Avis BD Editions Drakoo : Le Serment de l’Acier – Tomes 1 et 2 (récit terminé)

C’est en juillet 2020 que nous avons eu la chance de découvrir  le premier tome de « Le Serment de l’Acier », disponible aux éditions Drakoo. Avec son synopsis prometteur et son univers riche, ce premier tome était clairement emballant, et a posé des bases solides donnant clairement envie de découvrir la suite. Nous sommes en juillet 2021, et nous avons eu la chance de recevoir avec un peu d’avance le tome 2 de l’œuvre de Gwenaël (au scénario) et d’Elisa Ferrari (au dessin), qui sera disponible le 18 août prochain. Le récit, dans sa globalité, est-il à la hauteur ? C’est ce que nous allons voir.


Avis BD Editions Drakoo : Le Serment de l'Acier - Tome 1Synopsis du tome 1 : Alors que les peuples du Vaste Pays se remettent à peine de la guerre civile qui a ravagé leurs terres, voici qu’on assassine, au cœur de la cité de Torrède, l’un des héros du conflit. Estèla Ascensal, jeune auxiliaire de la garde aux capacités particulières, est appelée à l’aide par les miliciens pour enquêter sur le meurtre. Facile de se laisser convaincre quand son père adoptif est le maître-chien de la garde. Dans le même temps, Aelis Mendigal, ancienne combattante de Torrède, quitte la ville, elle est chargée par les autorités de cette-dernière de rechercher un scribe disparu aux confins des Provinces Onarques. Elle ne fera pas le voyage seule, une caravane Romani, ce peuple voyageur et marchand, l’accueille en son sein.


Avis BD Editions Drakoo : Le Serment de l'Acier - Tome 1


Niveau richesse et univers, le premier tome du Serment de l’Acier était une véritable réussite. Un temps d’adaptation sera d’ailleurs nécessaire pour bien tout saisir et comprendre le contexte politique de l’ensemble. Notre histoire de déroule en effet 3 ans après une guerre civile meurtrière, et les différents peuples en ont gardé des séquelles. Certains peuples se sont unis pour en combattre d’autres, tandis que d’autres renouent aujourd’hui avec leurs anciens ennemis dans des buts uniquement commerciaux. Le tout est donc complexe, bien écrit et surtout bien détaillé, même si les nombreux noms pourront perdre le lecteur durant les premières minutes. On suit quoiqu’il en soit 2 personnages principaux, qui mènent chacun de leur côté une enquête. Estèla enquête sur le meurtre d’un ancien héros de guerre, tandis qu’Aelis est à la recherche d’un scribe disparu. Ces 2 enquêtes, pourtant bien distinctes au premier abord, semblent avoir des choses en commun. On retrouve derrière cette œuvre en 2 tomes les auteurs Elisa Ferrari (dessins) et Gwenaël (scénario), ce dernier s’inspirant de la fantasy, mais pas que. L’auteur nous dit en effet « qu’il y a pas mal d’influences historiques, un peu de Renaissance italienne, de sonorités occitanes, des aspects balkaniques et caucasiens pour certains peuples… ». Un mélange qui peut surprendre mais qui fonctionne bien, et les 2 enquêtes permettent de varier les découvertes tout en proposant un rythme intéressant. On retrouve d’un côté une enquête davantage urbaine, et de l’autre un voyage à travers différentes régions. C’est dynamique et accrocheur, même si le premier tome se contentait de poser les bases et nous laissait un peu sur notre faim.

C’est clairement la suite qui va accélérer les choses ! On retrouve en effet Estèla, toujours à la recherche de l’assassin, et qui utilise désormais sa magie pour détecter le coupable. Mais ce ne sera pas aussi simple, car les festivités qui se déroulent en ville entraînent des accrochages qui mettent des bâtons dans les roues de nos enquêteurs. La tension est à son comble, et Estèla se rapproche de plus en plus du meurtrier. Mais qui est-il vraiment ? On retrouve également Aelis et Vuk, qui ont enfin mis la main sur le scribe. Mais leur retour va s’annoncer très compliqué, et le sang va couler ! La narration est au global très bonne, mais il est souvent difficile de bien s’y retrouver, les indications étant nombreuses. Visuellement par contre, c’est du tout bon, et les personnages sont parfaitement détaillés, notamment au niveau des visages, très expressifs. On reconnait sans mal chaque protagoniste, et heureusement étant donnée la richesse de l’ensemble. Le tout est souvent contemplatif, et on découvre un univers qui ne demande qu’à se dévoiler à nous. Seules certaines séquences de combat manquent un peu de punch, mais ce n’est qu’un léger détail. Une nouvelle fois, il faut saluer la qualité des visages, ce qui n’est pas toujours le cas dans ce genre d’ouvrage.


A lire également : 


Les 2 tomes de « Le Serment de l’Acier » sont à découvrir sur le site de l’éditeur, juste ici. De notre côté, nous nous sommes facilement immergés dans cet univers malgré sa complexité, et le tome 2 apporte de nombreuses réponses tout en faisant le lien entre les 2 enquêtes. Avec ses thèmes forts abordés (la vengeance, l’union et la désunion des peuples, la trahison) et ses dessins de qualité, l’œuvre de Gwenaël et Elisa Ferrari réserve de bons moments, même si nous restons un peu sur notre faim concernant certains personnages, qui auraient mérité un développement un peu plus poussé. 


Lageekroom

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.