TEST : Astérix & Obélix XXL 3 : le Menhir de Cristal

Si Astérix et Obélix font partie de notre enfance, les personnages créés par René Goscinny et Albert Uderzo ont toujours le vent en poupe, que ce soit au cinéma, en bande-dessinée, ou en jeu vidéo, média qui nous intéresse aujourd’hui. Après un remaster HD d’Astérix & Obélix XXL 2, testé en décembre 2018 (article à lire ici) , l’éditeur Microïds nous livre en cette fin d’année 2019 sa suite intitulée Astérix & Obélix XXL 3 : le Menhir de Cristal. Après la mise en bouche de l’an passé, il est donc temps de passer au plat de résistance : cette suite vaut-elle son pesant de sangliers ?


L’histoire de ce XXL 3 est totalement inédite : l’ami Panoramix reçoit un courrier de sa consœur Hella Finidrir, grande prêtresse des contrées gelées de Thulé, qui semble avoir quelques soucis avec les Romains. Le druide va confier à nos 2 héros un menhir de cristal, qui ne retrouvera ses capacités qu’en dénichant aux 4 coins de l’Empire des pierres élémentaires lui apportant de nouveaux pouvoirs. Une histoire simple mais qui a le mérite de mettre les 2 Gaulois au cœur de l’action sans attendre. Nous avons ici affaire à un Beat’em all riche en action et proposant également quelques petites énigmes, le tout étant désormais jouable en coopération !



Astérix & Obélix XXL 3 : le Menhir de Cristal surprend, mais pas forcément dans le bon sens du terme. Dès le didacticiel, on a l’impression que le jeu a régressé par rapport à XXL 2. Pas graphiquement, non, car le tout est plutôt joli et coloré, arborant un aspect dessin-animé réussi bien que simpliste. C’est en terme de gameplay et de mécaniques de jeu que ce nouvel opus fait moins bien. Tout d’abord, il est impossible de sauter. Certes, nos héros disposent d’un dash pour passer d’une zone surélevée à une autre, mais cette manœuvre est bien peu pratique. Second point qui fâche : la caméra est fixe et suit nos héros, sans que l’on puisse la recadrer. Cette vue de dessus s’avère parfois pénible, principalement lorsqu’un élément du décor vient se mettre devant votre personnage. On peut le voir en transparence, mais la lisibilité en prend un coup. Troisième point qui nous chagrine : les bastons manquent de punch, et les commandes ne sont pas toujours pratiques. Concrètement, Astérix et Obélix disposent de différents combos et de coups spéciaux, qui permettent par exemple de faire la toupie pour toucher plusieurs ennemis, de les envoyer valser avec un uppercut, ou encore de leur foncer dans le tas. Obélix aura une meilleure portée tandis qu’Astérix bénéficiera d’une meilleure agilité. Ces coups spéciaux se déclencheront grâce à une jauge qui se remplira à nouveau lorsque l’on frappera les Romains avec des coups basiques. Sur le papier, c’est plutôt sympa, mais la prise en main manque de précision et on rate souvent le coche en voulant déclencher une attaque spéciale, les hitbox étant un poil hasardeuses.



Malgré tout, l’action est au rendez-vous et le jeu est plutôt défoulant ! Nos héros pourront également être améliorés, et les casques ramassés sur vos ennemis ou dans les nombreuses caisses à briser vous permettront d’augmenter votre vie, de gagner en puissance, en portée, ou d’allonger la jauge de coups spéciaux. Des quêtes secondaires s’inviteront même à la fête, mais elles s’avèrent bien peu intéressantes et parfois trop difficiles. Autre particularité qui met du beurre dans les épinards : votre menhir va permettre de dégager le passage en détruisant certains objets et offrir des pouvoirs de glace ou encore de feu. Ajoutez à cela la possibilité pour Astérix de boire de la potion magique pour le rendre surpuissant et pour Obélix celle de faire intervenir Idéfix pour mordre vos ennemis, et on se dit que finalement, l’action est plutôt riche et variée. C’est bien entendu en coopération que le fun sera au rendez-vous, l’IA étant particulièrement amorphe en solo (il est possible de changer de personnage d’une simple pression de la gâchette). Jouer au foot avec un Romain en coop, ça n’a pas de prix ! Mais l’action de ce XXL 3 devient très rapidement répétitive, malgré quelques petites énigmes liées aux capacités de chacun (la puissance d’Obélix ou la petite taille d’Astérix pour se faufiler). Malgré tout, on regrette toutes les possibilités offertes par XXL 2, bien plus variées. L’histoire de ce nouvel opus va quoiqu’il en soit vous faire voyager dans des décors plutôt variés, et les zones traversées sont assez vastes. Chaque lieu proposera missions principales et secondaires et divers objets à dénicher, sans oublier les camps Romains à nettoyer. Ceux-ci sont bien souvent vastes et demandent pas mal de concentration : le jeu a beau s’adresser à tous les publics, il n’en reste pas moins punitif. Lorsque l’on se faire submerger par les Romains, il est parfois difficile de s’en sortir, et en cas de mort, il faudra se farcir la mission depuis le début. Se retaper un camp alors que l’on vient de tarter des Romains pendant 20 minutes est vraiment frustrant.



Comme nous le disions précédemment, XXL 3 est plutôt joli et coloré, même s’il ne faut pas s’attendre à un rendu new-gen, loin de là. Les animations sont de bonne facture et parfois marrantes (les sangliers qui fuient lorsqu’ils vous aperçoivent, les sandales des Romains qui restent au sol après une bonne claque) et la variété des décors fait plaisir. Le frame rate n’est malheureusement pas toujours stable, et on remarque souvent quelques petits lags, qui cachent sans doute des temps de chargement. Ne vous attendez pas à des miracles donc, mais le tout a le mérite d’être cohérent avec l’oeuvre d’origine. Notez que le jeu est intégralement en français, et que le doublage est plutôt bon.



Astérix & Obélix XXL 3 : le Menhir de Cristal est une déception de notre côté, et nous avons pris davantage de plaisir l’an dernier avec le remaster HD de XXL 2. L’action est une nouvelle fois au rendez-vous, et l’aventure en coopération est vraiment sympathique, mais le jeu montre vite ses limites et en devient parfois pénible. On ne peut pas bouger la caméra, qui n’est pas toujours optimale, la difficulté est frustrante, notamment dans les camps, et les énigmes sont vraiment basiques. C’est dommage, car nos héros bénéficient d’attaques variées, d’améliorations à débloquer et des pouvoirs assez classes tirés du menhir que porte Obélix. Malgré ces qualités, la répétitivité du jeu force à jouer par petites sessions. Les environnements sont variés, la VF est de qualité, le jeu est défoulant, mais le tout sonne trop creux pour vraiment nous convaincre.


Les +

  • intégralement en français
  • environnements variés et fidèles à la BD
  • riche en action et souvent défoulant
  • coups spéciaux améliorables, tout comme les personnages
  • les différents pouvoirs du menhir
  • quelques répliques franchement drôles

Les –

  • une caméra qui pose problème
  • très répétitif
  • énigmes simplistes et moins recherchées que dans XXL 2
  • des pics de difficulté pénibles dans les camps
  • missions secondaires anecdotiques
  • la prise en main un peu confuse

Lageekroom

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *