Avis Manga Glénat : 100 jours avant ta mort – Tomes 1 et 2

Les éditions Glénat vont lancer ce mercredi 3 février 2021 une toute nouvelle collection intitulée « Shojo + » qui compte bien « casser les codes du Shojo classique », en ajoutant aux codes habituels du genre de nouvelles directions. Nous avons eu la chance de recevoir les 3 premiers tomes de cette nouvelle collection, et avons décidé de commencer à vous en parler avec le premier volume de « 100 jours avant ta mort » de Migihara. C’est parti !

– Mise à jour de l’article avec notre avis sur le tome 2, disponible le 17 mars 2021 –


Synopsis : Taro a enfin pu avouer à son amie d’enfance Umi qu’il l’aime depuis toujours ! Mais à cet instant, s’affiche le nombre 100 devant la jeune fille… Car Taro a un pouvoir spécial : celui de visualiser un compte à rebours sur tous les êtres vivants qui ont moins de 100 jours à vivre ! Ensemble, le couple va faire face au destin et tenter d’arrêter le décompte fatidique…Avec une galerie de personnages très attachants, cette série propose une problématique SF qui vient pimenter l’intrigue. Sans jamais tomber dans la déprime, nos deux héros sauront vous démontrer qu’avec une dose de bonne humeur et une vraie complicité, on peut faire face à toutes les situations ! Scénario et dessin : Migihara. Ce premier tome est à découvrir sur le site de l’éditeur, à cette adresse.



« 100 jours avant ta mort » démarre comme une jolie histoire d’amour. Un amour qui démarrait timidement, et quasi à sens unique, avec le petit Taro avouant à son amie Umi tout ce qu’il ressent pour elle dès la maternelle. Puis les déclarations se sont enchaînées sans succès, en primaire ou encore au collège, jusqu’à ce fameux moment durant lequel Umi avoue à Taro qu’elle est au courant depuis toujours. Nos 2 jeunes héros vont enfin pouvoir se rapprocher, même s’il n’y connaissent pas grand chose question couple, et la sensibilité de Taro va être mise à rude épreuve. Le jeune homme a la larme facile, et la fraîcheur et la bonne humeur d’Umi tempère souvent les choses. Seulement voilà, Taro a un « pouvoir » : celui de savoir quand vont mourir les êtres vivants à qui il reste moins de 100 jours à vivre. Une sorte de cadeau empoisonné, qui le suit depuis son enfance et la mort de son poisson rouge ou d’un chat du quartier. Umi est rapidement au courant, et malgré sa positivité permanente (qui contraste avec la fatalité de Taro qui sait qu’il ne pourra rien faire), les êtres vivants affublés d’un compte à rebours finissent toujours par mourir. Les parents de Taro ne le croient évidemment pas, mais sa grand-mère lui confie que son grand-père avait apparemment ce pouvoir. Mais on le découvre via un flashback : la propre grand-mère de Taro a elle aussi été victime du décompte…

Chose étrange, le compteur de jours d’Umi a tendance à changer de manière étrange voire brutale, et la jeune fille pourra perdre plusieurs jours d’espérance de vie d’un seul coup. De quoi mettre la pression à Taro, qui va tenter de découvrir un moyen de sauver son amoureuse. A la romance toute mignonne et souvent dans la réserve que l’on retrouve dans les œuvres du genre s’ajoute donc cet aspect « fantastique » qui ajoute une bonne dose de suspense. Le côté optimiste d’Umi ne suffira sans doute pas, et Taro a tout intérêt à trouver une solution, lui qui a attendu tant d’années avant d’être enfin en couple. Ajoutez à cela la rivale qui va bien et qui compte bien piquer le petit ami, et vous obtenez un premier tome parfois timide mais malgré tout efficace. Le flashback concernant Taro et sa grand mère est émouvant, et la relation entre Taro et Umi intéressante, même si elle ne demande qu’à évoluer. Reste à voir comment sera exploité le compte à rebours dans les tomes suivants, et si quelques surprises seront au rendez-vous. Visuellement, le coup de crayon de Migihara est très chouette et tout en douceur. Les visages réalistes alternent avec des bouilles plus caricaturales qui fonctionnent bien. C’est souvent classique, mais la lecture est tout à fait plaisante. Ce premier tome de « 100 jours avant ta mort » démarre de belle manière avec des personnages attachants et ce fameux compte à rebours qui donne du piment (et du suspense) à l’ensemble. Même si l’ensemble est parfois un peu timide, l’émotion est au rendez-vous et nous avons hâte de voir si Taro trouvera une solution pour sauver sa bien-aimée. Mais les changements brutaux du nombre de jours restants à vivre à Umi pourraient bien corser les choses…


A lire également : 


100 jours avant ta mort - Tome 2 blog manga lageekroom avis100 jours avant ta mort – Tome 2 : « Si le cœur d’Umi ne bat pas la chamade, le nombre de jours qui lui restent à vivre diminue. Le combat que Taro et elle mènent contre la fatalité les rapproche de plus en plus… Vont-ils enfin partager leur premier baiser ?! Itsuki, le nouvel élève de la classe possède-t-il un pouvoir, lui aussi ? L’histoire va connaître un développement très inattendu ! » Umi est désormais au courant : ses jours sont comptés. Taro lui a en effet révélé son pouvoir et le fait qu’un compteur apparaisse sur elle, affichant son nombre restant de jours à vivre. Mais Umi ne se laisse pas anéantir par la situation, et fait preuve d’un optimisme assez incroyable dans ce genre de cas, sa fraîcheur étant communicative. Taro est quant à lui toujours aussi sensible, souvent submergé par ses émotions et l’amour qu’il ressent pour sa chérie. Mais il n’en reste pas moins concentré sur sa mission et fait tout pour comprendre comment faire à nouveau augmenter le compteur de jours. Est-ce en faisant battre le cœur de sa bien-aimée ? C’est en tout cas ce qu’il pense, et il n’hésite donc pas à prendre Umi dans ses bras et même à l’embrasser. Toutes ces actions se font dans la retenue, et les 2 adolescents sont souvent gênés par les situations, mais l’émotion est au rendez-vous. Mais ce tome 2 réserve également quelques événements intéressants, à commencer par l’arrivée d’Itsuki, un nouvel élève beau gosse qui attire toutes les filles. Taro voit immédiatement en lui un mentor, et va lui demander son aide pour faire battre encore plus fort le cœur d’Umi. Itsuki accepte mais semble avoir lui aussi besoin d’aide, une jeune fille étant un peu « collante » avec lui, et ce nouveau personnage aurait apparemment un pouvoir lui aussi. On retrouve également Minori, qui met la main (involontairement) sur le carnet de Taro, dans lequel le jeune homme note tous les conseils d’Itsuki mais également des révélations sur son « pouvoir » et le compte à rebours d’Umi. Minori en déduit donc rapidement qu’Umi cache quelque chose… Ce tome 2 parvient donc, grâce à ses personnages et ses nouvelles intrigues, à proposer un intérêt certain qui vient donner du piment à des relations relativement classiques entre les personnages. C’est souvent mignon, mais il ne faut pas oublier que le fond de l’histoire reste assez grave avec des thèmes forts. Visuellement, on retrouve la douceur et le coup de crayon de Migihara, avec des visages très détaillés et expressifs qui alternent avec un style plus caricatural qui fait souvent sourire. Le tout reste très clair et agréable à lire, et les personnages sont vite attachants. La relation entre Umi et Taro gagne en consistance, et l’arrivée d’Itsuki pourrait bien relancer les choses. De quoi nous donner envie de découvrir la suite !


Lageekroom

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.