TEST : Empire of Sin, vis ma vie de gangster des années 20

Gérer son empire et devenir un gangster réputé en pleine prohibition : voilà le chouette programme que nous propose Empire of Sin, jeu de gestion/stratégie développé par Romero Games et édité par Paradox Interactive. Le titre vient de sortir sur consoles (c’est une version PS4 que nous avons entre les mains), et nous avons attendu quelques jours et le déploiement d’un gros patch correctif pour vous en parler. C’est parti !


TEST : Empire of Sin, vis ma vie de gangster dans les années 20Les années 20 au temps de la prohibition : voilà une ambiance qui nous fait envie ! Annoncé à l’E3 2019 à la conférence Nintendo, Empire of Sin est disponible depuis le début du mois, et c’est sur PlayStation 4 que nous l’avons lancé ! Après avoir choisi votre personnage parmi une bonne quinzaine, dont certains sont fictifs mais d’autres bien réels (Alphonse Capone), il est temps de commencer à gérer son business. Sachez que chaque personnage propose ses propres caractéristiques au combat, des attaques spéciales et des bonus/malus liés à la partie gestion de votre empire. Le choix n’est pas facile, mais il faut bien se lancer ! Jeu de gestion oblige, l’interface demande un certain temps d’adaptation, d’autant qu’elle est clairement issue du PC. Heureusement, un didacticiel est de la partie, histoire d’apprendre les bases de votre nouvelle vie.


TEST : Empire of Sin, vis ma vie de gangster dans les années 20


Différents quartiers sont disponibles, contrôlés par des familles avec lesquelles il faudra s’allier ou à l’inverse les combattre. Mais avant de se lancer dans une guerre des gangs qui vous laissera sur le carreau, il sera bon d’étendre un peu son influence, en mettant la main sur quelques bâtiments. Vous aurez d’emblée la possibilité d’engager des lieutenants pour aller botter les miches des lascars qui squattent les entrepôts du coin. Une fois le lieu en votre possession, vous aurez le choix entre le détruire, le piller ou en prendre le contrôle pour le transformer en casino, en bar, en maison close, en hôtel ou encore en planque. Le tout demandera une nouvelle fois d’investir quelques billets. Chaque lieu possédé pourra être amélioré, davantage sécurisé ou même décoré, et proposera avantages et inconvénients. Un client un peu trop chanceux au casino fera un trou dans votre caisse tandis que les bars attireront vos hommes, qui auront tendance à se bourrer la gueule. Et ne parlons des MST qu’ils seront susceptibles d’attraper dans les maisons closes… La production d’alcool (de plus ou moins bonne qualité) sera également très importante, histoire de fournir les différents lieux. La partie gestion et amélioration des lieux est vraiment intéressante, et il ne faudra pas la négliger pour ne pas finir sur la paille. Il faudra également penser à bien gérer ses alliances, et filer quelques billets à la police pour la soudoyer.

Mais il faudra passer par la partie combat avant d’espérer s’installer en ville. Les affrontements sont au tour par tour. Chaque personnage dispose de 2 points d’action, pour se déplacer (via des cases au sol), se mettre à couvert (couverture totale ou partielle), attaquer au corps à corps, à distance, recharger, utiliser une attaque spéciale ou encore passer son tour. Tout y est, mais l’ensemble reste très classique. Heureusement, chaque personnage dispose d’améliorations et d’attaques vraiment classes et parfois bien violentes. Les différents lieux proposent des salles plus ou moins grandes et des endroits où se planquer, et le tout s’avère parfois assez intense. Malheureusement, l’IA ennemie est souvent larguée, et vos adversaires se mettront parfois les uns derrière les autres totalement à découvert. Il ne vous restera plus qu’à les dégommer comme des pigeons. Quelques bugs et imprécisions sont également de la partie, avec des balles qui vous atteignent alors que vous êtes à couvert à l’abri de vos ennemis. Étrange. Ces affrontements manquent un peu de tactique et de possibilités, et s’avèrent rapidement répétitifs, d’autant plus que vous aurez parfois à vous battre en extérieur, simplement lors de vos déplacements. C’est parfois inutilement long, et ça casse un peu le rythme.


TEST : Empire of Sin, vis ma vie de gangster dans les années 20


Pour avoir un peu d’aide dans tout ça, il faudra bien penser à recruter de nouveaux mercenaires, les améliorer via différents talents (attaque, défense, couverture, bonus divers) et gérer les relations pour éviter les conflits. En plus de cet esprit « bac à sable » qui vous demandera de choper des bâtiments et de gérer vos ressources, le jeu propose des missions scénarisées, histoire d’engranger quelques dollars et d’augmenter votre réputation. Le jeu met en place une narration tout à fait correcte, avec quelques cinématiques et des dialogues à choix multiples lors des confrontations avec les chefs de famille. Vous pourrez également utiliser l’intimidation ou encore la persuasion lors des dialogues pour prendre l’ascendant. Attention, certains choix seront importants, et pourront même conduire au départ d’un de vos lieutenants. Il ne faudra donc pas faire n’importe quoi. L’ambiance est en tout cas excellente, et les musiques sont réussies. Le jeu est plutôt joli et propre, même si les animations restent raides et que la caméra n’est pas toujours optimale (malgré les possibilités de zoomer ou dézoomer). Ce qui nous chagrine un peu plus est le manque de finition du jeu, malgré le gros patch déployé. La traduction française est souvent approximative (fautes, mots en anglais) et de nombreux bugs sont encore présents. On citera par exemple l’impossibilité de rentrer dans un bâtiment, pourtant lieu de notre mission, des personnages qui disparaissent, sans oublier les nombreux temps de chargement dès que l’on change de zone. Le tout mérite encore quelques patchs et du peaufinage pour être plus abouti !



Empire of Sin est un jeu à l’ambiance réussie, qui propose un mélange de stratégie, de gestion et de combat qui fonctionne bien. Aux missions scénarisées s’ajoute la possibilité de visiter les différents quartiers pour en prendre le contrôle ou former des alliances. Le jeu est véritablement accrocheur, mais souffre de défauts qui gâchent un peu l’expérience, comme une IA souvent à la ramasse, un manque de finition, une VF approximative, et pas mal de bugs empêchant parfois de progresser dans le jeu. Les combats sont efficaces mais souffrent rapidement d’une certaine répétitivité. Si vous aimez le genre, vous pouvez vous laisser tenter, en ayant bien conscience des lacunes d’un jeu qui ne demande qu’à être encore peaufiné via quelques patchs.


Les +

  • excellente ambiance
  • une certaine liberté avec différents quartiers à découvrir
  • certaines missions scénarisées accrocheuses
  • l’aspect gestion/stratégie qui fonctionne bien
  • de nombreux lieutenants à améliorer et recruter
  • les relations avec les autres familles
  • combats au tour par tour classiques mais efficaces…

Les –

  • … mais qui deviennent répétitifs à la longue
  • manque de finition (bugs, traduction approximative, scripts qui plantent)
  • l’IA qui a vraiment du mal
  • on en fait finalement assez vite le tour

Lageekroom

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.