Avis Manga Meian : Unsung Cinderella – Tome 1

Un peu d’originalité ne fait pas de mal, et notre manga du jour en est la parfaite représentation. Le premier tome de « Unsung Cinderella », disponible depuis décembre dernier aux éditions Meian (il s’agit de notre premier avis manga en rapport avec cet éditeur, que l’on remercie chaleureusement pour la découverte) nous présente Midori Aoi, une pharmacienne hospitalière bourrée d’énergie qui aime son métier. Mais entre les patients parfois difficiles et les médecins qui profitent de leur statut pour la prendre de haut, la jeune femme va devoir faire preuve de courage pour exister dans sa profession, elle qui a à cœur d’être auprès de ses patients. C’est parti pour notre avis sur ce premier tome !


Avis Manga Meian : Unsung Cinderella - Tome 1Synopsis : Midori Aoi est pharmacienne hospitalière depuis maintenant deux ans. Énergique et motivée, elle prend son travail très à cœur, mais est également frustrée de ne pas pouvoir aider plus directement les patients. Du fait de sa profession, elle se retrouve systématiquement en second plan, derrière les médecins, alors qu’elle est habitée par la même volonté que ces derniers : aider les patients. Elle passe par conséquent beaucoup de temps avec chacun d’entre eux, ce qui lui vaut régulièrement des remontrances de sa hiérarchie, sans pour autant entamer sa détermination ! Ce premier tome est à découvrir sur le site de l’éditeur, à cette adresse.


Avis Manga Meian : Unsung Cinderella - Tome 1


Malgré sa motivation et sa passion, Midori vit des journées parfois difficiles. Bien que l’œuvre de Mamare Arai s’intéresse au milieu hospitalier, l’histoire met au premier plan le métier de pharmacien. Un métier de l’ombre pourrait-on presque dire, tant les médecins sont systématiquement mis en avant. Techniquement, les pharmaciens hospitaliers ne sauvent pas directement des vies, mais leur rôle reste capital pour rendre plus sûre la pratique des soins médicaux. On apprend par exemple dans ce premier tome que sur 2,2 millions d’ordonnances traitées par jours à travers le pays (au Japon donc), environ 60.000 font l’objet d’intervention de la part des pharmaciens pour une revalidation avec le prescripteur. Et dans 70% des cas, le contenu de l’ordonnance est modifié. Autrement dit, ces vérifications sont souvent capitales, pour modifier et ajuster un traitement et éventuellement sauver des vies. Mais il faut faire avec les médecins, hiérarchiquement au dessus et n’aimant pas tellement être contredits. Et puis il y a les patients, pas toujours faciles. Nous avons l’exemple d’un homme, dans ce premier tome, qui cache ses symptômes à sa famille pour ne pas les inquiéter, et s’avère agressif avec notre héroïne qui compte bien lui tirer les vers du nez se doutant que quelque chose d’anormal se produit. On découvre tout au long de ce tome plusieurs petites histoires, notamment celle d’une femme et son enfant qui refuse son traitement et dont la fièvre ne tombe pas, ou encore ces fillettes diabétiques qui se lient d’amitié malgré les différences. Des tranches de vie accrocheuses, parfois émouvantes, portées par le personnage de Midori, attachant et bien écrit.

La jeune femme a fort à faire, son chef étant dur avec elle. Mais on se doute que c’est pour son bien, et le potentiel en elle a déjà été remarqué par certains de ses collègues. Le rythme de ce premier tome est très bon, et on alterne entre des séquences centrées sur les personnages et d’autres nous racontant les histoires des patients. On découvre également certains moments de vie de Midori à l’extérieur, la rendant encore plus humaine qu’elle ne l’est déjà. Sa détermination est en tout cas exemplaire, elle qui n’en fait parfois qu’à sa tête pour le bien d’autrui. On sent que Midori va encore évoluer, et il nous tarde de voir de quelle façon. On en apprend en tout cas beaucoup sur le milieu médical, le tome étant supervisé par Hiromitsu Tomino, qui fait office de conseiller médical et renforce le côté réaliste de l’ensemble. Le coup de crayon de Mamare Arai est très chouette, et la jolie Midori bénéficie d’un soin tout particulier. Certaines expressions gagnent en intensité dans les moments tendus, comme lors de l’arrivée d’un homme en état de choc anaphylactique. Le découpage reste classique, mais nous avons droit à quelques belles illustrations des personnages en pleine page.


A lire également : 


Ce premier tome de « Unsung Cinderella » est une belle surprise de notre côté. L’héroïne est attachante et sa motivation est exemplaire, elle qui doit faire face aux patients compliqués et aux médecins qui la prennent de haut. Le milieu médical est bien exploité, et les différentes histoires s’enchaînent bien. Le rythme est bon, les personnages bien écrits, et nous avons hâte de découvrir la suite, prévue pour ce mois-ci ! « Unsung Cinderella » est un succès au Japon (la série fait même l’objet d’une adaptation en drama) et on comprend pourquoi.


Lageekroom

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.