TEST : The Occupation, on a mené l’enquête et on vous dit tout !

Après le « walking simulator » narratif Ether One, les développeurs anglais de White Paper Games sont de retour avec un contexte totalement différent. The Occupation propose en effet au joueur de participer à une enquête, en incarnant un journaliste qui va tenter de lever le voile sur les mystères d’un attentat récent et de déterminer si le terroriste est bel et bien coupable. Avec son contexte politique travaillé et ses mécaniques de jeu originales, The Occupation arrive t’il à se démarquer ?


jaquette the occupation ps4 test avis blog gamingTerrorisme, immigration, individus privés de leur liberté : le gouvernement britannique passe aux choses sérieuses et décrète l’Union Act. L’attentat meurtrier qui sert de point de départ à notre enquête, se déroulant en 1987, change la donne, et le tout est amené avec un certain travail et une subtilité bienvenue. On s’éloigne donc des clichés habituels, et l’immersion n’en est que plus réussie ! On nous avait présenté The Occupation comme un jeu d’enquête se déroulant en temps réel, et c’est effectivement le cas. Votre personnage, Harvey Miller, a donc 4h pour mettre à jour les circonstances de l’attentat, et savoir si oui ou non l’immigré Alex Dubois en est l’auteur. Rassurez-vous, le jeu propose une durée de vie supérieure, vous faisant également incarner Scarlet Carson, qui a perdu son compagnon dans l’explosion. Ces séquences se déroulent via des flashbacks qui prennent place entre les différentes phases de l’enquête du journaliste et ses rendez-vous !


Test The Occupation PS4 Xbox One Just For Games blog gaming lageekroom White Paper Games
Les quelques décors en extérieur réservent de chouettes effets de lumière

L’histoire de The Occupation n’est pas simple à appréhender, le jeu se contentant du minimum d’informations au début de l’aventure. On ne sait au départ pas forcément quoi faire une fois la sécurité franchie : notre premier rendez-vous est dans une heure (en temps réel donc, et il est possible de consulter sa montre) et l’agent de sécurité nous informe que nous pouvons visiter les lieux en attendant. A condition, évidemment, de ne pas pénétrer dans certaines zones interdites réservées au personnel. Votre but sera de glaner un maximum d’informations avant votre prochain entretien, afin d’avoir matière à poser des questions pertinentes et éventuellement de poser vos preuves sur la table. On se ballade donc, on fouine, et les premiers indices tombent. Chaque indice en dévoile un autre, et les morceaux du puzzle commencent à s’assembler. Seulement voilà, certaines zones s’avèrent inaccessibles, et les agents font leurs rondes, quand ce ne sont pas des alarmes qui vous mettent la pression. On s’amusera donc à crapahuter dans les conduits d’aération pour atteindre un bureau dans lequel se trouve un coffre fort contenant des dossiers importants. Comment l’ouvrir ? A vous de le découvrir. Votre personnage pourra également chiper des disquettes pour les utiliser sur un PC, écouter des cassettes audio, et récupérer tout un tas de documents écrits. Il se trouve que votre prochain rendez-vous a des liens étroits avec les événements : à vous de découvrir les preuves nécessaires pour confronter votre futur interlocuteur ! Besoin d’accéder à un bureau sans déclencher l’alarme ? Couper les fusibles, en attendant sagement que l’homme d’entretien vienne ouvrir la porte de la réserve.


Test The Occupation PS4 Xbox One Just For Games blog gaming lageekroom White Paper Games
Le temps vous est compté

Il faudra également mettre la main sur des cartes d’accès pour accéder à certains lieux. A vous de les découvrir, au détour d’un vestiaire ou dans un sac égaré. Les conversations des différents PNJ seront également à écouter pour chiper quelques infos. Il faudra tout mettre en oeuvre pour engranger le plus d’informations possible, et certaines parties de cache-cache vous mettront bien la pression, malgré une IA pas toujours au top. Vous pourrez en effets vous planquer sous une table ou un bureau pour ne pas croiser la lampe torche d’un agent de sécurité. En cas de découverte, retour à la case départ ! Rassurez-vous, bien que le temps soit limité, vous aurez le temps de vous organiser. Le côté « minuté » du jeu ne gâche pas, loin de là, l’expérience. Le jeu n’est d’ailleurs pas avare en détails, et certaines actions auront des conséquences sur le déroulement de l’enquête. Les bonnes idées sont là !


Test The Occupation PS4 Xbox One Just For Games blog gaming lageekroom White Paper Games
Découvrez un maximum d’indices avant vos entretiens

Du côté des défauts, il faut tout de même signaler que l’on manque d’informations et que l’on est parfois perdu. Cela risque de frustrer grandement certains joueurs ayant besoin d’un minimum d’indications pour progresser. Précisons que nous avons reçu le code du jeu (merci à Just For Games !) le jour de la sortie du titre, histoire de profiter du patch day one ajoutant les sous-titres français. Si ceux-ci ont le mérite d’être présents, ils manquent clairement de finition. Mots manquants, lignes de dialogue non traduites ou absentes, ou encore caractères spéciaux (é,è ou à) remplacés par des points d’interrogation… Il est parfois difficile de bien suivre ce qui se passe à l’écran. On notera également que le rythme du jeu est forcément assez lent, et certains risqueront de vite s’ennuyer. Dommage, car le jeu livre son potentiel d’heure en heure. Graphiquement, The Occupation présente un style plutôt chouette, et une direction artistique qui fonctionne bien. Malgré quelques chutes de frame rate, le tout est fort joli et propose de beaux effets de lumière. Le réalisme n’est certes pas à l’ordre du jour, mais ce n’était pas le but recherché !


Test The Occupation PS4 Xbox One Just For Games blog gaming lageekroom White Paper Games
Certains décors sont vraiment chouettes

The Occupation est un titre atypique, proposant un contexte politique travaillé et des mécaniques de jeu qui changent de l’ordinaire. Bien que l’on soit parfois un peu perdu et que le rythme soit lent, on prend plaisir à chercher des indices dans cet Escape Game géant, et à se faufiler dans les différents locaux pour trouver les preuves nécessaires à notre enquête. L’alternance des personnages permet d’avoir des points de vue différents des événements, et le tout se suit avec plaisir. Dommage que la finition laisse un peu à désirer, à commencer par des sous-titres français loin d’être au point et des cinématiques vraiment pas terribles. Le jeu reste plutôt joli, prenant, et surtout original. On précisera que son prix de vente est de 30 euros environ, ce qui reste correct étant donnée sa durée de vie assez courte et une rejouabilité limitée. The Occupation reste une expérience franchement sympathique, mais il faut s’investir pour y prendre du plaisir !


Les +

  • direction artistique réussie
  • une certaine liberté pour trouver les indices
  • le concept et les mécaniques de gameplay changent de l’ordinaire
  • contexte politique travaillé
  • doublages anglais plutôt bons
  • les interactions assez poussées
  • on se prend vraiment au jeu !

Les –

  • histoire confuse
  • on se sent parfois un peu perdu
  • quelques baisses de frame rate
  • traduction française loin d’être terminée
  • un rythme lent qui pourra en ennuyer certains
  • l’IA qui a quelques ratés

Lageekroom

Une pensée sur “TEST : The Occupation, on a mené l’enquête et on vous dit tout !

  • 14 mars 2019 à 19 h 33 min
    Permalink

    Le concept m’intrigue ! Merci pour cet article, je n’en avais pas du tout entendu parler.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *