Avis : Zelda – Le Jardin et le Monde, chez Façonnage Éditions

Il y a des ouvrages qui sortent du lot, et « Zelda – Le Jardin et le Monde » en fait partie. Que l’on parle de son propos, de sa façon de revenir sur la saga et ses concepts ou encore de ses illustrations, l’ouvrage de Victor Moisan (à l’origine de l’excellent « La saga Yakuza. Jeu vidéo japonais au présent« ) illustré par Alex Chauvel a su nous embarquer dans son univers si particulier, et nous avions hâte de vous en parler. C’est parti !


Avis : Zelda – Le Jardin et le Monde, chez Façonnage ÉditionsDescriptif de l’éditeur : Depuis sa création en 1986, The Legend of Zelda s’est imposé comme l’un des jeux vidéo les plus populaires de tous les temps. En puisant une part de son inspiration dans l’art des jardins japonais, la saga culte de Nintendo a bâti un univers sophistiqué dont la mythologie se déploie dans des architectures aussi limpides que complexes. Le Jardin et le Monde jette un regard inédit sur cette grande épopée vidéoludique devenue une référence majeure du récit d’aventure. Retraçant le fil de sa création à la manière d’un traité illustré sur la construction d’un monde, ses résonances culturelles, sa philosophie et sa poétique, il raconte aussi comment Ocarina of Time, premier épisode en 3D, a initié un certain âge moderne du jeu en monde ouvert, naturaliste et immersif, où le joueur devient un promeneur au centre d’un inépuisable jardin persistant. Un ouvrage essentiel pour saisir la beauté d’une œuvre dont le langage énigmatique et symbolique éclaire la réalité.


Avis : Zelda – Le Jardin et le Monde, chez Façonnage Éditions


Qu’on l’aime ou non, la saga The Legend of Zelda fait partie du paysage vidéoludique. Culte pour des millions de joueurs, les aventures de Link ont su évoluer avec les années, prendre les bons virages, et continuer à nous faire rêver, le prochain opus de Breath of the Wild étant un des titres les plus attendus de 2022. Chaque nouvel ouvrage sur la série créée par Shigeru Miyamoto et Takashi Tezuka nous fait de l’œil, et il faut dire que « Zelda – Le Jardin et le Monde », en provenance de chez Façonnage Éditions, opte pour une approche accrocheuse. Le ton de Victor Moisan est parfois poétique, mais toujours riche en informations, lui qui sait clairement de quoi il parle quand il s’agit de culture japonaise. Son approche consiste concrètement à faire le lien entre l’art japonais du jardin (cher à Miyamoto) et le level design et la création des espaces des jeux de la saga Zelda. « Les techniques employées par le jardinier et le level designer sont voisines ». L’analyse est complète, parfois atypique mais toujours intéressante et évolutive, à l’image des jeux qui ont du s’adapter aux nouvelles technologies et au concept du monde ouvert, déjà entrevu dans les premiers titres de la série mais qui a pris tout son sens avec Ocarina of Time. Ainsi, ce dernier occupe une place importante dans l’ouvrage. Et là où de nombreuses œuvres contemporaines optent pour une multitude de quêtes et de défis qui surchargent la carte, la série Zelda a opté pour l’inverse : la saga « se rapproche de l’idéal sensoriel de la promenade de Thoreau : son monde est lisible, naturel, peu marqué par les artefacts tels que les icônes de tâches ».

L’auteur revient plus en détail (et en apportant toujours des analyses d’une grande justesse) sur les différents donjons d’Ocarina of Time, l’ouvrage proposant pour l’occasion des pages imprimées en blanc sur fond noir. Ce style visuel n’est qu’un exemple de ce que l’ouvrage nous offre, certaines illustrations sortant clairement du lot. C’est beau, original, et on s’éloigne des traditionnels images tirées des jeux en question. Certains auront plus de mal à accrocher à ces visuels atypiques, mais l’immersion a été totale de notre côté. Mais une nouvelle fois, et pour conclure ce ressenti, c’est la richesse de l’analyse de Victor Moisan qui fait mouche. « Depuis ses débuts, Zelda est affaire de strates cachées, de donjons souterrains, d’univers parallèles, de codes secrets et de mondes engloutis. Il convient alors pour le joueur de repérer les vestiges, de déterrer les structures, de consulter les pierres, car ce sont les pierres qui donnent au jardin japonais leurs plans ».


Avis : Zelda – Le Jardin et le Monde, chez Façonnage Éditions


Shigeru Miyamoto a toujours considéré Hyrule comme « un jardin miniature qu’on peut ranger dans un tiroir et revisiter dès qu’on le souhaite ». Une comparaison étrange au premier abord, mais qui trouve tout son sens à la fin de la lecture de notre ouvrage du jour, qui revient en profondeur sur la saga, ses concepts ou encore son évolution. Victor Moisan réalise un boulot d’analyse très accrocheur, lui qui connait parfaitement ce dont il parle. L’ensemble est complété par des illustrations aussi belles qu’atypiques, proposant entre autres des modèles cartographiques en trois dimensions de certains donjons de la saga. Un bien bel ouvrage, qui bénéficie qui plus est d’une chouette finition et d’un format idéal, ni trop grand ni trop petit. C’est dispo chez Façonnage Éditions (à cette adresse), et on ne peut que vous conseiller d’y jeter un œil si vous aimez la saga !


Lageekroom

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.