Avis Manga Glénat : Dear Call – Tome 1

Après « Le Dilemme de Toki », le mangaka Kiri Gunchi est de retour aux éditions Glénat avec ce premier tome de « Dear Call », disponible depuis le 21 avril dernier. Cette série en 4 volumes, disponible au Japon depuis 2019 dans le magazine Jump SQ des éditions Shûeisha, arrive donc chez nous, et nous avons eu la chance de recevoir ce premier tome afin de vous en parler. Ce shônen fantasy a-t-il réussi à nous convaincre ?


Avis Manga Glénat : Dear Call - Tome 1Synopsis : Sur une île si petite qu’elle ne figure sur aucune carte, le jeune Sanso vivait en paix en compagnie de Moon, un tigre blanc, et de Goot, une créature qui ressemble à un chien noir. Mais un jour, des voyageurs arrivés du continent leur annoncent une vérité surprenante qui va les séparer à tout jamais. Pour retrouver ses deux amis, Sanso va devoir intégrer l’Invocadémie et se former à l’art d’invoquer des créatures fantastiques… Le rideau se lève sur un nouveau monde de fantasy ! Après ses début sur la très originale trilogie Le Dilemme de Toki, Kiri Gunchi a décidé d’explorer la voie royale du shônen : la fantasy. Hunter x Hunter, Pokémon, Harry Potter, Final Fantasy… Si ces références vous parlent, vous pourrez vous plonger avec enchantement dans Dear Call et vous entraîner avec Sanso à tracer des cercles d’incantation ! Ce premier tome est à découvrir sur le site de l’éditeur, à cette adresse.


Avis Manga Glénat : Dear Call - Tome 1


Flashy avec son effet métal, la couverture de ce premier tome de « Dear Call » pourrait bien attirer votre regard dans les rayons de votre libraire. Dès les premières pages, nous faisons la connaissance de Sanso, un jeune homme orphelin qui vit sur une petite île en compagnie de Moon et Goot, des compagnons pour le moins originaux. Il ne sait pas exactement d’où viennent Moon et Goot, mais qu’importe : Sanso vit paisiblement avec eux, mais leur tranquillité ne va pas durer. Une mystérieuse femme va en effet débarquer sur l’île et s’en prendre à notre trio, et les compagnons de Sanso pourraient bien être plus dangereux qu’il n’y paraît… S’il veut retrouver ses amis, Sanso va devoir intégrer une école très spéciale, l’Invocadémie, qui permet d’invoquer des créatures fantastiques, et ce sera le début de sa nouvelle vie. Pour être tout à fait honnêtes, nous avons eu du mal à nous immerger dans ce premier tome. Le mangaka prend à peine le temps de présenter ses personnages que tout est chamboulé, et il est donc difficile de s’attacher à Sanso. Bien que ce personnage soit mystérieux, il aurait été judicieux de le présenter davantage, de le montrer au quotidien… De plus, Kiri Gunchi use de tous les clichés habituels du genre et peine pour le moment à se démarquer. Un héros orphelin au passé mystérieux, une école de magie, des compagnons aux pouvoirs spéciaux… tout y est, mais l’ensemble manque encore de surprises.

Pourtant, le mangaka propose un tome généreux et rythmé, et les combats bénéficient de belles trouvailles (les invocations à la plume) et offrent des visuels très travaillés, notamment en ce qui concerne les créatures. En d’autres termes, ça en jette vraiment, et le dynamisme est au rendez-vous ! Les différents design sont réussis, et l’univers en général propose malgré tout quelques bonnes idées. Le découpage parvient à faire son effet et on ne s’ennuie pas lors de la lecture, au contraire, mais il manque quelque chose pour que l’on se sente totalement concerné. En l’état, nous avons atteint la fin de ce premier tome en restant sur notre faim, et pas forcément une grande envie d’en découvrir la suite. C’est dommage, surtout pour une série courte qui n’aura que 4 tomes pour nous convaincre.


A lire également : 


On ne jugera pas l’œuvre de Kiri Gunchi sur ce premier tome, mais il faut avouer que nous avons eu du mal à accrocher. Et pourtant, l’action est au rendez-vous, les invocations sont classes et l’ensemble est très chouette visuellement. Mais la narration manque d’accroche, et le tout démarre même trop vite, nous empêchant de nous attacher aux personnages. Difficile d’entrer à 100% dans un monde de fantasy si ses personnages manquent d’intérêt. Nous garderons tout de même un œil sur le deuxième tome, en espérant une meilleure immersion.


Lageekroom

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.