TEST : Chorus, encore une belle surprise pour cette fin d’année (testé sur PS5)

Dévoilé en 2020, Chorus a toujours été assez intriguant. Le jeu développé par Fishlabs et édité par Deep Silver vient tout juste de sortir, et nous avions hâte de nous lancer dans ce shooter spatial qui avait su nous accrocher avec ses trailers. Nous avons eu la chance de recevoir le superbe press kit du titre édité par Koch Media chez nous (des photos sont disponibles à la fin de ce test), et il est temps de vous donner notre avis sur le version PlayStation 5 du jeu. C’est parti !


TEST : Chorus, la petite claque surprise de cette fin d'année (testé sur PS5)Pour ceux qui l’ignorent encore, Chorus est un shooter spatial en 3D, qui propose plusieurs zones ouvertes à découvrir, le tout accompagné de missions principales, secondaires, et de de défis. On y incarne Nara, pilote du vaisseau Forsaken, autrefois sous le commandement du Cercle et du grand Prophète. Nara a commis de nombreuses atrocités, mais est désormais une fugitive recherchée. Va-t-elle réussir à s’opposer à ses anciens commanditaires ? Avec ses cinématiques et sa narration réussie, le jeu parvient immédiatement à nous plonger dans son histoire, mais ce n’est que le début de votre aventure !


TEST : Chorus, la petite claque surprise de cette fin d'année (testé sur PS5)


Autant le dire tout de suite, le jeu est vraiment très beau, laissant le choix entre le mode graphismes en 4K et le mode performance en 60 images par seconde. Notre cœur balance, et si la fluidité permet de mieux appréhender certains affrontements, le rendu en 4K est superbe. De la modélisation des vaisseaux aux effets de lumière, en passant par les différentes bases, les temples anciens et les astéroïdes, l’ensemble est ultra immersif et vous fera souvent écarquiller les yeux. L’effet waouh est là, surtout que ce genre de jeu n’est pas suffisamment répandu à nos yeux. Une ambiance à la Mass Effect qui fait du bien, mais il est bon de préciser que le jeu se passe uniquement à bord de votre vaisseau. Aucune phase à pied à l’horizon, mais de nombreux dialogues sont de la partie. On croisera en effet pas mal de personnages, certains vous confiant des missions capitales. Oui, c’est un peu bavard et il n’est pas facile de tout lire (les sous-titres français défilent assez vite) mais le récit est bien amené. Qui plus est, votre héroïne entend sa conscience lui parler, une sorte de voix qui résonne dans sa tête et qui rappelle Senua dans Hellblade. L’ambiance est donc au rendez-vous, aussi bien visuellement qu’en termes de sound design.


TEST : Chorus, la petite claque surprise de cette fin d'année (testé sur PS5)


On se prend rapidement au jeu, tant le gameplay est accessible. Orienté arcade, il demandera néanmoins pas mal de précision dans les lieux plus étroits, et la difficulté est au rendez-vous, avec des vaisseaux ennemis qui n’hésiteront pas à vous canarder copieusement. On dirige donc son vaisseau avec une certaine aisance enchaînant les boosts et les roulis pour éviter les tirs, le tout avec un armement évolutif. Gatlings, missiles et lasers sont au rendez-vous, et chaque arme pourra être améliorée, sans oublier les niveaux gagnés en les utilisant. Cadence plus rapide, moins de surchauffe : plus on utilise une arme et plus elle sera susceptible d’évoluer. Cela oblige dans un sens à varier les plaisirs, avec un léger aspect stratégique, le laser servant par exemple à détruire le bouclier d’un ennemi, que l’on pourra dégommer ensuite avec la gatling (on change d’arme avec la croix directionnelle). Votre vaisseau sera lui aussi améliorable dans les hangars (coque, bouclier), en récupérant des fragments grâce aux objectifs secondaires (ou planqués sur la map). Ajoutez à cela divers bonus à équiper (puissance accrue, recharge plus rapide des boucliers) ou encore les nanorobots, capables de réparer votre coque, et vous comprendrez que l’intensité est totale durant les dogfights. Et pour payer tout ça, rien de tel que ces bons vieux crédits à trouver sur la map ou à économiser en terminant les missions. Ces dernières deviennent de plus en plus corsées, faisant intervenir des ennemis plutôt variés et parfois très imposants.


TEST : Chorus, la petite claque surprise de cette fin d'année (testé sur PS5)


Mais ce n’est pas tout, et en plus de pouvoir passer en super vitesse pour parcourir de très longues distances (faisant apparaître un poil de clipping et quelques ralentissements), votre vaisseau pourra débloquer des pouvoirs vraiment très classes (les rites). Après avoir enchaîné les virages ultra serrés pour surprendre vos adversaires, vous pourrez par exemple vous téléporter directement derrière eux pour leur éclater la tronche ou encore leur balancer une attaque détruisant leur bouclier. La perception extra-sensorielle sera de son côté bien utile pour visualiser les points d’intérêt, les objets à récupérer, ou encore les traces des ennemis à poursuive. Le rite de contrôle est quant à lui vraiment jouissif, mais nous vous laissons le découvrir (il arrive plus tard dans le jeu). Comme nous le disions précédemment, le jeu est assez difficile, et il faudra parfois bien manœuvrer pour gagner quelques secondes et laisser son bouclier se régénérer. C’est clairement jouissif, et bien que l’action soit généreuse avec de nombreux effets visuels, la lisibilité est excellente. Il arrive rarement que l’on soit paumé (le jeu propose d’ailleurs de remettre son vaisseau dans le bon axe en pressant le stick droit), et on enchaîne les frags avec le sourire aux lèvres. La narration n’est pas en reste, et même si l’ensemble est parfois complexe, on avance avec intérêt dans l’histoire. Nous avons adoré explorer les différents lieux, et avons passé un poil plus de 20h dans le jeu avant de le terminer. Notez que vous piloterez parfois d’autres vaisseaux mais chut, nous vous laissons la surprise…


TEST : Chorus, la petite claque surprise de cette fin d'année (testé sur PS5)


Chorus est vraiment une très bonne surprise si on aime le genre. Beau, long et bien scénarisé, le titre de Fishlabs vous en donne clairement pour votre argent, d’autant qu’il est vendu aux alentours de 35 euros. Une véritable aubaine pour les amateurs de dogfights, qui prendront un plaisir instantané grâce au gameplay arcade mais néanmoins technique quand il le faut. C’est jouissif, facile à prendre en main et évolutif grâce aux améliorations et nouveaux pouvoirs. Allez, histoire de chipoter concernant cette version PS5, on pourra regretter que la DualSense ne soit pas exploitée. Le genre s’y prêtait pourtant bien !


Les +

  • très beaux graphismes, surtout en 4K
  • un bel effort sur la narration
  • l’ambiance, mystique
  • le lore, plutôt riche
  • gameplay orienté arcade mais néanmoins exigeant
  • challenge équilibré
  • des dogfights intenses et jouissifs
  • les différents pouvoirs
  • un bon sentiment de puissance
  • bonne durée de vie
  • vendu 35 euros seulement

Les –

  • des bugs de collision (vaisseau parfois bloqué dans le décor)
  • certaines zones manquent de vie
  • quelques quêtes secondaires répétitives
  • ça parle beaucoup
  • le mixage sonore qui force un peu sur les bruitages
  • la DualSense pas exploitée, dommage

TEST : Chorus, la petite claque surprise de cette fin d'année (testé sur PS5) press kit


TEST : Chorus, la petite claque surprise de cette fin d'année (testé sur PS5) press kit


TEST : Chorus, la petite claque surprise de cette fin d'année (testé sur PS5) press kit


TEST : Chorus, la petite claque surprise de cette fin d'année (testé sur PS5) press kit


Lageekroom

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.