TEST / RETOUR SUR : MANHUNT, le jeu interdit

Je l’ai kiffé Manhunt, ça oui, à l’époque de sa sortie sur PS2 et Xbox en 2003. Rockstar nous mettait une nouvelle fois une bombe entre les mains avec ce jeu glauque, violent, mais qui au delà de ça véhiculait un paquet de messages. Bien que je possède les anciennes versions, j’ai acheté Manhunt sur le store de la PS4 pour la somme de 6€99. On retrouve le jeu de base, plus propre et plus fluide, ainsi que l’ajout de trophées. Alors, ça a vieilli ou pas ?



Franchement, et pour faire court, oui, Manhunt a pris un coup de vieux. Dans sa jouabilité principalement, avec un stick droit qui ne sert même pas à tourner la caméra mais à passer en vue FPS (truc qui ne sert pas à grand chose). Cette jouabilité ultra rigide fout un sacré handicap à ce jeu, ou l’infiltration tient une très grande place. Dans Manhunt, on incarne James Earl Cash, prisonnier condamné à mort qui se voit offrir une seconde chance… enfin façon de parler puisque le pauvre lascar va devoir survivre dans des rues remplies de sales tronches et de militaires, le tout filmé par un réalisateur de snuff movies. Sorti au moment de l’explosion à la télévision de toutes ces merdes de télé réalité, Manhunt envoyait un sacré coup dans les burnes de ces émissions merdiques et balançait un message fort. Malheureusement, la plupart des gens n’y ont vu que de la violence gratuite.



Car oui, Manhunt est violent, ultra violent même par moment. Pour survivre, James va devoir tuer tout ce qui bouge, en utilisant tous les objets / armes qui traînent dans les rues glauques de la ville. On commencera avec un simple sac plastique pour étouffer un ennemi, pour arriver à des armes nettement plus puissantes comme une tronçonneuse, une machette, un marteau, et quelques armes à feu. On se planque dans le noir, et on chope sans pitié sa victime pour lui crever les yeux avec un morceau de verre. Il existe trois degrés de meurtre : plus on presse le bouton d’exécution dans la durée, et plus le meurtre est violent. Voir James s’acharner sur sa victime est quelque chose de dérangeant mais également de fascinant. Ce genre de scène violente qui met mal à l’aise mais qu’on ne peut pas s’empêcher de regarder. Les bruitages ne sont pas en reste (les voix sont excellentes), et entendre les os se briser sous les coups de marteau est assez impressionnant. Les phases d’infiltrations ne sont pas extrêmement poussées, l’IA n’étant pas sensas’. La plupart du temps, il suffit de se cacher en se plaquant contre un mur, de faire du bruit pour attirer sa cible, et d’attendre sagement pour lui couper la tête. C’est assez basique dans le fond, plutôt défoulant, mais on évitera de jouer des heures à la suite pour ne pas trop être lassé.



Seulement voilà, comme nous le disions, Manhunt a pris un coup de vieux. La jouabilité est datée et compliquée, et le jeu est graphiquement vieillot (basé sur le moteur de GTA 3), même si cette version PS4 est plus jolie. Déjà pas très beau à l’époque, Manhunt l’est encore moins aujourd’hui. Heureusement, cette violence fascinante qui le caractérise rattrape les choses, et l’ambiance qui se dégage du titre est vraiment incroyable. Si vous avez l’estomac bien accroché, tentez l’expérience, surtout pour moins de 10 euros !

 

Panzer

 

 



4 pensées sur “TEST / RETOUR SUR : MANHUNT, le jeu interdit

  • 17 septembre 2017 à 15 h 03 min
    Permalink

    Pwaaaaah ! Merci pour ce retour en arrière mon Panzer, super article !
    J’ai tellement aimé ce manhunt, trop de souvenir avec l’étranglement au sac plastique 😂

    Répondre
    • 17 septembre 2017 à 19 h 41 min
      Permalink

      Ah le sac plastique ^^ Mon arme préférée. Un ptit sac sur la tête, 3 patates dans le bide, et un pétage de nuque pour terminer ça ! On passe pour des psychopathes sérieux quand on parle de ce jeu. Et je parle même pas du 2 dans sa version non censurée Oo

      Répondre
  • 17 septembre 2017 à 20 h 47 min
    Permalink

    Mdr ! Laissons parler notre côté poète 😀
    C’est trop ça haha
    Oui le 2 c’était de la folie, j’avais fait la version non censurée sur PC, ça partais vraiment dans le malsain. Que du bon quoi !

    Répondre
    • 18 septembre 2017 à 9 h 24 min
      Permalink

      Ah bah le 2 … Si t’aimes les tenues en latex et les films Hostel, t’es servi mdr !

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *