Avis Third Editions : Les Résonances de The Leftovers. Perdre et se (re)trouver

Lorsque nous avons appris la sortie d’un ouvrage sur la série The Leftovers en provenance de Third Editions, nous étions plus que ravis. Les 3 saisons nous ont profondément marqués et il s’agit de plus du premier ouvrage de l’éditeur revenant sur une série télévisée. Nous avons reçu un exemplaire de l’ouvrage, mais avons préféré nous plonger à nouveau dans la série et visionner une nouvelle fois les 3 saisons pour ne rien manquer. Il est désormais temps de vous livrer notre ressenti sur l’ouvrage de Sylvain Romieu !


Avis Third Editions : Les Résonances de The Leftovers. Perdre et se (re)trouverDescriptif de l’éditeur : Le 14 octobre 2011, 2 % de la population mondiale disparaît en une fraction de seconde, sans explications. De ce point de départ tragique, la série The Leftovers, créée par Damon Lindelof (Lost) et le romancier Tom Perrotta, déroule un récit puissant, centré sur des personnages complexes et fracturés de l’intérieur. Fruit d’une documentation méticuleuse, Les Résonances de The Leftovers. Perdre et se (re)trouver propose une lecture globale, pointue et limpide de ce qui fait le sel de la série, de sa genèse passionnante à ses multiples symboles et ambiguïtés. Un décryptage complet écrit par Sylvain Romieu, auteur célébré pour son analyse minutieuse des jeux vidéo Dark Souls au sein des ouvrages Dark Souls. Par-delà la mort.


Avis Third Editions : Les Résonances de The Leftovers. Perdre et se (re)trouver


Difficile de nous souvenir ce qui a mis la série The Leftovers sur notre chemin en 2014. Son synopsis peut-être, très mystérieux ? Ou tout simplement le fait que Damon Lindelof soit aux manettes ? Un peu des 2 sans doute, et nous devons avouer être de grands fans de Lost et de ses 6 saisons néanmoins inégales. A l’époque de Lost, nous guettions chaque semaine les nouveaux épisodes pour découvrir les mystères de l’île et de ses habitants, mais la série a subit quelques couacs, allant de la grève des scénaristes de 2007 aux pressions des producteurs. Damon Lindelof n’est d’ailleurs pas ressorti indemne de ce marathon, lui qui a été très affecté par la réception parfois difficile du tout dernier épisode. Le scénariste et producteur s’est même éloigné des réseaux sociaux (et de Twitter notamment), supportant mal certains commentaires haineux. Il faut avouer que malgré tout l’amour que nous avons pour Lost, la série s’est souvent embourbée dans ses mystères, et a tenté tant bien que mal de les résoudre. Les fans n’attendaient qu’une chose : obtenir une réponse à leurs questions. Qui est Jacob ? Qu’est ce que la fumée noire ? Et bien d’autres… A tel point que le show ne se focalisait plus que sur les mystères de l’île et en oubliait ses personnages. Avec The Leftovers, on peut dire que le mal est réparé, et que les personnages sont au cœur des 3 saisons.

Il est difficile de parler de The Leftovers sans spoiler… Après la disparition de 2% de la population mondiale, la série s’attarde sur les personnes qui sont restées, et leur rapport face au deuil et à la perte de leurs proches. Plus de 140 millions d’êtres humains ont disparu le 4 octobre 2011. Ou sont-ils allés ? Comment surmonter cette épreuve ? On suit donc une galerie de personnages qui tente tant bien que mal de survivre à cette « soudaine disparition ». Mais des événements étranges affectent le mental de notre personnage principal Kevin… Riche en mystères, The Leftovers s’attarde néanmoins sur le développement de ses personnages. On préfère vous le dire tout de suite : si vous attendez des explications à chaque mystère, vous vous êtes trompés d’endroit. La qualité d’écriture des 3 saisons est exceptionnelle, et on sent que tout a été réfléchi, contrairement à Lost dont le nombre d’épisodes était la plupart du temps imposé (plus de 20 pour la saison 3 qui avait du meubler comme pas possible). L’ambiance de The Leftovers et à la fois lourde et pesante, souvent triste mais non dénuée d’espoir, le tout étant sublimé par la bande son de Max Richter. Les épisodes d’environ 1h s’enchaînent (il y en a 28 en tout) et on ne s’ennuie jamais malgré un rythme parfois lent. On ne vous en dévoilera pas plus pour ne pas vous gâcher la découverte… Même si nous avons envie de tout vous dire !



Nous n’avons fait qu’une bouchée de l’ouvrage de Sylvain Romieu. Tout d’abord parce que nous étions complètement immergés dans la série et son univers et que nous l’avons lu dans la foulée, mais également parce que l’écriture est agréable et donne envie de tourner les pages. L’auteur revient dans un premier temps sur la création d’une série télé, et nous en apprend sur les divers processus d’écriture ou encore de mise en place. Qui plus est, The Leftovers est adapté du roman de Tom Perrotta, qui participe activement à la mise en place du show. Puis on passe au décryptage, qui est la partie que nous avions le plus hâte de découvrir. Mention spéciale au chapitre concernant les personnages et leurs profils psychologiques. On revient sur leurs motivations, leur rôle dans cette histoire ou encore sur leurs forces et leurs faiblesses. Matt, Nora, Kevin, Patti ou encore Jill se dévoilent à nous ! Nous avons par exemple beaucoup aimé retrouver les dialogues d’une scène culte de la saison 3 entre Matt et David Burton, l’homme qui se fait passer pour Dieu (ou pas…). Un échange d’une intensité folle dans la série, et que l’on retrouve à l’écrit avec tout autant de puissance. De nombreux thèmes forts sont abordés, tels que l’amour, la famille, le deuil, la religion (les citations bibliques sont nombreuses et le personnage de Matt est assez passionnant à suivre) ou encore la folie. Kevin est-il fou comme son père ? Souffre t’il de visions ? Est-il vraiment un messie ? Lindelof développe ses personnages d’épisode en épisode, tout en proposant une narration non linéaire, et certains événements du début de saison ne trouvent leur réponse qu’à la toute fin. L’ouvrage de Sylvain Romieu permet donc de bien s’y retrouver dans la chronologie et d’éviter de passer à côté d’éléments clés de l’intrigue, ou des nombreux détails distillés par les créateurs. Même si elle n’a pas été pensée comme telle, la série donne envie d’enchaîner les épisodes sans pause. C’est ce que nous avons fait pour la saison 3, aussi surprenante soit-elle. L’auteur nous parle également des sectes, notion importante dans la série et surtout dans la saison 1, sans oublier de la musique sublime de Max Richter que l’on écoute en boucle. Il revient enfin sur les nombreux mystères de la série, mais nous vous l’avons déjà dit : ne vous attendez pas à obtenir toutes les réponses que vous attendez. Vous comprendrez néanmoins que ce n’est pas si grave.


A lire également : 


Les Résonances de The Leftovers. Perdre et se (re)trouver est le premier ouvrage de Third Editions à parler d’une série télé ! Et quelle série ! Nous ne pouvions pas être plus heureux de découvrir cette analyse profonde et passionnante de The Leftovers, et Sylvain Romieu a fait un énorme travail pour décrypter l’oeuvre de Lindelof. L’auteur revient sur la création de la série, ses personnages, ses mystères, ses sources d’inspiration, et analyse le tout avec une grande justesse et beaucoup de passion. L’ouvrage nous a également permis d’éclairer certaines zones d’ombre, la série n’étant pas toujours facile à appréhender, avec ses nombreux indices disséminés et sa narration travaillée. Si vous aimez The Leftovers, cet ouvrage est clairement indispensable. Si par contre vous ne connaissez pas la série, foncez la voir et achetez le bouquin, qui s’avère être son prolongement parfait. Et dernière chose : n’hésitez pas à écouter la bande son de Max Richter, histoire de vous mettre dans l’ambiance !


Lageekroom

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *