Avis Urban Comics : Klaus Barbie – La route du rat

En ce mois de mai 2022, nous avons eu la chance de découvrir un ouvrage qui tranche avec ce que propose habituellement son éditeur Urban Comics. C’est sur la Seconde Guerre mondiale que nous allons revenir, et plus précisément sur Klaus Barbie, un SS aux horrible méthodes qui a réussi à échapper à toute condamnation… jusqu’en 1987 ! C’est via la collection Urban Graphic de l’éditeur que nous avons pu découvrir cet ouvrage historique, qui revient donc sur la vie de l’un des plus grands criminels de guerre du XXe siècle. C’est parti pour notre avis.


Avis Urban Comics : Klaus Barbie – La route du ratSynopsis : Responsable de la mort de centaines de Juifs et de résistants, dont Jean Moulin, le SS Klaus Barbie échappe à la justice et à une double condamnation à mort à la fin de la Seconde Guerre mondiale. Quittant finalement son Allemagne natale pour l’Amérique du Sud, il y applique les mêmes méthodes et va jusqu’à organiser le coup d’État du dictateur Hugo Banzer. Véritable mercenaire, celui que l’on surnommait le Boucher de Lyon est finalement reconnu, puis traqué, jusqu’en 1987, date fatidique de son jugement et de sa condamnation, sans précédent en France : prison à perpétuité pour crime contre l’humanité. L’ouvrage est à découvrir sur le site de l’éditeur, à cette adresse.


Avis Urban Comics : Klaus Barbie – La route du rat


Disons le tout de suite, si vous aimez les ouvrages traitant de la Seconde Guerre mondiale, on ne peut que vous conseiller de découvrir « Klaus Barbie – La route du rat ». Attention toutefois, le travail réalisé est aussi riche que réaliste, et certains témoignages des victimes du « Boucher de Lyon » font froid dans le dos et nous envoient en pleine face les horreurs de la guerre et les actions inhumaines de ces individus qui ont marqué l’histoire dans le mauvais sens du terme. L’ouvrage revient sur Klaus Barbie, son rôle dans le plan mis en place par Hitler, son ascension au poste de chef de la section IV, ses crimes contre l’humanité (un terme qui n’existait pas à l’époque avant son procès, car on parlait uniquement de crimes de guerre), sur sa deuxième vie en Amérique du Sud et bien entendu sur son procès. La liste de ses crimes est longues : déportations, exécutions massives d’otages, tortures de nombreux résistants (dont Jean Moulin) : l’ouvrage n’y va pas avec le dos de la cuillère et s’avère parfois cru, mais les faits sont bien réels. C’est passionnant à lire, très riche en termes de textes, et certains témoignages parviennent à nous serrer la gorge.

On en apprend beaucoup sur le personnage, sa fuite vers la Bolivie (via la route des rats, un réseau d’exfiltration nazis) et ses actions en Amérique du Sud. Klaus Barbie, qui change de nom à ce moment là, continue ses méfaits (trafic d’armes et de drogues), mais il ne sera pas autant en sécurité qu’il ne le pensait malgré certaines relations avec d’anciens nazis. Le travail d’enquête de Beate et Serge Klarsfeld au début des années 1970 permettra son arrestation en 1983 (ses avocats et lui parleront plutôt d’enlèvement) avant que ne débute son procès en 1987. Puissant, l’ouvrage de Frédéric Brrémaud et de Jean-Claude Bauer l’est assurément ! Ce dernier, dessinateur, a couvert le procès de 1987 pour Antenne 2, et nous propose aujourd’hui de découvrir ses illustrations, intégrées au reste du roman graphique. Le style est immersif, et on a vraiment l’impression d’y être. Visuellement, c’est très réussi !


A lire également : 


« Klaus Barbie – La route du rat » est un ouvrage qui plaira aux amateurs d’histoire et de Seconde Guerre mondiale. Les informations sont nombreuses, et le parcours du criminel est très détaillé, de son ascension jusqu’à sa chute, en passant par sa fuite et son procès. Avec ses visuels très immersifs (certains étant d’époque, pris sur le vif durant le procès de Barbie) et sa narration riche et fluide, « Klaus Barbie – La route du rat » est à découvrir absolument si on intéresse à cette période historique !


Lageekroom

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.