Avis Urban DC Black Label : Le Dernier des Dieux – Tome 1

Issu du catalogue DC Black Label, le premier tome de « Le Dernier des Dieux », disponible depuis le 12 mars dernier, nous embarque dans un univers de Dark Fantasy écrit par Phillip Kennedy Johnson et dessiné par Riccardo Federici. Changeant des récits habituels de l’éditeur sur les super-héros, ce premier tome pose les bases d’une aventure qui s’annonce aussi complexe qu’accrocheuse, mais non sans quelques défauts. C’est parti pour notre avis !


Avis Urban DC Black Label : Le Dernier des Dieux - tome 1« La légende disait la chute du Dieu du vide.
La légende chantait la victoire des Traquedieux.
La légende proclamait la libération de Cain Anuun.
Mais bien rares sont les légendes à dévoiler toute la vérité. »

  • Date de sortie : 12 mars 2021
  • Pagination : 96 pages
  • Contenu vo : Contenu : The Last God #1-3

L’ouvrage est à découvrir sur le site de l’éditeur, à cette adresse.


Avis Urban DC Black Label : Le Dernier des Dieux - tome 1


En proposant dès les premières pages une carte détaillée des lieux, à savoir la région de Cain Anuun, ses cités, domaines, royaumes ou encore forêts, notre ouvrage du jour opte pour une immersion immédiate. A l’image d’un The Witcher 3 qui dévoile sa carte et donne envie de s’y plonger et d’en découvrir les moindres recoins, c’est un peu le cas ici. Et on peut dire que l’histoire démarre de façon plutôt rythmée, en mettant en scène un affrontement entre une troupe de héros et la Pestefleur, un fléau qui transmute les vivants en abominations de pampres, de charognes, de cendres et de chairs corrompues. Le sauveur est devenu Roi mais nous allons rapidement apprendre, 30 ans après les faits, que tout ne s’est pas passé comme prévu et que tout n’est que mensonges. De nouveaux héros vont devoir reprendre le monde en main, et gravir à nouveau « l’escalier noir » pour aller faire la peau et en finir une bonne fois pour toutes avec le Dieu du vide. « Bien rares sont les légendes à dévoiler toute la vérité » nous dit-on. L’univers que l’on découvre dans ce premier tome reprend les codes habituels du genre, et les amateurs ne seront pas dépaysés (ces derniers trouveront sans aucun doute que l’ensemble manque d’originalité). C’est parfois classique, et même un poil trop riche. De nombreux noms de personnages ou encore de lieux sont balancés de case en case, et il faut être concentré pour ne pas lâcher prise. Mais on digère toutes ces infos petit à petit, et on découvre une narration plutôt originale qui alterne en passé et présent. Ces 2 temporalités font donc avancer le récit avec une certaine rigueur, et donnent des réponses aux différentes questions qui s’enchaînent. L’univers est donc accrocheur, et les événements se mettent en place. Même si l’histoire n’avance pas tant que ça dans ce premier tome, et on y découvre des personnages, des lieux et des enjeux intéressants.

Le rythme est d’ailleurs assez intense, et le style visuel de Riccardo Federici est vraiment réussi. Immersif, l’univers de ce premier tome propose des univers riches en détails et des séquences d’action dynamiques, optant pour une violence bien équilibrée. Le côté horrifique de certaines illustrations fait mouche, et la noirceur de la quête qui attend notre nouvelle communauté transperce les pages. L’ensemble reprend les codes de la BD, que ce soit du côté du découpage ou du visuel en général. L’ouvrage propose même quelques récits voire des poèmes entre les chapitres, qui permettent d’étoffer encore plus un lore déjà complet. Nous vous conseillons cependant de ne les découvrir qu’à la fin de votre lecture, histoire de ne pas en casser le rythme.


A lire également : 


Avis Urban DC Black Label : Le Dernier des Dieux - tome 1


Ce premier tome de « Le Dernier des Dieux » présente déjà un univers très riche, qui demande une certaine concentration de part sa complexité. Mais on s’immerge facilement dans cette histoire classique mais efficace, qui propose des visuels réussis, un choix des couleurs cohérent et souvent éclatant, et une ambiance parfois sombre et glauque. La narration, se déroulant sur 2 temporalités, est accrocheuse et donne envie d’en savoir plus. Seuls certains personnages manquent un peu, pour le moment, de charisme. A voir si le tome 2 saura poursuivre sur cette lancée !


Lageekroom

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.