Avis Manga : Ni No Kuni – L’héritier de la Lumière et le Prince Chat – Tome 1

Après les jeux vidéo et un film d’animation sur Netflix, l’univers de Ni No Kuni s’est encore enrichi en septembre dernier avec le premier tome de « Ni No Kuni – L’héritier de la Lumière et le Prince Chat » aux éditions Mana Books. Le mangaka Ran Kuze nous embarque donc dans une aventure inédite prévue en 2 tomes, dont la suite sera disponible début 2021. En attendant, voyons ce que ce premier volume a dans le ventre !


Avis Manga : Ni No Kuni - L'héritier de la Lumière et le Prince Chat blog manga lageekroomSynopsis : Pour Tasuku Arisawa, la vie tourne autour du club de Kendo, dans lequel il est très engagé, et de son petit frère Tsubasa, la seule famille qu’il lui reste depuis la mort de leurs parents. Un jour, un mystérieux homme vêtu de noir l’attaque, et le lycéen se retrouve projeté dans le monde parallèle de Ni no Kuni ! Les habitants de ce royaume enchanteur – où la magie est omniprésente – semblent voir en Tasuku un sauveur destiné à triompher du belliqueux roi Sham et de sa horde de démons… Mais quels secrets se cachent réellement à Ni No Kuni ? Ce premier tome est à découvrir sur le site de l’éditeur à cette adresse.


Avis Manga : Ni No Kuni - L'héritier de la Lumière et le Prince Chat blog manga lageekroom


Nous avons déjà parlé de la licence Ni No Kuni à plusieurs reprises sur le blog, notamment dans nos tests de Ni No Kuni Remastered et de Ni No Kuni II. Si le studio Level-5 a travaillé avec le studio Ghibli pour les premiers opus sortis sur 3DS (uniquement dispo au Japon) et PlayStation 3, ce n’est pas le cas pour la suite disponible sur PC et PS4. Dans tous les cas, nous adorons cet univers, et l’arrivée du manga nous intéressait tout particulièrement ! Ni No Kuni est l’univers parfait pour mettre en scène un isekai : comprenez par là qu’un personnage tout à fait normal se retrouve propulsé dans un autre monde. Et ce personnage, c’est Tasuku, un jeune homme qui a perdu ses parents et qui s’occupe de son petit frère avec l’aide de son amie d’enfance. Et vous l’avez déjà compris, notre héros va se retrouver malgré lui dans le monde de Ni No Kuni, embarqué par un mystérieux individu qui va lui confier une mission de la plus haute importance : se débarrasser de Sham, un démon qui annexe des territoires en tuant tout sur son passage. Tous les codes du genre sont là, et il faut avouer que le tout est très classique. Tasuku débarque dans ce monde inconnu mais s’y fait très vite, et va débuter son (court) entraînement pour tuer son ennemi. Nul besoin d’armes, car Tasuku sait manier le pouvoir de l’unmagic, une sorte de magie de lumière très puissante. A lui de le maîtriser pour remporter la bataille s’il veut espérer rentrer chez lui ! Le personnage de Tasuku est plutôt attachant et bien écrit, lui qui est froid avec ses camarades de classe mais chaleureux et surtout protecteur envers son petit frère dès qu’il rentre chez lui. Les autres personnages ne sont pas en reste, que l’on parle du seigneur Rosso ou de la très énergique Somali. Malgré tout, l’histoire reste une nouvelle fois trop classique et manque de densité, surtout après d’autres œuvres récentes du genre qui ont su prendre un peu plus de risques. Le bon côté de la chose est que le manga s’adresse à tous les publics, que l’on soit familier avec l’univers de Level-5 ou non. Heureusement, la fin réserve un rebondissement inattendu, une petite claque qui donne envie de découvrir la suite !

Visuellement, ce premier tome est vraiment très chouette. Quelques scènes d’action sont au programme, mais le tout s’attarde sur les personnages, avec quelques très belles illustrations. On aurait néanmoins aimé en découvrir un peu plus sur l’univers, avec des plans larges de la ville ou des différents intérieurs. On citera par exemple le Bois Bolet, un lieu bien connu des amateurs du jeu vidéo, qui ne nous est présenté ici que via 3 petites cases. Le voyage de nos héros en fin de tome est d’ailleurs trop rapide, et aurait été l’occasion d’en découvrir davantage sur ce monde si riche. Heureusement, les personnages sont très beaux et détaillés, avec une mention spéciale pour Sham et sa tenue. La qualité globale du manga est excellente également, avec un papier épais et une superbe couverture au toucher légèrement granuleux, proposant le titre en doré.


A lire également :


Ce premier tome de Ni No Kuni est très agréable à lire mais trop classique, et il peine à se démarquer de certains isekai récents qui faisaient preuve de davantage d’originalité. Les dessins sont très chouettes et les personnages réussis, mais l’univers mérite plus de plans larges pour découvrir les décors et les environnements. Heureusement, la fin décroche la mâchoire et donne vraiment en vie de découvrir le second tome. Il faudra que celui-ci soit un peu plus ambitieux pour totalement nous convaincre !


Lageekroom

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *