TEST : Need for Speed Heat, de jour comme de nuit !

La licence Need for Speed a connu des hauts et des bas et le dernier opus en date, Payback, ne nous a que moyennement convaincu, à tel point que nous ne l’avions pas terminé. C’est peut-être parce que les critiques ont été assez unanimes (presse mais également joueurs) que le dernier opus en date, Heat, est sorti de manière assez discrète. Nous avons eu l’occasion de nous tirer la bourre dans les courses de ce nouveau Need for Speed, et il est temps pour nous de vous livrer notre avis !


TEST : Need for Speed Heat, de jour comme de nuit ! lageekroom blogLe reboot de Need for Speed sorti en 2015 était plutôt sympathique, et renouait avec l’ambiance nocturne des opus cultes de la licence, empruntant autant à Underground qu’à Most Wanted, les préférés des fans. Malheureusement, le jeu s’avérait rapidement répétitif et manquait clairement de patate, ce que Payback n’a pas su apporter 2 ans plus, la faute à une progression vraiment pénible. Si quelques courses franchement jouissives sortaient du lot, il fallait se taper un paquet d’heures de jeu chiantes avant de profiter de moments plus intenses. Avec Heat, EA et Ghost ont rectifié le tir, proposant une orientation différente, permettant aussi bien de jouer de jour comme de nuit. Et cette idée est excellente, et permet de varier les plaisirs quand on le désire, d’une simple pression sur le bouton de votre manette. Du coup, le joueur se sent beaucoup plus libre et peut profiter des circuits nocturnes quand il le désire, et revenir en plein jour pour des courses plus traditionnelles.


TEST : Need for Speed Heat, de jour comme de nuit ! lageekroom blog


Le jeu se déroule à Palm City, Miami, est propose donc de participer à des courses de jour dans le cadre d’une compétition : le SpeedHunter Showdown. On se retrouve face à des courses classiques dans l’esprit Forza Horizon, avec des circuits à plusieurs tours, des compétitions de drift ou encore des runs d’un point A à un point B. On participe à ces courses avec plaisir histoire d’engranger un max de pognon, le tout étant plutôt accessible et souvent facile, bien que l’IA puisse parfois être étonnamment agressive voire cheatée. On regrettera par contre l’absence d’une vue cockpit, qui aurait pu proposer une sensation de vitesse un cran au dessus. En l’état, cela reste plutôt nerveux mais on aurait aimé un peu plus de sensations ! On ne s’attardera au passage pas sur le scénario du jeu, guère passionnant, et proposant des doublages très moyens. De nuit, le jeu change de visage, et c’est là que l’on va retrouver de bonnes vieilles sensations issues de Most Wanted, quand les flics étaient à vos trousses. Oui, de nuit, la police est de retour, et plus hargneuses que jamais ! Plus vous allez vous fritter avec la police et plus votre niveau d’alerte « Heat » grimpera, ce qui vous permettra de gagner un max de points de réputation.

Le challenge est clairement au rendez-vous, et taquiner un maximum la police donnera lieu à des affrontements réussis et vraiment intenses. Les joueurs préférant la jouer safe se tiendront à carreau, mais il serait dommage de na pas se payer quelques petites montées d’adrénaline. La possibilité jour/nuit permet donc de varier les plaisir, et de gagner au choix un maximum d’argent ou plutôt de la réputation. Tout bon Need for Speed qui se respecte se doit également de proposer une personnalisation de ses véhicules, et le joueur est ici plutôt gâté. Que les améliorations soient esthétiques ou techniques, il y en aura pour tous les goûts avec des centaines de possibilités. On pourra donc passer des heures à modifier sa peinture, ses jante, son moteur ou encore des éléments de carrosserie sur les 130 véhicules disponibles. On notera d’ailleurs qu’aucune restriction de classe de s’applique aux courses : comprenez par là que vous pourrez utiliser n’importe quel véhicule dans n’importe quelle compétition. On évite donc le syndrome Payback, ce qui est une excellente chose.


TEST : Need for Speed Heat, de jour comme de nuit ! lageekroom blog


Les développeurs sont donc repartis sur de bonnes bases avec et opus, mais tout n’est malheureusement pas parfait. Bien évidemment, si vous êtes allergique à l’arcade, passez votre chemin ! Cela coule de source, mais nous préférons le signaler. La physique est clairement ratée et votre voiture se comporte parfois bizarrement lors d’un saut ou d’une collision, et le tout est ultra accessible. La plupart du temps, vous n’utiliserez même pas votre frein. Alors oui, le tout est speed et plutôt fun, mais cela reste très basique. Concernant le monde ouvert proposé, celui-ci s’avère assez vide, malgré les activités annexes proposées. On pourra par exemple participer à des défis, détruire des panneaux ou battre ses scores dans des zones de drift pour débloquer des voitures exclusives, mais le tout manque de consistance : on s’y ennuie vite et le trafic est assez faible. Graphiquement par contre, Heat s’en sort vraiment bien, et affiche de beaux effets de lumière et des reflets sympathiques par temps de pluie. Il faut tout de même avouer qu’il pleut très souvent alors que l’action de déroule à Miami… Les voitures sont parfaitement modélisées et les décors destructibles sont de la partie. On regrettera une nouvelle fois que l’ensemble soit un peu vide…



Après un Need for Speed Payback très moyen, ce nouvel opus est plutôt une bonne surprise, malgré des défauts récurrents. Les développeurs ont néanmoins cherché à proposer quelque chose de plus varié, avec une alternance jour/nuit qui fonctionne bien ! Même si le monde proposé est assez vide, il propose des défis et activités annexes en plus des courses qui vous occuperont une bonne vingtaine d’heures. Ajoutez à cela des options de customisation nombreuses et variées, et vous obtenez un opus très satisfaisant, à condition d’aimer la conduite purement arcade. Si tel est votre cas, vous devriez tenter l’expérience, ne serait-ce que pour les poursuites avec la police, vraiment intenses !


Lageekroom

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *