Hellblade: Senua’s Sacrifice, explications sur l’histoire et avis sur la version Xbox One X

Notre test de Hellblade: Senua’s Sacrifice est disponible depuis quelques temps déjà sur PlayStation 4 sur le blog. A l’occasion de la sortie du jeu en version physique, nous nous sommes procurés un exemplaire Xbox One X, histoire de vivre à nouveau cette expérience unique, tout en voyant ce que cette version avait dans le ventre. On revient donc aujourd’hui sur le jeu, son histoire (avec spoilers), et sur cette version Xbox One X.


Hellblade wallpaper analyse fin blog gaming


On vous a prévenu dans l’intro de cet article, mais on vous le dit à nouveau : nous allons spoiler ! Si vous lisez ceci, considérez que vous avez terminé le jeu et que vous souhaitez découvrir notre analyse de l’histoire et de la folie de Senua. Hellblade: Senua’s Sacrifice est un TPS, mettant en avant 3 phases de gameplay : l’exploration, les combats, et quelques énigmes. Si Hellblade n’était qu’un jeu « lambda », ses faiblesses seraient un réel handicape pour lui. Les combats, aussi bien animés soient-ils, restent répétitifs et parfois trop longs, et les énigmes sont absolument toutes les mêmes, à base de runes à dénicher dans les décors, qui deviennent de plus en plus vastes et tortueux. Mais alors, qu’est ce qui fait que l’on ne ressort pas indemne de cette aventure ?


Hellblade: Senua's Sacrifice, explications avis fin version Xbox One X blog gaming lageekroom Ninja Theory


Parlons dans un premier temps de la partie sonore. Hellblade est un jeu à jouer avec un casque ! C’est même quasi une obligation tant le sound design est hallucinant. Certains passages, comme l’épreuves de la cécité dans laquelle Senua est quasi aveugle, demandent même au joueur d’utiliser son ouïe afin de trouver son chemin, en écoutant notamment le bruit d’une rivière. Côté immersion, c’est absolument génial, le tout étant magnifié par les fameuses voix qu’entend Senua tout au long du jeu. Car oui, Hellblade: Senua’s Sacrifice est bien plus profond qu’on pourrait le croire, et n’est pas un « simple » jeu d’action s’inspirant de légendes celtes et nordiques ! Pour schématiser, on pourrait presque dire que le jeu est la rencontre entre un God of War et le mythique Silent Hill 2. Les développeurs de Ninja Theory n’utilisent en effet la mythologie que pour imager leurs propos. Une gigantesque métaphore qui n’est pas là que pour mettre en images la folie et les troubles mentaux de Senua, mais également son acceptation du deuil.


Hellblade: Senua's Sacrifice, explications avis fin version Xbox One X blog gaming lageekroom Ninja Theory


Au fur et à mesure de l’avancée dans le jeu, on se rend compte que la vie de Senua n’a pas été facile. On se doute bien, dès les premières minutes, que tout ne tourne pas rond dans la tête de la jeune femme. Schizophrène ? Sans aucun doute (mais pas que…), tant les voix dans sa tête la harcèlent, la contredisent, et la mettent sous pression (et le joueur également). La pauvre Senua a été maltraitée par son père (on parlerait même d’inceste durant le jeu), sa mère a été brûlée vive (elle était malade également et considérée comme possédée), et son amoureux assassiné. Forcément, le choc est rude, et l’accumulation de ces tragiques événements n’a pas aidé la jeune femme, qui souffre d’hallucinations visuelles et auditives déstabilisant fortement le joueur. C’est une véritable descente aux enfers que l’on suit tout au long du jeu, la folie de Senua étant les ténèbres tant redoutés que les voix lui rappellent sans cesse. Et puis il faut dire qu’à cette époque, les troubles mentaux n’étaient évidemment pas connus, mais étaient considérés comme une malédiction. Rejetée de tous, considérée comme maudite, Senua s’est enfermée dans sa folie, et sa seule rédemption sera d’accepter la mort de son homme, seule personne qui pouvait la maintenir encore à flots, mais qu’elle ne pouvait voir, étant enfermée par son père.


Hellblade: Senua's Sacrifice, explications avis fin version Xbox One X blog gaming lageekroom Ninja Theory


Senua est seule, et tout son entourage est mort. Son père, sa mère, son homme… Et même les gens de son village, tous massacrés. Elle lutte contra sa maladie, présentée comme la pourriture dans le jeu, qui apparaît sur son bras à chaque échec. Son bras devient de plus en plus noir, image de sa folie grandissante, mais Senua lutte, encore et encore. A l’image de ce qui était présenté dans l’excellent Rime (dont nous vous parlons ici), Senua passe par les différentes phases du deuil, représentées par des décors et événements tout au long du jeu, et basées sur toutes les légendes qui lui ont été racontées. C’est ainsi que la mythologie prend place dans le jeu, avec des représentations du mal et de sa psychose, matérialisés sous la forme d’ennemis et de monstres. On y trouvera donc de nombreuses références à la mythologie ou encore à la La Divine comédie de Dante. Le travail réalisé par les développeurs est passionnant, et le fait qu’ils aient rencontré plusieurs spécialistes du sujet (psychiatres ou même personnes psychotiques) renforce encore plus leurs propos. A l’image d’un Silent Hill 2 que nous citions précédemment, le bestiaire de Hellblade: Senua’s Sacrifice a un sens, et n’est pas la que pour faire joli. Senua lutte pour sa survie dans un monde sans pitié qui s’est acharné sur elle, mais combat surtout sa folie et les voix dans sa tête qui l’obsèdent et la harcèlent. Un combat qui laisse des traces, aussi bien dans la tête de la jeune femme que dans celle des joueurs. Son dédoublement de personnalité est parfois même présenté visuellement dans le jeu, montrant que la jeune femme mène également un combat contre elle-même.


Hellblade: Senua's Sacrifice, explications avis fin version Xbox One X blog gaming lageekroom Ninja Theory


Parlons un peu technique et voyons ce que cette version Xbox One X a dans le ventre ! Loin du budget d’un AAA, Hellblade: Senua’s Sacrifice fait néanmoins l’objet d’un soin tout particulier ! Malgré quelques textures en deçà, le jeu est superbe et propose une direction artistique assez incroyable, avec des décors à l’identité forte, parfois immenses et majestueux, mais également oppressants. Les effets de lumière sont très chouettes, et un travail incroyable a été réalisé sur l’héroïne, la texture de sa peau, de ses blessures, et de ses vêtements. La mise en scène, souvent caméra à l’épaule, renforce l’immersion, et le jeu arrive même souvent à faire peur. On vit réellement le combat de Senua, et la tension est bien présente ! On ne reviendra pas sur le sound design juste fou, qui devrait servir de modèle à bien des développeurs ! Cette version One X propose 3 modes graphiques : un poussant la fluidité à 60 images par seconde, un mode 4K, et un mode graphismes améliorés. C’est ce dernier que nous avons choisi, plus riche en détails, notamment concernant la végétation. Les effets de lumière font plaisir aux yeux, tout comme les multiples effets graphiques (particules, ralentis, cicatrices sur les ennemis) durant les combats. Encore une fois, et malgré quelques textures moyennes, le jeu est une véritable claque graphique, compatible HDR si vous avez la télé qui va bien !


Acheter Hellblade: Senua’s Sacrifice sur Xbox One X

Acheter Hellblade: Senua’s Sacrifice sur PS4


Lageekroom

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *