Avis : L’année Zéro, aux éditions Anspach

Devenir père à 50 ans, vivre les doutes et les joies qui vont avec, c’est que nous propose de découvrir dès le 11 mars prochain Frenk Meeuwsen, avec son roman graphique semi autobiographique intitulé « L’année Zéro ». Un ouvrage plutôt balèze de 240 pages, dont la couverture intrigue, à la fois sobre mais également très parlante sur ce qui nous attend. Nous avons eu la chance de recevoir ce bel ouvrage avec un peu d’avance, et il est temps de vous donner notre avis. 


Avis : L'année Zéro, aux éditions AnspachSynopsis : Dans toute relation amoureuse, tôt ou tard, la question se pose : voulons-nous un enfant ? Une question qui vient souvent à l’esprit de la femme avant celui de son partenaire. L’auteur Frenk Meeuwsen a lutté pendant un certain temps contre des sentiments contradictoires, mais il a fini par connaître sa réponse : « oui, je veux » ! Dans ce roman graphique semi-autobiographique, il raconte avec humour tout ce qui s’est passé ensuite, des moments intimes entre son double, Frenkel, et sa petite amie Zaza aux bavardages réconfortants au pub, en passant par les événements bouleversants à l’hôpital et bien plus encore… Disons le simplement : toutes les aventures de l’Année Zéro ! Un délicieux livre (comique) sur la vie pendant la grossesse et tout ce qui s’ensuit…


Avis : L'année Zéro, aux éditions Anspach


Quel beau moment de lecture ! Dans « L’année Zéro« , Frenk Meeuwsen nous immerge dans le quotidien de Zaza et Frenkel. Elle n’a pas encore 30 ans, il en a 50, et affirme ne pas vouloir d’enfant. Malgré tout, il fait des rêves étranges et se pose de nombreuses questions, le concernant lui mais elle également. Et puis l’annonce arrive : « je veux être père ! Je veux tout essayer, et ça, je veux le vivre avec toi ». Mais avoir un enfant, ce n’est pas si simple, et cela implique de grandes responsabilités, surtout dans notre monde actuel. Les avis des uns et des autres diffèrent, et si un enfant est une bénédiction pour certains, d’autres trouvent purement égoïste d’avoir un bébé par les temps qui courent. De quoi mettre le doute dans la tête de Frenkel, un grand gaillard barbu plus sensible qu’il n’en a l’air. Avoir un enfant à 50 ans, n’est-ce pas risqué ? Devenir un père tardif chamboule son esprit, qui semble « atteindre un nouveau niveau de conscience ». Des choses auxquelles Frenkel ne pensait pas auparavant, et il se retrouve confronté aux doutes, à l’angoisse (jusqu’à aller faire une petite crise), voire même à la culpabilité. Il en deviendrait presque pénible dans son comportement, ramenant tout systématiquement à lui. Cela a le don d’exaspérer Zaza, qui n’hésite pas à l’envoyer bouler. Donner la vie, ce n’est pas simple, et il faut être présent et accompagner son enfant en tout circonstance. Frenkel voit presque toute sa vie défiler, à travers des pages et des visuels vraiment excellents.

La fatigue est là, pour lui comme pour elle, mais ils sont soudés. Il s’inquiète dès qu’elle a des douleurs, appelle sa mère pour savoir quoi faire. Parfois maladroit ( il s’endort et oublie d’aller chercher sa femme au travail, revient parfois ivre d’une soirée entre amis), Frenkel est quoi qu’il en soit profondément humain, et découvrir toutes ces tranches de vie est vraiment intéressant. L’ouvrage est touchant, mais sait également nous faire sourire, grâce à des dialogues bien pensés et quelques mimiques réussies. On suit le parcours de Zaza, auprès des différents médecins, lors des échographies, et jusqu’à l’accouchement. Des moments de joie mais également de souffrance, et il est difficile de partager son corps avec un nouveau venu. Accrocheur dans sa narration, « L’année Zéro » l’est également dans son coup de crayon. Souvent contemplatif, l’ouvrage nous embarque dans ces moments du quotidien, que certains auront forcément déjà vécus. Le choix des couleurs est très intéressant, que l’on parle des différents lieux visités ou des rêves de Frenkel. Il y a également de très chouettes moments de mise en scène, avec quelques originalités visuelles qui pourront surprendre. C’est beau et aéré, et ça se lit franchement bien !



Aussi frais que touchant, mais également sérieux dans son approche de certains thèmes liés à la grossesse et à la paternité, « L’année Zéro », celle où tout commence au final, est un ouvrage réussi. La lecture est agréable, et on se retrouve souvent dans les réactions, les angoisses ou encore les attentes de ce futur père de famille. On ne peut que remercier les éditions Anspach pour cette belle découverte, qui sera disponible chez nous, on vous le rappelle, le 11 mars prochain.


Lageekroom

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.