Avis Manga Glénat : Parasite Édition Originale – Tome 5

Le manga culte Parasite de Hitoshi Iwaaki continue son chemin dans son Edition Originale, avec un tome 5 disponible depuis fin octobre aux éditions Glénat. Découvrir ou redécouvrir cette œuvre est toujours un événement, le mangaka parvenant à créer facilement la tension grâce à des personnages travaillés et une violence qui frappe fort. Revenons sans plus attendre sur ce tome 5, pour voir s’il nous retourne une nouvelle fois l’estomac.


Avis Manga Glénat : Parasite Édition Originale – Tome 5 blog manga lageekroomSynopsis : Depuis des milliers d’années, l’Homme se trouve au sommet de la chaîne alimentaire. Jusqu’au jour où de mystérieuses sphères, abritant d’étranges parasites, se répandent un peu partout sur Terre. Rapidement, les entités prennent possession de certains habitants. Nul ne sait d’où elles viennent, mais ce qui semble certain, c’est qu’elles sont là pour débarrasser le monde de l’espèce humaine. Shinichi, jeune lycéen, est un “hôte” dont le cerveau a miraculeusement été épargné : et pour cause, Migy, son parasite, a pris possession de son bras droit ! Ce cas exceptionnel va déboucher sur une singulière cohabitation. Car au-delà de la fusion physique opérée entre Migy et Shinichi, qui partagent désormais le même corps et la même vie, va se développer un lien d’attachement particulier où les deux êtres vont apprendre chacun l’un de l’autre. Alors que Shinichi se découvre doté d’incroyables facultés physiques, il prend aussi conscience de la menace qui plane sur ses proches… et sur l’humanité tout entière. Réussira-t-il, avec l’aide de Migy, à enrayer l’inévitable invasion ? Ce tome 5 est à découvrir sur le site de l’éditeur, à cette adresse.


Avis Manga Glénat : Parasite Édition Originale – Tome 5 blog manga lageekroom


Attention, veillez bien à avoir lu le tome 4 (et les précédents bien entendu) de Parasite Edition Originale avant de poursuivre la lecture ! La présence des monstres prend de l’ampleur, et ces derniers ont décidé de cohabiter avec les humains en s’entraidant comme des compagnons. Se nourrir en pleine rue est en effet risqué pour les parasites, qui mettent en place des lieux spéciaux pour se restaurer. Leur volonté étant également d’intégrer le milieu politique, ils doivent faire profil bas et s’organiser, ce que fait le maire en mettant en place ces fameuses « aires de repas ». Mais ils savent que Shinichi est une menace pour eux, et Mademoiselle Tamura envoie un détective privé aux basques de notre héros, qui devra compter sur un allié pour se sortir de cette galère. Se rendant compte de la situation, expliquée en détails par Shinichi, le détective va retourner sa veste et prendre en filature Tamura et d’autres parasites, mais va se rendre compte qu’il se met dans une situation délicate pour sa vie et celle de sa famille. A côté de ça, Shinichi se remet de la mort de Kana, cette jeune femme qui avait le pouvoir de sentir les monstres à distance. Sa relation avec sa petite amie reste également très complexe : il ne veut rien lui avouer mais elle sent bien que quelque chose d’anormal se passe. Les relations entre les personnages sont complexes, et l’accent est mis sur les notions de sacrifice, d’humanité ou encore de vengeance. L’être humain est lui aussi un monstre à son échelle, en élevant et tuant des animaux pour se nourrir. Les parasites qui font de même sont-ils du coup réellement condamnables ? Face à toutes ces épreuves, Shinichi va décider de changer de stratégie. Il va choisir de libérer la colère qu’il gardait en lui depuis la mort de sa mère, et la mettre à profit pour se débarrasser des parasites les uns après les autres. Mais ce ne sera pas si facile, et il devra faire avec Migy, qui s’endort toujours au mauvais moment, et surtout faire face à un nouvel ennemi surpuissant. Le combat final est d’ailleurs exceptionnel, avec un Shinichi qui fuit un ennemi l’attaquant sans relâche, rappelant le T-1000 dans Terminator.

Ce tome est une nouvelle fois excellent en terme de narration, et on ne s’y ennuie pas une seconde. Les personnages sont intéressants et leurs motivations varient tout en restant crédibles. Mademoiselle Tamura est un personnage très charismatique et mystérieux, et elle souhaite faire des tests sur Shinichi, mais dans quel but ? L’organisation des parasites prend de l’ampleur, et la menace grandit de jour en jour. Bien que Shinichi change ses plans et décide de passer à l’action, montrant une nouvelle fois l’évolution de ce personnage, il va en baver et se retrouver face à un obstacle quasi insurmontable. L’auteur prend une nouvelle fois plaisir à nous proposer des combats ultra nerveux et parfaitement lisibles, avec une violence viscérale qui procure le malaise. Visuellement, c’est toujours aussi bon, et ce tome ne manque pas de consistance, avec des thèmes forts qui sont plus que d’actualité.


A lire également : 


Quel plaisir de découvrir ce tome 5 de l’Edition Originale de Parasite. En plus d’être intelligent et de proposer des personnages bien écrits, le manga de Hitoshi Iwaaki est visuellement superbe, parfois épuré mais dont la violence sèche décroche souvent la mâchoire. C’est beau, profond et accrocheur, et les thèmes abordés sont clairement d’actualité. Shinichi revoit ses plans dans ce tome, mais malgré sa volonté d’aider les siens, les parasites ne se laisseront pas faire, surtout qu’ils commencent à bien se mettre en place au sein de notre société. Vivement la suite, prévue pour janvier 2021 !


Lageekroom

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.