalité. Il faudra tout d’abord passer par la case création, et il nous sera proposé de créer notre équipe parmi 8 huit classes disponibles. Dès le début du jeu, nous aurons la possibilité de créer un personnage par classe allant des classiques chevaliers, mages ou encore maid (typiquement japonais n’est-ce pas ?) et nécromancien. Nous aurons la possibilité de customiser un peu nos personnages via des couleurs alternatives, des coupes de cheveux / couvre-chefs ou encore le choix de la voie. Notre équipe sera composée de 4 de ces combattants selon nos choix et nos envies, cette composition étant modifiable d’une mission à l’autre (mais pas en pleine mission).


TEST : Lapis x Labyrinth koch media NIS America blog gaming jeux video lageekroom


Mais comment contrôler 4 personnages avec une seule manette ? C’est tout simple, ils s’empileront tous les uns sur les autres, surmontés d’un coffre qui nous accompagnera en permanence pour gober tout ce que nous allons looter. Le personnage du bas de la pile sera le leader et une indication nous dira quel personnage sera le suivant, car d’une simple pression sur la gâchette L1, le personnage actif change ! Chaque classe disposant de caractéristiques, attaque et barre de vie propre, ce sera à nous de nous adapter selon l’ennemi (ou plutôt les ennemis) rencontrés ! Chacune de ces classes dispose d’atouts bien à elle, et de faiblesses bien entendu. Ce sera donc au joueur de tester différentes combinaisons de mission en mission afin de trouver le quatuor qui lui plaira le plus. Une fois notre équipe constituée, c’est parti pour l’aventure où tout va se décider depuis le village, sorte de hub central. C’est donc ici que nous allons recruter nos membres, constituer notre équipe, attribuer les équipements, vendre / acheter du loot mais aussi récupérer nos missions. Chaque mission aura un but similaire : traverser le donjon en question et ses différents étages afin de trouver le boss et le mettre KO. En route, il nous faudra scorer un max afin de récupérer de l’or, des trésors et des équipements. Entre chaque étage d’une mission, nous verrons notre score et le nombre de coffres récupérés en route. Sur le papier, sans plus d’infos, on pourrait se dire que tout roule et que cela pourrait être une partie de plaisir, sauf que tout le jeu est sujet à un chronomètre ! Nous ne disposons que de 5 minutes et et pas une seconde de plus pour finir chaque palier et chaque étage ! Au début du jeu, ça passe plutôt crème, mais plus nous avançons et plus les chronos peuvent se montrer tendus car ces donjons en 2D se montreront de plus en plus grands et sinueux ! Il n’est pas rare que le joueur se loupe et tourne en rond, voyant le chronomètre afficher un zéro puis, la plupart du temps, la mort. Un fantôme (faisant pas loin de 50% de l’écran) apparaît et nous traquera, sachant qu’il nous tue en un coup ! En début de jeu, on prend donc le temps de récupérer un max de coffres, de fritter tout ce qui bouge, mais on essaiera par la suite de trouver un bon compromis entre la vitesse liée au chrono et le loot.


TEST : Lapis x Labyrinth koch media NIS America blog gaming jeux video lageekroom


Nous voici donc à commander notre « montagne » de combattants, à déambuler dans ces donjons. Le gameplay et la prise en main sont plutôt simples, et donnent des affrontements dynamiques et bourrins, via des combos assez sympas à réaliser d’une simple touche pour appeler un des autres combattants. Chaque héros dispose de sa barre de vie et un personnage mort ne sera pas ressuscité en pleine mission : surveillez donc bien la vie du personnage actif ! Il arrivera également qu’un personnage soit sonné et tombe de notre « pile » de combat : il faudra donc faire attention à bien le récupérer en lui « marchant » dessus. Si la totalité de nos personnages est KO, nous contrôlerons le coffre pour retourner réveiller au plus vite un personnage assommé, mais étant faible et sans défense, il faudra un bon coup de bol pour y parvenir ! Pour scorer, il suffira donc de finir un étage rapidement, de ramasser les coffres cachés dans les niveaux, et de tuer des ennemis. Nous aurons également une stat à gérer : le treasure score ! Chaque coup et chaque combo feront monter cette stat, et plus celle-ci sera haute et plus nous accumulerons de points / argent ! Bien entendu, si un ennemi nous touche, notre treasure score retombe à zéro ! Il est donc important de réussir à monter cette stat au plus haut, en se faisant toucher le moins possible. Une autre « barre » se chargera au fur et à mesure de notre avancée : la barre de fièvre. Dès que cette ressource atteint un seuil, le mode Fever se déclenchera tout seul et là, c’est le jackpot : chaque ennemi et chaque bloc du décor touchés généreront un max de pognon en plus de nous rendre invincible durant quelques secondes ! Pour peu que l’on soit en pleine mêlée de folie, entouré de blocs destructibles, l’écran deviendra limite illisible à voir du loot et des ennemis voler dans tous les sens !


TEST : Lapis x Labyrinth koch media NIS America blog gaming jeux video lageekroom


Au-delà de son aspect Kawaii, le jeu et son gameplay proposent une réelle profondeur : tuer, en quantité, vite, et sans se faire toucher pour accumuler un max de cash et trouver rapidement la sortie ! Le rush bête et méchant dans le tas ne donnera donc jamais de résultat positif. Bien sûr, nous arriverons à finaliser les donjons, mais niveau scoring (qui fait partie intégrante du jeu) nous jouerons le bas du tableau. A la fin de chaque mission, nous disposerons donc d’un écran indiquant notre scoring entre autres, et notre ranking. Plus ces données seront hautes et plus nous gagnerons de clés permettant d’ouvrir encore plus de coffres à loot. Pour faire face à cela, notre équipe peut être améliorée de diverses façons à commencer par le loot des armures, armes et accessoires. Chaque item possède ses statistiques, et surtout un coût. Au départ, le budget global de l’équipe est de 20 points, avec lequel il faudra gérer l’équipement de notre troupe ! Le point positif étant que les stats, HP, attaque etc… Sont communes pour notre équipe. Il sera également possible d’améliorer notre pool de combattants via des consommables, ou autre enchantements et accessoires à récupérer et à acheter. Il est important, en plus de bien choisir nos personnages, de tenir à jour notre équipement selon les donjons que nous attaquons. Dans le deuxième biome par exemple, nous faisons face à pas mal de bêtes ou insectes. Des enchantements d’armes spécifiques seront donc un apport bénéfique. Le nombre de combinaisons possibles est réellement impressionnant.


TEST : Lapis x Labyrinth koch media NIS America blog gaming jeux video lageekroom


En termes de contenu, le jeu propose plus de 200 armes à trouver, plus de 500 items à looter au total, et plus de 100 ennemis différents que nous rencontrons dans une multitude d’environnements. Il faudra quelques dizaines d’heures en ligne droite pour voir la fin du jeu, en notant que le titre propose un rejouabilité énorme du fait de l’aspect scoring bien ancré. Niveau technique, et du fait de son rendu non complexe, nous obtenons un résultat sympathique à l’œil, fluide, et avec une direction artistique toute mignonne. Le jeu contient une piste audio unique, en japonais et est intégralement sous-titré en anglais. La non présence du français n’est pas réellement pénalisante du fait de l’absence de vraie histoire et du peu de texte à lire, mais côté équipement, les non anglophones pourraient passer à côté de quelques infos. La bande son colle bien à la DA, bien que manquant un poil de variété au sein de chaque niveau de quête (monde). Le jeu, visuellement attrayant, propose donc une expérience originale, dynamique, qui peut se consommer aussi bien à petite qu’à grande dose. Sous ses aspects Kawaii tout mignon se cache en réalité un gameplay atypique et profond, facile à prendre en main mais dont la réelle maîtrise pour taper du high scoring ne viendra qu’avec la pratique. Le tout est saupoudré d’une difficulté bien dosée qui monte crescendo.



Avec un contenu non négligeable, du loot en veux-tu en voilà et un bestiaire important et plutôt bien foutu, Lapis X Labyrinth sort des sentiers battus pour proposer quelque chose de frais qui fait du bien (cela change de la pléthore d’open world de ces derniers mois). Certes, le style ne plaira peut-être pas à tout le monde, mais NIS America a le mérite de proposer un titre original une nouvelle fois, qui sera disponible dans quelques jours à prix plutôt cool. Je ne pourrais que vous suggérer de vous y intéresser (il suffit de regarder quelques vidéos de gameplay en cas de doute) et pourquoi pas de sauter le pas. Personnellement, c’est clairement le genre de jeu que je trouve adapté à la Switch (ce test a été réalisé sur une version PS4) et je suis curieux de le voir tourner sur la console de Big-N !


Les +

  • direction artistique très Kawaii et vraiment chouette
  • fluide et bourré d’effets graphiques
  • excellente durée de vie
  • le gameplay, plus profond qu’il n’en a l’air
  • le côté « gestion » de son équipe
  • une expérience originale qui fait du bien

Les –

  • tout en anglais
  • la narration, basique
  • parfois confus à l’écran
  • un poil répétitif malgré tout

Critique rédigée par Hervé – Lageekroom

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *