Avis BD Glénat : Visages – Ceux que nous sommes

Disponible depuis le 11 janvier 2023, la bande-dessinée « Visages – Ceux que nous sommes » est signée Nathalie Ponsard-Gutknecht et Miceal Beausang-O’Griafa au scénario, ainsi qu’Aurélien Morinière pour les dessins et les couleurs. Le récit sera proposé en 4 tomes, avec des sorties prévues pour avril, août et octobre de cette année. Il ne faudra donc pas attendre trop longtemps pour découvrir la suite d’un récit qui démarre de belle manière, navigant entre la Première et la Seconde Guerre mondiale. C’est parti pour notre avis !


Synopsis : 1914. Louis Kerbraz, jeune Breton passionné, part défendre la France. Au même moment, une jeune allemande téméraire, Lieselotte Ruf, arrive sur le front adverse. Cette photographe s’est engagée comme infirmière dans la Croix-Rouge. Rien ne prédisposait Louis l’immortel et Lieselotte, l’Ange des tranchées, à se rencontrer. Pourtant, faisant fi du conflit qui oppose leurs nations, ces deux âmes artistiques vont s’aimer et, de cet amour naîtra un garçon. Dans le chaos qu’engendre la fin de la guerre, les deux amants se perdent. L’« enfant de la honte » qu’ils ont conçu sera retiré des bras de sa mère, et le jeune orphelin, blessé par la haine qu’on lui voue dans son propre pays, va en concevoir un extrême ressentiment envers ses deux géniteurs… Ainsi naîtra la saga tourmentée d’une famille déchirée sur trois générations. Sur un fond historique authentique, de 1900 à 1954, suivez la destinée de cinq personnages, de nationalités et de générations différentes, qui vont inscrire leurs destins croisés dans des mondes en guerre. Mais qu’est-ce qui détermine au final notre identité ? Qu’est-ce qui constitue ceux que nous sommes ? Face à une Histoire qui se répète, les enfants réagiront-ils comme leurs parents ? L’union des différences n’est-elle pas préférable aux conflits et aux rancœurs, préfigurant ainsi, en miroir, la formation de l’Europe des Nations ? L’ouvrage est à découvrir sur le site de l’éditeur, à cette adresse.


Avis BD Glénat : Visages - Ceux que nous sommes


« Nous sommes l’histoire de notre vie »

L’histoire démarre dans un orphelinat catholique du sud de l’Allemagne en 1927. La Grande Guerre a laissé des traces mais surtout de nombreux enfants orphelins, mais le jeune allemand que nous découvrons est rejeté par ses camarades et même par les sœurs en charge de leur surveillance. Après avoir fouillé dans les dossiers de l’orphelinat, celui qui est surnommé « bâtard » par tous les autres va s’enfuir et partir à la recherche de ses parents. Alors qu’on le retrouve en 1940, engagé dans la Wehrmacht, le récit va faire un bon dans le temps à la découverte de ses parents. Vous l’avez peut-être déjà compris : son père était breton et sa mère allemande, et c’est de leur amour interdit qu’il est venu au monde. Ce sera donc à nous, lectrices et lecteurs, de découvrir le destin de ces parents qui se sont rencontrés dans une église en ruine, à travers des moments de vie souvent difficiles liés au contexte historique.

Ce premier tome s’avère très accrocheur, souvent très humain et loin d’être manichéen. On suit le parcours et le destin de Louis Kerbraz dans les tranchées, auprès de ses compagnons et durant certaines batailles. Celui qu’on appelle Louis l’immortel semble passer à travers les balles et devient rapidement un véritable héros, interviewé par la presse française. Lieselotte Ruf est quant à elle photographe, et l’art va les rapprocher, Louis étant très doué en dessin. La communication n’est pas un problème car elle parle français grâce à son cousin. Ils vont donc rapidement se rapprocher, et Louis va accepter toutes les missions susceptibles de le rapprocher de l’église où ils se retrouvent. Bien sûr, cet amour est quasi impossible et les événements vont prendre une tournure inattendue. Nous ne vous dirons rien pour ne pas vous gâcher la découverte, mais sachez que le récit s’avère parfois surprenant.

L’immersion est quoi qu’il en soit totalement au rendez-vous, et ce premier tome propose même quelques pages revenant sur le contexte historique, en lien avec des dates importantes mais également des faits marquants, comme le droit de vote des femmes. Les personnages sont bien développés, et s’intègrent parfaitement au contexte. Au milieu du chaos engendré par la guerre, le sang, les balles et les explosions, émergent des moments profondément humains et des thèmes forts liés à la famille et à l’identité. Ce premier tome pose donc des bases intéressantes, et l’ensemble est mis en valeur par des illustrations réalistes très réussies (certaines pages sont très fournies et riches en détails, avec des couleurs très bien choisies). On distingue parfaitement les personnages, et les différentes temporalités se goupillent bien. Seules les motivations du jeune orphelin semblent parfois floues, lui qui semble davantage vouloir se venger de ses parents (à cause de son enfance difficile) que d’essayer de les connaître et les comprendre. Cette saga familiale, qui se déroulera sur 3 générations, démarre de belle manière, et nous avons hâte de découvrir la suite !


A lire également : 


Avis BD Glénat : Visages - Ceux que nous sommes


Lageekroom

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This function has been disabled for Lageekroom.

error: Content is protected !!