Test Retrogaming : Luigi’s Mansion et son Ectoblast 3000, sur Nintendo Gamecube

Lors de la sortie de la Nintendo Gamecube, ce n’est pas l’ami Mario qui a eu l’honneur d’apparaître le premier. Le moustachu a du laisser sa place à son frangin Luigi (lui aussi moustachu vous me direz), prenant son temps pour arriver en force avec Super Mario Sunshine. L’ami Luigi, lui, s’est lancé dans une aventure horrifique (façon de parler) à la recherche de son frère capturé dans un étrange manoir. Armé de votre aspirateur, vous allez devoir choper les fantômes du coin pour espérer arriver au bout de votre quête.


Lageekroom Blog Gaming Luigi's Mansion Gamecube test


Lageekroom Blog Gaming Luigi's Mansion Gamecube testC’est le professeur K. Tastroff qui confie à Luigi deux de ses inventions : l’Ectoblast 3000 et le Game Boy Horror. La première servira à aspirer les fantômes après leur avoir braquer votre lampe torche dans la tronche tandis que la seconde vous permettra de vous y retrouver dans les différents couloirs du manoir et de mettre à jour les points faibles des fantômes. Chaque ennemi a besoin d’être capturé via une méthode particulière, et les idées sont nombreuses et excellentes. Par exemple, vous aurez à ouvrir une fenêtre pour qu’un fantôme prenne froid et apparaisse à l’écran. Les différents éléments (eau, feu, glace) seront mis à contribution pour vous aider. Ces objectifs sont variés et donnent un vrai intérêt au jeu en apportant une part de réflexion. A chaque boss vaincu, Luigi pourra récupérer une clé menant vers une future porte à ouvrir, et un futur boss à découvrir. La progression dans le jeu est vraiment géniale, et il faudra passer d’un étage à l’autre, voire même gambader un peu dans le jardin ou les sous-sols, pour avancer. De nombreux secrets sont d’ailleurs à découvrir, comme une bonne quantité de Boos à choper dans votre aspirateur. Le gameplay était d’ailleurs vraiment innovant, et les « combat » contre les fantômes intenses. Une fois capturé dans l’aspiration, il fallait pousser le stick de la console dans le sens opposé à l’ennemi pour le fatiguer, et enfin le gober. Un gameplay vraiment excellent, qui a convaincu les joueurs de l’époque, le jeu rencontrant un joli petit succès.



Luigi’s Mansion, sorti en 2002, devait à l’origine être une démo technique censée représenter les capacités de la Gamecube. La console de Nintendo en avait vraiment dans le bide, et Luigi’s Mansion était bourré de détails graphiques et d’effets inédits. Les effets de lumière sont superbes, tout comme les nombreux reflets, ombres, ou effets de transparence. Les capacités techniques de la Gamecube étaient parfaitement utilisées et le jeu était, comme prévu, une belle vitrine. J’adorais tout particulièrement l’effet de transparence des fantômes, leurs interactions avec les décors, et des détails comme les rideaux aspirés par l’Ectoblast de Luigi ! Et que dire de la bande son ! Le thème principal est tout bonnement excellent et reste en tête, et même Luigi le fredonnait pendant le jeu, lors de moments de tension. Le pauvre était souvent apeuré par les situations et ses animations étaient irrésistibles, notamment lorsqu’il sursautait. Le jeu était souvent drôle, et arrivait même à nous faire sursauter. Le cocktail parfait !



Luigi’s Mansion est un jeu à posséder absolument dans une collection. Malgré une durée de vie un peu juste, Luigi est irrésistible en chasseur de fantômes et le jeu est vraiment cool à jouer et à prendre en main. Graphiquement au poil et profitant d’une ambiance sonore géniale, le jeu reste encore terrible à jouer, malgré le poids des années. Un remake a d’ailleurs été annoncé sur 3DS en ce début d’année. Vivement !


Lageekroom

Une pensée sur “Test Retrogaming : Luigi’s Mansion et son Ectoblast 3000, sur Nintendo Gamecube

  • 16 juillet 2018 à 22 h 43 min
    Permalink

    Un jeu que j’ai fait sur le tard et qui a très bien vieillit. Je pense que le remake sur 3ds prépare le Luigi’s mansion 3 sur switch

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *