TEST : Fairy Tail, l’oeuvre de Hiro Mashima arrive enfin en jeu vidéo

Voir débarquer Fairy Tail en jeu vidéo pour la première fois a quelque chose d’excitant. L’oeuvre de Hiro Mashima est un franc succès depuis 2006 et s’est vue adaptée en anime sans oublier les différents OAV. Mais aujourd’hui, c’est sur PlayStation 4 et sur Nintendo Switch que ça se passe, avec un RPG édité par Koei Tecmo et développé par Gust, à qui l’on doit notamment le très bon Atelier Ryza : Ever Darkness & The Secret Hideout. Nous sommes donc partis à l’aventure avec Natsu, Lucy et toute la clique, et après une grosse trentaine d’heures de jeu, il est temps de vous donner notre avis.


TEST : Fairy Tail, l'oeuvre de Hiro Mashima arrive enfin en jeu vidéo blog jeux video gamingFairy Tail démarre de manière assez étrange, ou plutôt surprenante… En effet, le jeu débute directement à la fin de l’arc Hades. On se retrouve donc face à ce boss qui sert également de didacticiel, et si les fans n’auront aucun mal à situer les événements, les nouveaux venus vont être un peu paumés… C’est un peu comme si Dragon Ball Kakarot démarrait directement sur Namek. Un choix étrange, mais qui a le mérite de mettre directement dans le bain. Le jeu va donc s’attarder sur 3 arcs : les Grands Jeux Magiques, l’arc Eclipse et l’arc Tartaros. Il faut l’avouer, Fairy Tail a manqué de budget, et cela se ressent dès les premières minutes de jeu. Le chara-design est excellent et très fidèle au manga, mais la mise en scène est simpliste et le tout manque cruellement de vie lors des cut-scenes. De plus, de nombreux combats ont été zappés de l’histoire ou ne sont tout simplement pas jouables. L’histoire de Fairy Tail semble ici condensée et parfois rushée, ce qui est franchement dommage. Malgré tout l’esprit du manga est là, nous avons eu du mal à poser la manette et nous allons vous expliquer pourquoi.


TEST : Fairy Tail, l'oeuvre de Hiro Mashima arrive enfin en jeu vidéo blog jeux video gaming


Dans Fairy Tail, c’est la magie qui prédomine, et on retrouve celle-ci dans les nombreux combats du jeu. Le système de combat fait clairement le job et propose pas mal de possibilités. La zone de jeu sur laquelle se trouvent les ennemis est une sorte de damier de 9 cases, et chaque attache lancée par vos personnages touchera une ou plusieurs cases. Le tout est donc d’optimiser ses attaques magiques pour toucher un maximum d’ennemis ou tout simplement de se concentrer sur un en particulier pour lui asséner toute sa puissance. On notera également que si une attaque peut toucher plusieurs cases, ces dernières ne le seront pas forcément de la même façon et avec la même puissance. On enchaîne donc les attaques magiques, de soin, sans oublier la possibilité d’utiliser divers objets. Mais là ou le jeu monte en puissance, c’est dans la relation entre les personnages. Les liens d’affinité peuvent être augmentés durant le jeu et cela donne lieu à des attaques combinées de plus en plus puissantes avec la possibilité de les finir sur un pouvoir magique dévastateur lorsque la jauge de Fairy est remplie. Il existe sept attributs magiques (feu, glace, ténèbres, lumière, ombre…) et chacun des personnages jouables aura une affinité avec ces attributs. Les combats se déroulent au tour par tour, et certaines attaques pourront même « breaker » votre ennemi, l’empêchant d’attaquer le tour suivant. Les combats sont au final plutôt dynamiques et rythmés par les différentes attaques spéciales, vraiment réussies.


TEST : Fairy Tail, l'oeuvre de Hiro Mashima arrive enfin en jeu vidéo blog jeux video gaming


On enchaînera donc les missions et les nombreuses quêtes secondaires pour augmenter la renommée de la guilde et gravir les échelons, sans oublier les quêtes liées aux histoires des différents personnages qui permettent d’augmenter la limite du rang du personnage en question (pour débloquer par la suite des améliorations) et le prendre comme camarade pour les futures missions. On pourra également équiper nos héros avec des lacrimas pour augmenter leurs statuts. Ces lacrimas seront à récupérer lors de certaines missions, auprès des différents PNJ ou encore en les créant dans le laboratoire et en les synthétisant avec différents matériaux récupérés eux aussi lors de votre voyage. Vos différentes bases seront également améliorables, et vous permettront d’accéder au magasin (pour acheter ou vendre des objets), au laboratoire donc (création de lacrimas, recyclage) ou encore au tableau des annonces regroupant les différentes missions. Même si ces dernières sont toutes basées sur le même système (aller chercher un objet, tuer des monstres), entraînant une certaine répétitivité, il y a de quoi faire. Il faudra quoiqu’il en soit y passer, car dans un souci de remplissage, le jeu vous demandera parfois d’atteindre un certain niveau pour pouvoir continuer. Il faudra donc enchaîner les quêtes de manière un peu machinale pour atteindre le palier demandé et poursuivre le scénario. Attention toutefois à certains pics de difficulté. Si la plupart des missions se terminent très rapidement, d’autres seront un peu plus corsées.


TEST : Fairy Tail, l'oeuvre de Hiro Mashima arrive enfin en jeu vidéo blog jeux video gaming


Le tout fait donc parfois un peu terminé à la va-vite et la répétitivité est là, mais les combats restent dynamiques et assez jouissifs, grâce aux attaques magiques de toute beauté. On sent que le gros du budget a été investi dans cet aspect, et les différents visuels sont tout à fait réussis et fidèles au manga. On ressent la puissance de nos héros et chaque attaque est bien différente. On s’amusera donc à constituer différentes équipes pour tester toutes les attaques magiques, en prenant soin d’augmenter les liens d’amitié entre les personnages pour des attaques en coop plus puissantes. Si les attaques sont très jolies et détaillées, les décors font quant à eux très PlayStation 3, et encore. Le frame rate n’est pas au top, et les environnements, bien que variés, restent assez cloisonnés. Une nouvelle fois, c’est fidèle au manga, mais le tout manque de détails et s’avère souvent pauvre, avec en prime de l’aliasing et des animations bien raides. Le fan service est néanmoins bien présents, et le jeu est souvent drôle, mettant en scène des personnages vraiment attachants. Fairy Tail est clairement destiné aux fans, et ça se sent. La bande-son est quant à elle fidèle à l’anime, mais certains thèmes tournent un peu boucle. On notera enfin que les voix japonaises sont de la partie, et que les sous-titres sont en français. Alors bon… La traduction reste très approximative par moments, voire même risible, mais on ne crachera pas dans la soupe. Malgré les nombreuses fautes ou erreurs d’interprétation, on s’y retrouve de manière tout à faire correcte.


A lire également : 


TEST : Fairy Tail, l'oeuvre de Hiro Mashima arrive enfin en jeu vidéo blog jeux video gaming


Fairy Tail est un RPG qui souffle le chaud et le froid, et on sent que le jeu a manqué de moyens pour proposer une aventure un peu plus complète, le tout étant souvent simplifié, mettant même des combats importants au placard. Mis à part les attaques magiques réussies et le chara-design fidèle au manga, le tout fait très old-gen, avec des environnements pas très jolis et souvent cloisonnés. Malgré les différentes améliorations de notre base et le système de rénovation, la possibilité de créer des liens d’amitié entre nos héros et des combats dynamiques, l’ensemble est assez répétitif et oblige à terminer de nombreuses quêtes secondaires pour monter en niveau et poursuivre l’aventure. L’ensemble est donc un peu paresseux et manque d’ambition, mais la sauce parvient souvent à prendre et il ne fait aucun doute que les fans retrouveront leurs marques. Car malgré ces nombreux défauts, le jeu de Gust arrive à accrocher le joueur, grâce à ses personnages, leur humour et leurs interactions, des pouvoirs magiques en coop qui claquent et un univers malgré tout assez riche et accrocheur. Dommage que le tout soit finalement trop classique, car le potentiel était là.


Les +

  • nombreux personnages jouables
  • les attaques magiques lors des combats qui claquent
  • le système de combat, efficace
  • les relations entre les personnages
  • certaines cinématiques très jolies
  • le système de rénovation et d’amélioration de la base
  • bande-son réussie, voix japonaises
  • sous-titres français…

Les –

  • … mais bourrés de fautes et d’approximations
  • techniquement très moyen
  • la plupart des cut-scenes sont très basiques
  • zones trop cloisonnées
  • quêtes répétitives
  • de nombreux événements de l’histoire passent à la trappe
  • manque de budget et d’ambition… rendant le tout trop classique

Lageekroom

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *